Des centaines de kilos de haschisch dans un car en provenance du Maroc

10 septembre 2003 - 10h03 - Belgique - Ecrit par :

Au départ : un « tuyau » parvenu aux policiers, du milieu des agences de voyage du centre ville, à Bruxelles. Un car venant du Maroc transporterait d’importantes quantités de haschisch, apprennent-ils. Il devrait arriver à Bruxelles le 12 septembre 2002. Une surveillance est mise en place près de la gare du Midi. Le car est repéré, suivi et surveillé. Quand le chauffeur monte à bord et redescend avec deux sachets en main, il est interpellé. Soumis à interrogatoire, il passe à table.

Karim E. mène les policiers à un snack de l’avenue de Stalingrad. Il désigne Mohammed B. et Nourreddinne H. Personne ne dit être au courant d’un trafic de haschisch. Le car est fouillé. Rien. Les policiers s’entêtent. Ils pensent à faire peser le véhicule. Bingo. Sa tare est supérieure de 530 kilos, par rapport aux indications techniques du véhicule.

On démonte l’autocar. On fait intervenir des chiens. Ils flairent une cache. Le car est attaqué à la disqueuse et il livre son trésor : 260 kilos de haschisch. Cachés sous la couchette des chauffeurs.

Cinq prévenus sont poursuivis pour ces faits. Un seul est en aveux. Les autres se renvoient la responsabilité et chargent surtout les absents. Mais chez l’un d’eux, les enquêteurs trouveront 20 autres kilos de haschisch. Déposés par une connaissance, dit-il. Un prévenu est aussi visé par une autre affaire de trafic portant sur 232 kilos de haschisch dissimulés dans un réservoir à carburant. Le car ne pouvait charger que 30 litres à la fois...

Le car a, lui aussi, des antécédents spécifiques. Dans le giron de ses anciens propriétaires, un homme a été tué par balle à Anvers.

Ce qui a fait dire au procureur du Roi qu’il s’agissait là d’une bande n’hésitant pas à menacer des complices. Bérengère Haegeman a requis des peines de prison extrêmement sévères assorties de fortes amendes.·

JEAN-PIERRE BORLOO pour http://www.lesoir.be

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Drogues

Ces articles devraient vous intéresser :

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Rabat-Salé-Kénitra : plus de 20 tonnes de drogue partent en fumée

Depuis le début de l’année, les services régionaux des douanes de Rabat-Salé-Kénitra ont déjà détruit plus de 20 tonnes de drogues saisies lors des différents contrôles effectués dans la région.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »