Les défis économiques qui attendent le gouvernement Akhannouch

29 septembre 2021 - 07h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Aziz Akhannouch continue de travailler sur la configuration de son gouvernement. Quid des défis économiques qui attendent le nouvel exécutif  ?

Le nouveau gouvernement fera face à de vieux défis économiques : stimuler l’économie marocaine et assurer une reprise post-Covid-19, rapporte le site émirati Zawya.com. Les données du Fonds monétaire international indiquent que l’économie marocaine a plongé de 7,2 % en 2020 et que le PIB devrait rebondir de 4,5 % cette année et enregistrer un taux de croissance annuel inférieur à 5 % jusqu’en 2025 au moins. En 2019, la croissance économique avait ralenti à moins de 3 % avec un chômage structurellement élevé. Dans son rapport, le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a précisé que le PIB a gagné 1 % au premier trimestre, laissant entrevoir que l’économie aura besoin de plus de relance.

À lire : Comment le RNI compte financer son programme économique ?

Selon la Direction marocaine des études et prévisions financières, les recettes touristiques -l’un des principaux générateurs de devises-, ont chuté de 58,1 % au premier semestre pour atteindre 1,35 milliard de dollars. « À la différence du Brésil ou de la Russie, il semblerait que l’épargne au Maroc n’ait jamais été anéantie par l’hyperinflation ou les chocs économiques profonds », a déclaré Charles Robertson, analyste au cabinet Renaissance Capital. « L’épargne intérieure élevée signifie que le ratio prêts-PIB au Maroc est beaucoup plus élevé que celui de nombreux pays émergents à 97 % du PIB sans financement de l’étranger », explique-t-il.

À lire : Le Maroc connaitra la croissance économique la plus forte en Afrique cette année

Le futur gouvernement devra marcher dans le sillage de l’exécutif sortant en poursuivant le programme de réformes mis en œuvre dans le cadre de la reprise post-Covid-19. Les trois grands axes de ce programme sont : la création d’un Fonds stratégique d’investissement (le Fonds Mohammed VI) pour soutenir le secteur privé, la refonte du régime de protection sociale pour renforcer le capital humain et la restructuration du vaste réseau marocain d’entreprises publiques. Il devra également travailler sur le nouveau modèle de développement qui met fortement l’accent sur le développement humain et l’égalité entre les sexes, et la nécessité de promouvoir l’entrepreneuriat privé et stimuler la compétitivité.

À lire : Malgré le Covid, le Maroc affiche une très bonne solidité économique

Le gouvernement que dirigera Aziz Akhannouch devra en outre continuer à s’adapter à la diminution du soutien du Golfe, développer davantage le secteur de l’automobile, renforcer ses relations commerciales solides avec les États de l’UE, de ses infrastructures et de son environnement des affaires favorable, etc.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Aziz Akhannouch - Conseil de gouvernement

Aller plus loin

Nouveau gouvernement : les réactions de Washington, Paris et Madrid

Au lendemain de la nomination du nouveau gouvernement marocain, Washington, Paris et Madrid ont adressé leurs félicitations à la nouvelle équipe dirigée par Aziz Akhannouch....

Le détail de la situation économique du Maroc en 2020 (Rapport)

Le wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouahri, a présenté samedi au Roi Mohammed VI, le rapport annuel de la Banque Centrale sur la situation économique, monétaire et...

Malgré le Covid, le Maroc affiche une très bonne solidité économique

Le Maroc affiche de bons signaux économiques malgré la crise du Covid. Selon les spécialistes et médias internationaux, le pays a fait preuve de résilience saluée par les...

Comment le RNI compte financer son programme économique ?

Vainqueur des législatives de septembre 2021, le RNI a chiffré son programme électoral à 270 milliards de dirhams pour les cinq ans à venir. Le fiscaliste et ancien président de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : plus d’exonérations aux promoteurs immobiliers ?

Le conseil de gouvernement veut sonner la fin des exonérations accordées aux promoteurs immobiliers. Elles seront remplacées par des aides directes, lesquelles seront accordées aux acquéreurs.

Maroc : une «  reconstruction rapide  » avec «  tous les moyens  »

Le chef du gouvernement marocain Aziz Akhannouch a déclaré que le royaume « utilisera tous ses moyens » dans la phase de « reconstruction rapide » des dégâts causés par le violent et meurtrier séisme qui a frappé la province d’Al Haouz dans la nuit du...

Maroc : où en est l’aide au logement ?

Des discussions sont en cours entre les parties prenantes pour finaliser le décret relatif à l’aide directe au logement en vue de sa présentation au Conseil de gouvernement dans les prochains jours.

Port d’armes : le Maroc durcit son arsenal juridique

Le gouvernement fait du contrôle des armes à feu une priorité. Dans ce sens, il a adopté un projet de loi pour répondre aux défis actuels et aux mutations sociales et technologiques. Ce projet est déjà sur la table du Parlement.

L’Aïd al-adha sera-t-il célébré cette année au Maroc ? Akhannouch répond

Le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, a confirmé que l’Aïd Al-Adha aura bien lieu au Maroc cette année. S’exprimant devant la Chambre des représentants lors de la session mensuelle dédiée à la politique générale de l’Exécutif, il a déclaré : « La...

Maroc : remaniement ou pas remaniement ?

L’éventualité d’un remaniement ministériel agite l’opinion publique marocaine. Aziz Akhannouch prépare-t-il un réajustement de son équipe ?

Jamaa Mouatassim démissionne du PJD, crise au sein de la formation islamiste

Le secrétaire général du Parti de la Justice et du développement (PJD), Jamaa Mouatassim, a démissionné vendredi du bureau du parti, après les rumeurs affirmant qu’il serait le conseiller politique d’Aziz Akhannouch, le chef du gouvernement.

Aïd El Fitr 2024 : une bonne surprise pour les fonctionnaires marocains ?

La ministre déléguée chargée de la réforme de l’administration et de la transition numérique, Ghita Mezzour, propose au gouvernement de décréter un congé exceptionnel de trois jours au lieu de deux à l’occasion de l’Aïd Al-Fitr 2024.

Maroc : une aide directe pour les plus pauvres

Le gouvernement envisage d’accorder en 2023 une aide financière mensuelle directe à l’ensemble des familles démunies. Plus précisément, sept millions d’enfants et 3 millions de familles seront concernés.

Maroc : pas de congé menstruel pour les femmes fonctionnaires

La proposition de loi visant à instaurer un congé menstruel, d’une durée ne dépassant pas deux jours par mois, en faveur des femmes fonctionnaires n’a pas reçu l’assentiment du gouvernement.