Citoyenneté : Ecole et médias ne jouent pas leur rôle

20 mai 2008 - 10h12 - Maroc - Ecrit par : L.A

Partager avec Whasapp Partager avec Telegram

Quelles valeurs pour la construction démocratique et l’émergence de la culture de l’individu dans la société marocaine ? Plus de cinquante ans après l’indépendance, le Maroc souffre d’un déficit des valeurs de civisme et de citoyenneté, sans lesquelles le grand chantier de la société moderne et démocratique lancé par l’Etat et les autres acteurs politiques restera un vœu pieux.

Sans aller jusqu’à reprocher aux Marocains leur incivisme à l’occasion des élections (37% de participation à celles du 7 septembre dernier), car ne pas voter est un acte politique, il est difficile de ne pas remarquer au quotidien un certain nombre de comportements qui dénotent d’un mépris des valeurs du civisme et de citoyenneté. Valeurs du travail aussi, de la responsabilité, de l’écoute et du partage.

Ce professeur universitaire raconte : « Mon père, un octogénaire, est tombé malade un dimanche. Les cabinets des médecins privés sont fermés et j’ai refusé de déranger ce week-end-là mes amis médecins. J’ai emmené le malade pour consultation aux urgences d’une polyclinique publique. Si les lieux étaient relativement propres, j’ai été effaré par l’Etat des toilettes.

Elles étaient bouchées et des odeurs nauséabondes s’en dégageaient. Un mépris total pour le citoyen dans un service public censé prodiguer des soins aux malades ». Ce n’est pas tout. Quand ce citoyen est allé se plaindre énergiquement auprès du médecin-chef, responsable de l’établissement, ce dernier lui a rétorqué sans ciller : « Nous n’avons de leçons à recevoir de personne. Si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à emmener le malade dans une clinique privée ! ». Une réponse qui en dit long sur le degré de civisme d’un médecin responsable d’un service public. Pour calmer le jeu, une infirmière intervient alors pour expliquer que ces toilettes sont nettoyées quotidiennement deux à trois fois par jour, mais qu’elles sont toujours obstruées. Que ce sont les usagers qui jettent partout coton, pansements, papier hygiénique...Tout le monde est donc responsable de cette incivilité qui ronge la société marocaine.

Un autre exemple d’incivilité et d’irresponsabilité : nous sommmes dans un établissement du ministère des finances pour payer la vignette automobile. Une trentaine de personnes au moins font la queue et attendent leur tour. Il est quatre heures de l’après-midi quand, tout d’un coup, le préposé au guichet baisse la vitre, et, son petit tapis à la main, s’en va faire sa prière dans un coin. Quelques grincements de dents dans la queue, mais aucune protestation franche. Cette forme d’irresponsabilité et d’incivisme dans un service public censé servir les citoyens devient assez courante.

Comme il est devenu banal de voir quotidiennement des feux rouges grillés par les usagers de la route, des voitures et des biens publics saccagés par des adolescents à la sortie d’un stade, des automobilistes ouvrant les vitres de leurs voitures pour en jeter des ordures…

« La citoyenneté est un engagement national et moral, voire politique »

Toute la problématique, aussi bien au niveau du quartier, de la ville, qu’à l’échelle nationale est celle de la citoyenneté et du civisme. Mais, comment pourrait-on définir la citoyenneté ? Le nationaliste et écrivain Abdelkrim Ghallab, lors d’une conférence sur « La nation, citoyenneté et horizon du développement », organisée par l’Académie du Royaume en 2006, décrit ainsi cette notion.

« La nation, avait-il dit, ne peut faire abstraction de l’humanité de l’homme, et ne peut accepter qu’elle soit une nation pour les animaux et les sauvages. Le citoyen tire son humanité du savoir, du travail et de la bonne conduite. La citoyenneté est un engagement national et moral, voire politique ».

Un élève qui triche lors d’un examen, un notable qui s’arroge le droit de ne pas respecter le code de la route car il appartient à une catégorie sociale qui croit que tout est permis, un juge qui accepte un pot-de-vin, un camionneur dont le véhicule envoie des volutes de fumée noirâtre... sont indignes en tant que citoyens vivant dans une communauté, selon le point de vue de M. Ghallab. Et jamais les valeurs de citoyenneté et de civisme n’ont été aussi couramment transgressées que ces dernières années.

Transgressées est un bien grand mot, rétorque ce sociologue : ces valeurs, pour être transgressées, doivent d’abord exister, or, ce n’est pas le cas, selon lui, dans un pays où la construction de l’Etat moderne date d’à peine cinquante ans. Un pays où l’esclavage n’a été officiellement aboli que dans les années 1920 avec le maréchal Lyautey. Un pays dont la moitié de la popution vit encore à la campagne, et 50% de l’autre moitié sont récemment arrivés des zones rurales et découvrent à peine la ville, les rues asphaltées, les feux rouges et autres nouveautés technologiques.

