Crise sanitaire : les ménages marocains affluent vers l’épargne

3 mars 2021 - 05h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Afin de surmonter les conséquences de la crise sanitaire, les Marocains se réfugient dans l’épargne. Au regard de l’incertitude qui plane sur la vie économique, avec son lot de chômage, cette option offre une certaine sécurité.

Depuis quelques mois, l’épargne des Marocains se multiplie. Ainsi, « le solde des comptes courants des particuliers et des MRE affichait 463 milliards de dirhams à fin janvier 2021, soit 42 milliards de plus qu’un an auparavant », alors que « les comptes sur carnet ont accumulé 2,7 milliards de dirhams supplémentaires », fait part L’Économiste. Cette attitude des ménages est principalement liée à la crainte du chômage. Ainsi, « le comportement d’épargne des ménages est une sorte de réserve de sécurité permanente contre le chômage ».

Ce montant de 110 milliards de dirhams entre évolution du cash et dépôt à vue devrait pour l’État être dirigé vers la relance de la consommation, puisqu’il représente presque le coût du plan de relance, soit 11 % du PIB. L’épargne à court terme en dépôt à vue et l’immobilier demeurent les placements prisés par les Marocains, a indiqué le quotidien, ajoutant que le Fonds d’investissement Mohammed VI représente « une opportunité intéressante pour faire fructifier son épargne sur le long terme », tout en étant certain que « l’épargne restera sans doute investie sur le court terme dans un contexte de persistance de l’incertitude, de chômage important, de finances publiques complexes et de rendement bas ».

Quid du repositionnement sur les actions ? Le quotidien assure qu’il faudra du tact. Les résultats 2020 des entreprises traduiront l’envergure de l’impact de la crise sanitaire. Même si elle ne sera pas la même pour tous, ne paiera que la capacité de réajustement des modèles d’affaires et d’anticipation des chocs et des risques de chaque entreprise.

En ce qui concerne l’intérêt que pourrait engendrer l’emprunt national, il exigera l’offre des conditions de rémunération plus profitables que les formules d’épargne actuellement. Cet emprunt chez les ménages marocains nécessiterait beaucoup de dépenses en communication. De plus, « l’emprunt devra être remboursé par l’impôt ou la dette. Cela impose de questionner l’exécution de la réforme fiscale et l’équité fiscale promises après les assises de la fiscalité en 2019 », conclut le journal.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Chômage - Menaces - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Un quart des Marocains pas confiants en l’avenir

24,4 % des ménages marocains s’attendent à une dégradation du niveau de vie au cours des 12 prochains mois, selon les données révélées par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Maroc : détérioration alarmante de la confiance des ménages

L’année 2020 s’est soldée par une dégradation de la confiance des ménages marocains, bien que cette confiance ait été stable au quatrième trimestre de 2020. C’est ce...

Maroc : la consommation des ménages a du mal à repartir

Moteur de la croissance, la reprise de la consommation des ménages est hypothétique malgré un petit rebond à la fin du confinement. Les dépenses des ménages se sont établies à...

Maroc : près de la moitié des entreprises sont en grande difficulté

Sur l’ensemble des entreprises marocaines, 40 % ont indiqué n’ayant plus de réserve de trésorerie pour le second semestre de 2020. C’est ce que révèle le Haut Commissariat au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc prolonge à nouveau l’état d’urgence sanitaire

Comme prévu, le gouvernement marocain vient d’annoncer la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Le tourisme marocain connaît une embellie pendant les fêtes de fin d’année

Au Maroc, plusieurs établissements hôteliers ont fait le plein pendant les fêtes de fin d’année. Une embellie après deux ans difficiles de crise sanitaire liée au Covid-19.

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé encore d’un mois

Réuni en séance hebdomadaire ce jeudi 29 décembre 2022, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 31 janvier 2023, l’état d’urgence sanitaire.

Au Maroc, 20% des entreprises de transport touristique mettent la clé sous le paillasson

Les entreprises de transport touristique n’ont pas pu se refaire une bonne santé financière après la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a touché de plein fouet le secteur. Conséquence : près de 20 % d’entre elles se voient contraintes de mettre la...

Le Maroc met fin à la fiche sanitaire

Quelques jours après avoir annoncé la fin de l’état d’urgence sanitaire, les autorités marocaines portent à la connaissance des voyageurs que la fiche sanitaire n’est plus une obligatoire pour accéder au territoire.

Maroc : en difficulté, les hôtels subventionnés par l’Etat

L’État va octroyer une nouvelle subvention aux établissements d’hébergement hôtelier qui présentent des « cas exceptionnels », afin de mettre à niveau leurs infrastructures. Les détails de cette opération ont été publiés. Le dépôt des demandes jusqu’au...

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.