Création d’un centre des droits des migrants au Maroc

17 septembre 2002 - 07h56 - Maroc - Ecrit par :

L’idée a germé depuis le mois de mars 2002 et est passée à la phase de concrétisation en juillet. L’Observatoire pour les droits des migrants a fait l’objet d’un partenariat entre le ministère des Droits de l’Homme et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Mardi à Rabat, une table ronde a été consacrée à l’examen des tâches qui incombent à cette nouvelle structure.

Le débat international que suscitent les immigrés dans les pays du nord est relancé. Ces pays ont toujours préféré suivre une approche sécuritaire vis-à-vis des immigrés condamnant ces derniers, surtout ceux entrés clandestinement, à vivre dans des conditions inhumaines. Ce Centre des droits des migrants (CDM) que propose le Maroc veut changer cette approche sécuritaire qu’adoptent ces pays pour la remplacer par une approche humanitaire permettant à l’immigré de jouir de ses droits, de son bien-être et de sa dignité.

Le premier ministre, M. Abderrahman Youssoufi, a souligné cet aspect lors de la table ronde organisée par le ministère des Droits de l’Homme. Il a mis en évidence le rôle que devra jouer cette structure dans l’ébauche des réflexions à travers le monde sur la situation des immigrés, notamment les Marocains résidant à l’étranger. M. Youssoufi a souligné la nécessité d’accorder un intérêt particulier à la communauté marocaine immigrée en vue de mettre au point, dans les plus brefs délais, les mesures qui s’imposent. La réflexion à ce niveau, a-t-il précisé, ne doit pas être superficielle et doit tenir en compte les changements que vivent nos immigrés à l’étranger. Il a, par ailleurs, appelé à une coopération internationale qui pourrait apporter secours à cette tranche d’immigrés en situation irrégulière, faisant l’objet d’exploitations massives et de l’humiliation la plus intolérable.

Cet aspect a retenu également l’attention du ministre des Droits de l’homme, M. Mohamed Aujjar qui, dans son discours, a lancé un appel en faveur des immigrés clandestins. Le centre des droits des migrants est doté, a-t-il déclaré, d’un comité d’orientation rassemblant des représentants de différents départements ministériels concernés, d’associations opérant dans le domaine. Ce qui ouvre déjà les perspectives d’une coopération et d’une coordination entre les acteurs de lutte pour les droits des immigrés.

Au cours de son intervention, M. Aujjar a annoncé la création d’un comité interministériel présidé par le premier ministre et dont le rôle est d’appuyer les marocains résidant à l’étranger. Le comité se doit de coordonner tous les efforts déployés dans ce sens pour la mise en place de mesures et procédures qui répondent le plus aux attentes de nos immigrés. Un autre comité a été créé en parallèle, a déclaré le ministre des Droits de l’Homme, en vue d’offrir un soutien technique qui devra faciliter la tâche au comité précité.

Dans ce même souci, M. Aujjar a évoqué différentes mesures entreprises en faveur des Marocains résidant à l’étranger. Parmi ces mesures, la publication d’un document incitant les secteurs concernés par les problèmes des immigrés marocains à nommer un cadre à la tête de chaque département chargé de près du dossier. Et ce, dans le but de créer un réseau de communication entre ces départements.

La création du CDM ne fait donc qu’accélérer ce processus de défense des droits de nos immigrés en offrant un pont vers la concrétisation des procédures engagées. Ceci requiert d’autant plus l’urgence en ce moment où l’on classe les immigrés arabes et musulmans dans le rang de terroristes présumés.

Par Leila Hallaoui pour libération

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Droits et Justice - Immigration - Mohamed Aujjar - Aberrahmane El Youssoufi - MRE

Ces articles devraient vous intéresser :

Aide au logement : succès auprès des MRE

Près d’un quart des potentiels bénéficiaires de l’aide au logement sont des Marocains résidant à l’étranger (MRE). Les inscriptions ont démarré le 1ᵉʳ janvier.

MRE et l’OCDE : l’heure de la renégociation fiscale

Le gouvernement marocain affirme vouloir préserver les intérêts des six millions de Marocains résidant à l’étranger (MRE). Il entend engager dans les prochains jours des négociations avec l’OCDE pour revoir les conventions relatives à l’échange des...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Prix des billets de bateau pour les MRE : un réduction de 25 % ?

Une augmentation de 28 % du nombre des arrivées des Marocains résidant à l’étranger (MRE) a été constatée depuis le lancement de l’Opération Marhaba, selon Mohamed Abdeljalil, le ministre du transport et de la logistique, à la Chambre des Conseillers,...

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Un nouveau service pour les MRE

Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération africaine simplifie une fois de plus la vie des Marocains résidant à l’étranger (MRE) en mettant en place une nouvelle procédure pour la délivrance des « Prestations consulaires de proximité »...

Un ancien ministre interdit de quitter le Maroc après ses propos sur le roi Mohammed VI

Les autorités marocaines ont interdit à l’ancien ministre Mohamed Ziane de quitter le royaume, après ses déclarations contre le roi Mohammed VI dont il dénonçait l’absence prolongée.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Transferts de fonds des MRE : un record et une bouffée d’air pour le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent fortement à l’économie marocaine à travers les transferts de fonds qui vont crescendo ces dernières années. Ces flux sont passés de 22,96 milliards de dirhams en 2000 à 93,67 milliards en 2021.