Crise sanitaire : les ménages marocains affluent vers l’épargne

3 mars 2021 - 05h40 - Ecrit par : J.K

Afin de surmonter les conséquences de la crise sanitaire, les Marocains se réfugient dans l’épargne. Au regard de l’incertitude qui plane sur la vie économique, avec son lot de chômage, cette option offre une certaine sécurité.

Depuis quelques mois, l’épargne des Marocains se multiplie. Ainsi, « le solde des comptes courants des particuliers et des MRE affichait 463 milliards de dirhams à fin janvier 2021, soit 42 milliards de plus qu’un an auparavant », alors que « les comptes sur carnet ont accumulé 2,7 milliards de dirhams supplémentaires », fait part L’Économiste. Cette attitude des ménages est principalement liée à la crainte du chômage. Ainsi, « le comportement d’épargne des ménages est une sorte de réserve de sécurité permanente contre le chômage ».

Ce montant de 110 milliards de dirhams entre évolution du cash et dépôt à vue devrait pour l’État être dirigé vers la relance de la consommation, puisqu’il représente presque le coût du plan de relance, soit 11 % du PIB. L’épargne à court terme en dépôt à vue et l’immobilier demeurent les placements prisés par les Marocains, a indiqué le quotidien, ajoutant que le Fonds d’investissement Mohammed VI représente « une opportunité intéressante pour faire fructifier son épargne sur le long terme », tout en étant certain que « l’épargne restera sans doute investie sur le court terme dans un contexte de persistance de l’incertitude, de chômage important, de finances publiques complexes et de rendement bas ».

Quid du repositionnement sur les actions ? Le quotidien assure qu’il faudra du tact. Les résultats 2020 des entreprises traduiront l’envergure de l’impact de la crise sanitaire. Même si elle ne sera pas la même pour tous, ne paiera que la capacité de réajustement des modèles d’affaires et d’anticipation des chocs et des risques de chaque entreprise.

En ce qui concerne l’intérêt que pourrait engendrer l’emprunt national, il exigera l’offre des conditions de rémunération plus profitables que les formules d’épargne actuellement. Cet emprunt chez les ménages marocains nécessiterait beaucoup de dépenses en communication. De plus, « l’emprunt devra être remboursé par l’impôt ou la dette. Cela impose de questionner l’exécution de la réforme fiscale et l’équité fiscale promises après les assises de la fiscalité en 2019 », conclut le journal.

Tags : Chômage - Menaces - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Maroc : la consommation des ménages a du mal à repartir

Moteur de la croissance, la reprise de la consommation des ménages est hypothétique malgré un petit rebond à la fin du confinement. Les dépenses des ménages se sont établies à 43...

Maroc : détérioration alarmante de la confiance des ménages

L’année 2020 s’est soldée par une dégradation de la confiance des ménages marocains, bien que cette confiance ait été stable au quatrième trimestre de 2020. C’est ce qu’indiquent les...

Un quart des Marocains pas confiants en l’avenir

24,4 % des ménages marocains s’attendent à une dégradation du niveau de vie au cours des 12 prochains mois, selon les données révélées par le Haut Commissariat au Plan...

Maroc : près de la moitié des entreprises sont en grande difficulté

Sur l’ensemble des entreprises marocaines, 40 % ont indiqué n’ayant plus de réserve de trésorerie pour le second semestre de 2020. C’est ce que révèle le Haut Commissariat au Plan...

Nous vous recommandons

Huile d’olive : les professionnels marocains déçus par la récolte

Les professionnels marocains de l’huile d’olive s’attendent à une récolte supérieure à celle de l’année dernière. Toutefois, la réussite de la campagne de cette année reste tributaire d’une bonne pluviométrie.

Melilla : difficile de vendre les voitures immatriculées au Maroc

Plusieurs habitants de Melilla attendent avec impatience la réouverture de la frontière avec le Maroc pour vendre leurs véhicules immatriculés au Maroc et détenant la carte verte.

Les premiers mots de Salah Abdeslam au tribunal

Le procès français sur les attentats du 13 novembre s’est ouvert ce mercredi 8 septembre 2021 devant la cour d’assises spéciale de Paris pour une durée de neuf mois. Le terroriste djihadiste français d’origine marocaine, Salah Abdeslam déclare avoir «...

MRE : Algésiras attend avec impatience la reprise du trafic maritime avec le Maroc

Le port d’Algésiras attend avec impatience la réouverture des frontières maritimes avec le Maroc, maintenant que le changement de position de l’Espagne sur le Sahara a ouvert une « nouvelle étape » dans la relation entre les deux...

L’Algérie conspire-t-elle contre le Maroc ?

L’Algérie veut profiter du prochain sommet de la Ligue arabe qu’elle accueillera du 1 et 2 novembre prochain pour isoler le Maroc, « son ennemi » qu’elle voit partout.

Un quart des Marocains pas confiants en l’avenir

24,4 % des ménages marocains s’attendent à une dégradation du niveau de vie au cours des 12 prochains mois, selon les données révélées par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

L’Algérie se lance-t-elle dans une « guerre religieuse » contre le Maroc ?

Lors d’un forum parrainé par le président algérien, Abdelmajid Tebboune, l’Algérie a affirmé que la tarîqa tijania est d’origine algérienne, tentant ainsi de provoquer une guerre religieuse avec le Maroc.

Le coronavirus emporte Omar Jazouli

Omar Jazouli, ancien maire de Marrakech et ancien député, est décédé samedi 31 juillet dans une clinique privée suite à des complications provoquées par le Covid-19.

Bruxelles : des Marocains agressent le rappeur Koba LaD

Le rappeur français Koba LaD, qui donnait un showcase au Mirano, a échappé à une agression de jeunes Bruxellois qui lui reprochaient des propos injurieux envers les Marocains tenus il y a près de trois...

Fuite au Maroc des fortunes tunisiennes

En raison du climat socio-politique et économique tendu, les hommes d’affaires et leurs familles fuient la Tunisie pour s’installer au Maroc, aux Emirats arabes unis ou encore en France.