Comment le RNI compte financer son programme économique ?

17 septembre 2021 - 16h20 - Economie - Ecrit par : J.K

Vainqueur des législatives de septembre 2021, le RNI a chiffré son programme électoral à 270 milliards de dirhams pour les cinq ans à venir. Le fiscaliste et ancien président de l’Université Hassan Premier de Settat, Mohamed Rahj, fait une analyse de cette décision, suite à la promesse de ce parti de ne pas augmenter les impôts existants et de ne pas créer une taxe supplémentaire.

Le Rassemblement national des indépendants (RNI) qualifie son programme de « chiffré, crédible et réalisable ». D’ailleurs, « nous ne ferons pas de promesses intenables », a fait savoir l’ancien ministre de l’Économie et membre du Bureau politique du parti, Mohamed Boussaid, précisant que « le coût additionnel de notre programme est soutenable et nous mobiliserons diverses ressources pour le financer ». De plus la formation politique a pris l’engagement de ne pas augmenter la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), ni sur l’impôt sur le revenu (IR), encore moins sur l’impôt sur les sociétés (IS), rapporte Snrtnews.

Pour atteindre cet objectif, « la seule solution qui reste est d’aller mobiliser des recettes fiscales supplémentaires », indique Mohamed Rahj, rappelant les recommandations des Assises nationales sur la fiscalité tenues à Skhirat les 3 et 4 mai 2019, de même que la récente étude de Bank Al-Maghrib sur la mobilisation des recettes fiscales au Maroc. D’après ces études, il est possible d’augmenter les recettes fiscales via la mobilisation du potentiel. Il s’agit « de revoir les assiettes de certains apports, mais également de mobiliser le secteur informel en l’invitant cette fois-ci à rejoindre le secteur formel et payer ses impôts et taxes », sachant que le secteur informel engendre une perte de 40 MMDH et 36 MMDH de moins-values fiscales en termes de droit de douane, de taxes intérieures de consommation, TVA, impôts et autres à l’État marocain et 6 MMDH à la CNSS. Il faudra également renforcer le contrôle fiscal, réduire les taux d’imposition et autres.

Toutefois, le parti n’a pas prévu de mesures pour gérer la dette, ni pour un recours à l’endettement pour réaliser ses engagements. D’ailleurs, le recours à l’endettement dépendra surtout « des bailleurs de fonds et des organisations financières internationales qui ont leur mot à dire », indique le fiscaliste.

Pour rappel, le taux d’endettement public global du Maroc a atteint 80,4 % du PIB en 2019, 94 % en 2020 et risque d’atteindre 100 % alors qu’il ne devrait pas excéder les 60 % du PIB. Quant à l’encours de la dette extérieure publique, il a atteint 373,7 MMDH à la fin du premier trimestre 2021, a précisé la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE).

Sujets associés : Elections - Bank Al-Maghrib (BAM) - Mohamed Boussaïd - Rassemblement National des Indépendants (RNI) - Impôts - Gouvernement marocain - TVA

Aller plus loin

Maroc : le RNI, PAM et Istiqlal pour diriger le gouvernement ?

Les trois partis arrivés en tête au niveau national le RNI, le PAM et l’Istiqlal veulent s’unir pour former des coalitions pour diriger les différents conseils élus.

Les chantiers qui attendent le gouvernement Akhannouch

La formation du nouveau gouvernement constitue la priorité du moment pour le leader du Rassemblement national des indépendants (RNI). Dans ce sens, Aziz Akhannouch a lancé lundi...

Aziz Akhannouch dévoile la vision du prochain gouvernement

Après sa victoire éclatante lors des élections législatives, le président du RNI, Aziz Akhannouch, a été chargé par le roi Mohammed VI de former la future coalition...

Les défis économiques qui attendent le gouvernement Akhannouch

Aziz Akhannouch continue de travailler sur la configuration de son gouvernement. Quid des défis économiques qui attendent le nouvel exécutif  ?

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la réforme de l’impôt sur le revenu sera effective en 2023

Annoncé en juillet dernier, la réforme de l’impôt sur le revenu (IR) entre dans sa phase active dès 2023. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, plus rien ne pourra retarder son application.

Le dirham baisse un peu face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 1,17 % face au dollar américain et s’est dépréciée de 0,21 % vis-à-vis de l’euro, au cours de la période allant du 01 au 07 décembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : voici la liste des médicaments exonérés de TVA

Les Marocains disposent désormais d’une liste actualisée de médicaments, dont la TVA est prise en charge par l’État. Cette liste a été publiée par le ministère de la Santé.

Dépréciation du dirham face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,72 % face à l’euro et de 0,13 % vis-à-vis du dollar américain, durant la période allant du 13 au 19 octobre 2022, selon les données publiées par Bank Al-Maghrib (BAM).

Le dirham se redresse face à l’euro

La devise marocaine s’est appréciée de 0,41 % face à l’euro et de 0,66 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 17 au 23 novembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).

Maroc : suspension des droits à l’importation des bovins domestiques

Le gouvernement marocain a adopté mercredi dernier, un projet de décret portant sur la suppression des droits de douane sur les achats de bovins domestiques d’un poids minimal de 550 kg.

Cafés et restaurants marocains : au bord de la faillite, ils appellent à l’aide

Au Maroc, les propriétaires de cafés et restaurants dont le secteur est au bord du gouffre plaide pour un allègement fiscal. Les taxes et impôts imposés par certaines communes tuent leurs commerces.

Appel à mettre fin à l’échange d’informations fiscales des MRE

L’Organisation démocratique du travail (OMT) a vivement critiqué la politique gouvernementale à l’égard des Marocains résidant à l’étranger, pointant du doigt une approche jugée superficielle et occasionnelle, particulièrement lors de l’accueil des MRE...

Bonne nouvelle pour les automobilistes marocains

La Direction Générale des Impôts (DGI) vient de faire une fleur aux automobilistes marocains en ce qui concerne la Taxe Spéciale Annuelle sur les Véhicules (TSAV).

Le dirham poursuit sa baisse face à l’euro

La devise marocaine s’est dépréciée de 0,10 % face à l’euro et de 0,47 % vis-à-vis du dollar américain, au cours de la période allant du 15 au 21 décembre 2022. C’est ce que précisent les indicateurs publiés par Bank Al-Maghrib (BAM).