Près de 100% des Français sont pour la déchéance de nationalité et l’expulsion des fichés S

7 novembre 2020 - 08h40 - France - Ecrit par : S.A

La majorité des Français souhaitent que leur pays durcisse les mesures judiciaires pour contrer le terrorisme. C’est du moins ce que révèle un sondage réalisé au lendemain de l’assassinat du professeur d’histoire-géographie Samuel Paty et de l’attentat à la basilique Notre-Dame de Nice.

L’institut Ifop-Fiducial a réalisé ce sondage pour Cnews et Sud Radio au cours de la période allant du 3 au 5 novembre 2020, sur un échantillon de 2 030 personnes. Ainsi, neuf Français sur dix (89 %) sont favorables à la déchéance de nationalité pour les personnes avec une double nationalité ayant commis des délits. Ils le sont également pour l’expulsion des fichés S résidant dans l’Hexagone ou encore la création d’un nouveau délit dit "de mise en danger par la publication de données personnelles".

Même position pour le "Guantanamo à la française", réclamé par le député LR Eric Ciotti. Il s’agit du fait de placer en détention préventivement, avant qu’elles ne commettent un crime, les personnes fichées S. "Il y a eu une émotion terrible après la décapitation de Samuel Paty et l’attentat de la basilique de Nice, et donc un durcissement de l’opinion publique", analyse sur Cnews Frédéric Dabi, directeur adjoint de l’institut Ifop.

Les nouvelles technologies sont aussi évoquées dans la lutte contre le terrorisme : la responsabilisation des réseaux sociaux des messages diffusés sur leurs plate-formes (85 %), l’utilisation de la reconnaissance faciale à des fins de sécurité intérieure (78 %) ou la suppression de l’anonymat pour les utilisateurs des réseaux sociaux (78 %).

"Il y a l’idée que ce problème du terrorisme existe depuis des années, et qu’il n’est pas résolu. Il y a une défiance à l’égard du gouvernement. Donc on appelle à des mesures chocs, qui trancheraient des sujets qui sont déjà dans le débat public", déclare M. Dabi. Pour le président de la République, Emmanuel Macron, point n’est besoin "de changer la Constitution" pour mieux lutter contre le terrorisme. Mais la majorité des sondés (69 %) manifeste sa volonté de réformer le système judiciaire et prévoir des mesures d’exception qui dérogent aux principes juridiques et constitutionnels.

Les Français les plus favorables sont les sympathisants du Rassemblement national (91 %), suivis de ceux des Républicains (89 %) et de la République en Marche (79 %).

Sujets associés : France - Terrorisme - Nice - Sondage

Aller plus loin

« La France déteste profondément l’Islam »

La rencontre entre le président français, Emmanuel Macron, et Asia Bibi, une chrétienne pakistanaise, condamnée puis acquittée pour blasphème à l’encontre de l’islam dans son...

Après l’attentat de Nice, les musulmans solidaires avec l’église catholique

Les gestes de solidarité des musulmans de France se multiplient envers les catholiques, depuis l’attentat survenu à Nice jeudi 29 octobre. Des responsables musulmans de...

La France fait pression sur le Maroc pour accueillir des fichés S

Le Maroc poursuivra sa coopération en matière d’expulsion des fichés S de la part de la France. L’assassinat du professeur d’histoire devrait accélérer les expulsions.

Le discours d’Emmanuel Macron sur l’islam dénoncé

Le discours d’Emmanuel Macron contre le séparatisme islamiste n’a pas reçu un écho favorable auprès des membres de l’institution islamique sunnite Al-Azhar. Ils dénoncent un...

Ces articles devraient vous intéresser :

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Maroc : l’agent immobilier associé à la lutte contre le blanchiment d’argent

Le Maroc veut impliquer la profession de l’agent immobilier dans la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Mais sa réglementation s’avère avant tout urgente.

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.