Croissance : le Maroc surpasse l’Algérie et la Tunisie

8 mai 2023 - 12h50 - Maroc - Ecrit par : A.P

Après « une douloureuse récession du secteur agricole victime d’une sécheresse historique », le Maroc devrait avoir une croissance économique de 3,2 % cette année, contre +1,3 % l’année dernière, et légèrement au-dessus de la moyenne (3 %) de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

Avec une croissance prévisionnelle de 3,2 % cette année, le Maroc fera mieux que la Tunisie ou l’Algérie, indique la direction des études économiques du groupe français Crédit Agricole, « premier financeur de l’économie européenne », annonçant une croissance moyenne de 3 % dans la région MENA et une poursuite de l’inflation des prix des matières premières et des produits de consommation importés. En 2022, la croissance moyenne était de 5,4 %, en raison de la hausse considérable des PIB des pays producteurs de pétrole qui cédaient le prix du baril à plus de 100 dollars, et de la forte hausse des ventes par rapport à 2021.

Cette année, la croissance des pays non producteurs de pétrole devrait « s’orienter en ralentissement pour la Tunisie, rester relativement stable pour l’Égypte et la Jordanie et serait en hausse assez vigoureuse au Maroc », souligne l’étude, notant que dans la région MENA, le royaume fera mieux que la Tunisie (pays importateur de pétrole) dont le PIB devrait décélérer de 2,5 % à 2 % ou l’Algérie (pays producteur) dont la croissance du PIB devrait passer de 3,5 % à 2,9 %.

À lire : Croissance économique en 2023 : le Maroc entre optimisme gouvernemental et les incertitudes du HCP

La reprise du secteur agricole, la crise énergétique en Espagne, en France et en Italie, les trois partenaires européens du royaume, et les évolutions du prix des importations constituent, selon Crédit Agricole, les trois facteurs qui détermineront le redressement du PIB du Maroc en 2023, après s’être établi à 134 milliards de dollars en 2022. Concernant la consommation des ménages et l’investissement, le taux devrait progresser en moyenne de 3,3 % et 3,8 % en 2023 pour l’ensemble de la région.

La croissance du PIB des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG), producteurs de pétrole, devrait quant à elle chuter de 7,5 % en moyenne en 2022 à moins de 3 % cette année, soit un ralentissement de 8,7 % à 3,2 % en Arabie saoudite, de 7,0 % à 3,8 % aux Émirats arabes unis et de 4,4 % à 2,7 % au Qatar. Une tendance à la baisse qui devrait également constater dans d’autres pays producteurs à l’exception de la Libye qui devrait faire un rebond de +17,0 % après la récession de 2022 (-13 %).

Sujets associés : Croissance économique - PIB

Aller plus loin

Maroc : la croissance s’accélère au 3ᵉ trimestre

Le Maroc s’attend à une légère accélération de son économie ce trimestre, avec une croissance prévue de 3,4 %, comparée à 3,2 % au trimestre précédent, selon les prévisions du...

La Banque Mondiale revoit à la baisse la croissance économique marocaine

De 7,9% en 2021,la croissance de l’économie marocaine devrait s’établir à 1,3% en 2022, selon les précisions données mercredi par l’économiste principal de la Banque Mondiale au...

Maroc : une croissance presque nulle en 2022

Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour le Maroc. Cette année, elle ressort à 0,8 % et devrait passer à 3,6 % en 2023, puis...

Maroc : une croissance économique revue à la hausse

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Maroc devrait enregistrer une croissance de 3,6 % en 2024, en tenant compte d’une évolution de 4,1 % des impôts et taxes sur les produits nets...

Ces articles devraient vous intéresser :

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Croissance économique du Maroc : voici les chiffres de la Banque mondiale

L’économie marocaine devrait croître de 2,5 % cette année avant d’enregistrer 3,3 % en 2024, selon les derniers chiffres publiés par la Banque mondiale. Ces chiffres sont principalement dus à la résilience du secteur du tourisme et de l’industrie...

Croissance : le Maroc surpasse l’Algérie et la Tunisie

Après « une douloureuse récession du secteur agricole victime d’une sécheresse historique », le Maroc devrait avoir une croissance économique de 3,2 % cette année, contre +1,3 % l’année dernière, et légèrement au-dessus de la moyenne (3 %) de la région...

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc : la croissance s’accélère au 3ᵉ trimestre

Le Maroc s’attend à une légère accélération de son économie ce trimestre, avec une croissance prévue de 3,4 %, comparée à 3,2 % au trimestre précédent, selon les prévisions du Haut-commissariat au Plan (HCP).

Maroc : forte hausse de la dette publique

En 2021, l’encours de la dette publique a connu une augmentation de 117 milliards, s’établissant à 1180 milliards de dirhams (MMDH), ce qui représente un ratio au Produit intérieur brut (PIB) de 88,9%.

Le sport, pilier de l’économie marocaine

Au Maroc, le sport est un secteur d’activité très rentable et qui contribue significativement au PIB.

Maroc : le HCP prévoit une croissance de 1,4 % au 4ᵉ trimestre 2022

Pour le 4ᵉ trimestre 2022, l’activité économique connaîtra une croissance de 1,4 %, selon les données publiées par le Haut commissariat au plan (HCP) dans sa note de conjoncture du troisième trimestre 2022.