Pour Khadija Merouazi, secrétaire général du médiateur pour la démocratie et les droits humains, « l’Etat est une donnée nouvelle, donc fragile. Un Etat fort suppose l’émergence de l’individu, que cet individu ait tous ses droits, dont une culture de la modernité pour assumer toutes ses responsabilités, et cette émergence de l’individu est un chemin encore long. Comment parler d’une citoyenneté alors que la culture de l’individu est encore balbutiante ? », s’interroge la militante des droits de l’homme.

L’émergence d’une culture de l’individu est essentielle

Cette problématique a été au cœur du rapport du Cinquantenaire sur le Maroc possible, publié en 2006, et qui est l’œuvre d’une trentaine de chercheurs et d’intellectuels avec, à leur tête, le conseiller du Roi Mohamed Meziane Belfqih.

Le rapport, après un minutieux diagnostic sur les cinquante ans d’indépendance du Maroc et sur les valeurs auxquelles croient les Marocains, tire cette conclusion : le pays se trouve à la croisée des chemins, devant deux choix antagonistes : celui de la modernité et du développement, et celui de la régression. Que faut-il choisir ? Tout dépend de la capacité des acteurs politiques et de la société civile à faire pencher la balance vers la modernité et la démocratie. Or ces deux dernières ne peuvent se réaliser sans civisme et citoyenneté.

Ce débat était aussi au cœur d’une rencontre qui a réuni, du 8 au 10 mai courant, à Meknès, une brochette d’intellectuels conviés par l’association Bayt Al Hikma, présidée par la militante des droits de l’homme Khadija Rouissi. Thème de la rencontre : « Quelles valeurs pour la construction de la société démocratique ? » Rappelons que c’est Bayt Al Hikma, constituée à l’été 2007, qui a publié en janvier 2008, lors des événements de Ksar El Kébir, un manifeste pour la défense des libertés individuelles.

L’association avait dénoncé alors les « campagnes de stigmatisation religieuse suscitées et relayées par divers groupes intégristes, sites internet et titres de presse et qui constituent autant d’atteintes graves à un principe fondamental, universellement reconnu : celui des libertés individuelles ». Mais des libertés individuelles peuvent-elles exister sans transition vers la démocratie et sans inculcation des valeurs de civisme, de citoyenneté, de tolérance, d’écoute et de respect de l’autre ? Assurément pas, répondent unanimement les participants à cette rencontre.

Il y a une condition sine qua non pour la réussite de ce processus : l’émergence d’une culture de l’individu où les valeurs du civisme et de la citoyenneté prennent une place centrale. Comment ? Ces valeurs sont une responsabilité collective, répond Amina Bouayache, présidente de l’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH), sur laquelle il faut interpeller « l’école, la société civile, les partis politiques et la presse. Or tous ces outils sont en deçà de leurs responsabilités ».

L’école est particulièrement incriminée, elle qui doit jouer un rôle dans l’éducation des six millions et demi de Marocains, du primaire au supérieur. Il doit y avoir une charte des valeurs qui traverse la société horizontalement et verticalement. Or, l’école, précisément, martèle Driss Bensaïd, sociologue et coordinateur du Groupe de recherche et d’études sociologiques (GRES), « fait une séparation nette entre l’enseignement, l’éducation et la culture. S’il arrive à l’école de dispenser un bon enseignement, elle est cancre en matière d’éducation et de culture ». Et sans culture du civisme et de la citoyenneté, le citoyen, particulièrement la jeunesse, est perméable à toutes les influences. Les médias publics qui ont un rôle fondamental à jouer manquent à l’appel.

L’Etat est spectateur, accuse Mme Merouazi, « au lieu de jouer un rôle d’acteur au plan audiovisuel. On a déclenché des grands chantiers, mais sans stratégie parallèle au niveau des médias publics. C’est bien de libéraliser l’audiovisuel, encore faut-il qu’il joue le rôle de levier dans la diffusion des valeurs de citoyenneté et de civisme ». Sans lesquelles, rappelons-le, point de démocratie .

Source : La vie éco - Jaouad Mdidech

Sujets associés : Education - Civisme - Conseil supérieur de l’enseignement - Jeunesse - Abdelaziz Meziane Belfkih

Suivez Bladi.net sur Google News

Nous vous recommandons

Education

Guelmin accueille cinq nouvelles universités

Le gouvernement compte construire cinq établissements universitaires dans la région de Guelmim-Oued Noun pour un budget de plus de 160 millions DH. Ils verront le jour dans le cadre de partenariats avec le conseil et la wilaya de la région et les...

Maroc : des photos intimes de lycéennes dévoilées

La police recherche activement un individu qui a publié sur un compte Instagram anonyme, des photos intimes de lycéennes et collégiennes relevant de la mission espagnole. La publication a provoqué la colère de celles-ci et de leurs...

L’ENSA de Khouribg à l’ « Enactus World Cup 2021 »

Le Maroc sera représenté cette année à la plus grande compétition d’entrepreneuriat social estudiantin par l’équipe Enactus de l’école nationale des sciences appliquées (ENSA) de Khouribga. Cette sélection est intervenue suite à sa victoire à la compétition...

