Ceuta : de milliers de « femmes-mulets » au chômage

12 mars 2020 - 21h40 - Espagne - Ecrit par : S.A

La fermeture du poste frontalier de Ceuta, sur décision unilatérale du Maroc, produit déjà un impact négatif sur la population marocaine. Environ 3 000 porteuses de marchandises (femmes-mulets) se retrouvent au chômage à cause du déclin du commerce dans la ville de Fnideq, comme dans l’enclave espagnole.

Depuis la prise de cette décision, l’économie entre le Maroc et le Ceuta tourne au ralenti. Les "femmes-mulets" sont les premières à en souffrir. La situation perdure, au grand dam de milliers de porteurs et porteuses de marchandises.

Or, "les opportunités d’emploi sont de plus en plus rares dans ce domaine, car aucun plan stratégique socioéconomique n’a été élaboré pour intégrer et favoriser l’emploi des femmes", a confié Nadia Nair, professeur à l’Université de la ville de Tétouan, et spécialiste des questions de genre et de droits de l’homme, dans une interview accordée à El Diario.

Le 9 octobre dernier, le Maroc avait décidé de fermer unilatéralement le poste frontalier, donnant accès à l’enclave de Sebta, en vue de lutter contre la contrebande. Nabyl Lakhdar, directeur général des douanes, expliquait à L’Économiste que les produits de contrebande mettaient à mal l’économie marocaine "en détruisant le secteur productif ".

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Ceuta (Sebta) - Fnideq - Contrebande - Chômage

Aller plus loin

La situation des femmes-mulets décortiquée

Dans un rapport publié lundi 8 mars, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, l’Association andalouse des droits de l’homme (APDHA) demande que les droits des...

La pauvreté guette un million de Marocains

Les Marocains qui évoluent dans le secteur informel, dont 80% sont sans couverture sociale pourraient se retrouver davantage dans la précarité. C’est ce que révèle une étude...

Melilla et Ceuta souffrent à cause de la fermeture des frontières marocaines

Les deux présidents de Ceuta et Melilla ont invité le gouvernement marocain à rouvrir les frontières donnant accès aux enclaves, au risque d’étouffer et d’isoler leur économie.

Les femmes-mulets vivent dans l’extrême pauvreté

Depuis octobre 2019 que le Maroc a mis fin à la contrebande à Ceuta, les femmes-mulets sont au chômage. Leur situation précaire est devenue plus critique avec la fermeture des...

Ces articles devraient vous intéresser :

Chômage au Maroc : des chiffres qui inquiètent

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) sonne l’alarme : le marché de l’emploi marocain continue de se détériorer sous l’effet persistant de la sécheresse.

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Le Maroc face au casse-tête des vendeurs ambulants

Malgré les actions mises en œuvre par les autorités marocaines, le phénomène de marchands ambulants, communément appelés "ferrachas", résiste au temps.

Les contrebandiers profitent de l’opération Marhaba (MRE)

L’opération Marhaba dédiée aux Marocains résidant à l’étranger est une opportunité pour certains commerçants qui n’hésitent pas à passer en contrebande des marchandises à caractère commercial ou prohibé.