Comment le RNI compte financer son programme économique ?

17 septembre 2021 - 16h20 - Ecrit par : A.S

Vainqueur des législatives de septembre 2021, le RNI a chiffré son programme électoral à 270 milliards de dirhams pour les cinq ans à venir. Le fiscaliste et ancien président de l’Université Hassan Premier de Settat, Mohamed Rahj, fait une analyse de cette décision, suite à la promesse de ce parti de ne pas augmenter les impôts existants et de ne pas créer une taxe supplémentaire.

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) qualifie son programme de « chiffré, crédible et réalisable ». D’ailleurs, « nous ne ferons pas de promesses intenables », a fait savoir l’ancien ministre de l’Économie et membre du Bureau politique du parti, Mohamed Boussaid, précisant que « le coût additionnel de notre programme est soutenable et nous mobiliserons diverses ressources pour le financer ». De plus la formation politique a pris l’engagement de ne pas augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), ni sur l’impôt sur le revenu (IR), encore moins sur l’impôt sur les sociétés (IS), rapporte Snrtnews.

Pour atteindre cet objectif, « la seule solution qui reste est d’aller mobiliser des recettes fiscales supplémentaires », indique Mohamed Rahj, rappelant les recommandations des Assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 3 et 4 mai 2019, de même que la récente étude de Bank Al-Maghrib sur la mobilisation des recettes fiscales au Maroc. D’après ces études, il est possible d’augmenter les recettes fiscales via la mobilisation du potentiel. Il s’agit « de revoir les assiettes de certains apports, mais également de mobiliser le secteur informel en l’invitant cette fois-ci à rejoindre le secteur formel et payer ses impôts et taxes », sachant que le secteur informel engendre une perte de 40 MMDH et 36 MMDH de moins-values fiscales en termes de droit de douane, de taxes intérieures de consommation, TVA, impôts et autres à l’État marocain et 6 MMDH à la CNSS. Il faudra également renforcer le contrôle fiscal, réduire les taux d’imposition et autres.

Toutefois, le parti n’a pas prévu de mesures pour gérer la dette, ni pour un recours à l’endettement pour réaliser ses engagements. D’ailleurs, le recours à l’endettement dépendra surtout « des bailleurs de fonds et des organisations financières internationales qui ont leur mot à dire », indique le fiscaliste.

Pour rappel, le taux d’endettement public global du Maroc a atteint 80,4 % du PIB en 2019, 94 % en 2020 et risque d’atteindre 100 % alors qu’il ne devrait pas excéder les 60 % du PIB. Quant à l’encours de la dette extérieure publique, il a atteint 373,7 MMDH à la fin du premier trimestre 2021, a précisé la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE).

Tags : Elections - Bank Al-Maghrib (BAM) - Mohamed Boussaïd - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Impôts - Gouvernement marocain - TVA

Aller plus loin

Aziz Akhannouch dévoile la vision du prochain gouvernement

Après sa victoire éclatante lors des élections législatives, le président du RNI, Aziz Akhannouch, a été chargé par le roi Mohammed VI de former la future coalition gouvernementale....

Les chantiers qui attendent le gouvernement Akhannouch

La formation du nouveau gouvernement constitue la priorité du moment pour le leader du Rassemblement national des indépendants (RNI). Dans ce sens, Aziz Akhannouch a lancé lundi...

Maroc : le RNI, PAM et Istiqlal pour diriger le gouvernement ?

Les trois partis arrivés en tête au niveau national le RNI, le PAM et l’Istiqlal veulent s’unir pour former des coalitions pour diriger les différents conseils...

Les défis économiques qui attendent le gouvernement Akhannouch

Aziz Akhannouch continue de travailler sur la configuration de son gouvernement. Quid des défis économiques qui attendent le nouvel exécutif ...

Nous vous recommandons

Le sénat américain refuse la construction d’un consulat à Dakhla

La commission des finances du sénat américain ne veut autoriser la construction d’un consulat des États-Unis à Dakhla. Elle a refusé de financer une telle initiative, préférant investir dans la recherche d’une solution politique au...

PSG : Achraf Hakimi sanctionné

L’international Marocain Achraf Hakimi a été sanctionné par la Commission de discipline de la Ligue de Football. La LFP lui a infligé un match de suspension pour accumulation de cartons.

Frontières Maroc-Algérie : nouvel appel du roi Mohammed VI

Dans son message à la Nation à l’occasion du 22ᵉ anniversaire de la Fête du Trône samedi, le Roi Mohammed VI a appelé à l’ouverture des frontières entre le Maroc et l’Algérie. Pour le Souverain, les raisons ayant conduit à la fermeture des frontières entre...

L’Égypte facilite l’entrée sur son territoire des touristes marocains

À partir de ce 1ᵉʳ avril, l’Égypte facilite l’entrée sur son territoire des touristes en provenance de six pays dont le Maroc, afin de développer davantage son tourisme.

Les raisons de la rancœur de l’Algérie contre le Maroc

La crise maroco-algérienne perdure au grand dam des deux peuples frères. Frédéric Encel, maître de conférences à Sciences-Po Paris et professeur à la Paris School of Business, évoque les raisons qui sous-tendent la rancœur de l’Algérie contre le...

Le Maroc suspend les liaisons aériennes pendant 15 jours

Face à la propagation rapide du nouveau variant du Covid-19, Omicron, notamment en Europe et en Afrique, le Maroc vient de décider de suspendre tous les vols de passagers à destination du Royaume et ce pour une durée de 15 ...

Maroc : ces villes où le variant Omicron flambe déjà

Les villes de Rabat et Casablanca sont fortement touchées par le variant Omicron. La grande majorité des tests effectués dans ces villes sont positifs au nouveau variant. Les autorités craignent une rechute épidémiologique, appelant à renforcer les mesures...

Appie el Massaoudi : le parcours d’un « petit délinquant » devenu entrepreneur à succès

Lorsqu’il déambulait dans le Schilderswijk à La Haye (Pays-Bas), le Marocain Appie el Massaoudi était loin de s’imaginer que quelques années plus tard, il deviendrait un entrepreneur à succès, sollicité par tous, même par les plus grandes personnalités du...

Transavia renforce son offre de vols vers le Maroc

La compagnie aérienne Transavia a décidé de renforcer son offre de vols vers le Maroc cet été. Elle a annoncé 31 nouvelles liaisons pour la saison estivale sur l’ensemble de son réseau.

Le groupe Inetum recrute 400 personnes au Maroc

Inetum, spécialiste des services numériques en Europe vient de lancer le recrutement de 7 000 collaborateurs dans le monde pour le compte de cette année, dont 400 postes destinés aux Marocains.