France : voici les nouvelles conditions qui s’imposent aux étudiants marocains

L’extension du pass sanitaire aux cafés, restaurants, centres commerciaux, ainsi qu’aux avions, trains, cars longs trajets et aux établissements médicaux prévue en août en France coïncide avec l’arrivée des étudiants marocains sur le territoire français. Des...

Maroc : du changement pour le concours des enseignants

Les postulants au prochain concours de recrutement des enseignants et des cadres administratifs doivent impérativement être âgés de 30 ans maximum. Vendredi, le ministère de tutelle a dévoilé les nouveautés introduites dans le...

Civisme

Coronavirus : "Restez chez vous", l’appel lancé par les internautes

Le Maroc a décrété l’état d’urgence pour essayer de limiter le nombre de contamination qui, malgré les mesures de prévention, ne fait qu’augmenter. Les internautes s’invitent dans la lutte avec un appel lancé à tous les Marocains afin qu’ils choisissent la...

Espagne : l’honnêteté de ce Marocain a (bien) été récompensée

Le propriétaire de la cafétéria Youss, à Vigo, a rendu à l’un de ses clients, un billet gagnant de 20 000 euros que ce dernier avait égaré. Un geste qui a suscité admiration et considération pour ce jeune Marocain de 39 ans dont l’entreprise traverse pourtant...

Espagne : un Marocain trouve un portefeuille de 1 500 euros et le rend à la police

Ali El Aloui, un Marocain de 34 ans résidant à Onda, a rendu à la police locale les 1 550 euros qu’il a trouvés dans un guichet automatique. Il n’est pas à son premier geste d’honnêteté.

Conseil supérieur de l’enseignement

Crise des vocations chez les professeurs marocains

Une grande partie des enseignants marocains n’a pas la vocation et est entrée dans la profession à cause des avantages qu’elle offre, mais surtout par nécessité, selon le Conseil supérieur de l’Éducation.

Au Maroc, l’école privée réussit bien mieux que le public

Les établissements privés au Maroc ont, en général, de meilleurs résultats que ceux du public. Il se dégage un écart entre le niveau de performance des élèves, selon conseil supérieur de l’Éducation.

Maroc : de nombreux élèves victimes de harcèlement sexuel

Au Maroc, de nombreux enfants et adolescents sont victimes de harcèlement sexuel, que ce soit de la part de leurs camarades ou des encadreurs. Les chiffres révélés par le conseil de l’Éducation sont...

Maroc : ces diplômes qui protègent (un peu) du chômage

Les titulaires d’un doctorat et d’un bachelor au Maroc seraient les plus recherchés sur le marché de l’emploi, d’après une enquête qui vient d’être publiée.

Jeunesse

Un couple de Syriens meurt après avoir été jété à la mer près de Nador

Kozal et Mala Hussein qui étaient en route pour l’Espagne, n’arriveront pas à destination. Le conducteur du jet ski, d’origine marocaine qui les transportait, a jeté en mer le jeune couple kurdo-syrien avant d’atteindre la terre...

Covid-19 : le Maroc va débuter la vaccination de tous les élèves

Le Maroc va démarrer une grande campagne de vaccination au profit de tous les élèves âgés de 12 à 17 ans. Celle-ci doit débuter les 31 août prochain.

La France organise des « États généraux de la laïcité »

La France va lancer des « États généraux de la laïcité » mardi 20 avril 2021, qui aboutiront à une « grande consultation auprès de 50 000 jeunes ». Cette annonce a été faite par Marlène Schiappa, ministre déléguée à la...

Maroc : augmentation des chômeurs au deuxième trimestre de 2021

Le Maroc a enregistré une augmentation du nombre de chômeurs au deuxième trimestre de 2021. Cette situation, due à la crise sanitaire causée par le Covid-19,, présente des disparités entre les zones rurales et...

World Economic Forum 2021 : Une Marocaine distinguée “Young Global Leader”

Sanae Lahlou a été nommée « Young Global Leaders » (YGL) du World Economic Forum 2021. Ainsi, la Directrice de la Business Unit « Afrique » de Mazars au Maroc, trône désormais dans le prestigieux cercle des leaders engagés dans la transformation du monde,...

Abdelaziz Meziane Belfkih

Covid-19 : près de 20 millions de doses déjà injectées au Maroc

Le seuil des 20 millions de doses devrait être franchi dans les tout prochains jours. En 23 semaines consécutives de vaccination, le nombre de personnes complètement vaccinées a atteint 9 181 595 personnes, tandis que les primo-vaccinés s’élèvent...

Covid19 au Maroc : hausse inquiétante du taux de reproduction

Le taux de reproduction du Covid-19 a franchi la barre de 1 et progresse malheureusement depuis quelques jours. Et ce, malgré les nombreux appels au respect des mesures préventives. Les données affichent une progression de 1,3 au niveau national durant...

Les contaminations au Covid-19 en forte hausse au Maroc

Abdelkrim Meziane Bellefquih, chef de la division des maladies transmissibles fait savoir que le taux de contamination a connu une augmentation sensible (+12,05 %). Il appelle à davantage de vigilance afin d’éviter toute résurgence de la diffusion du...