Des diplômés et des entrepreneurs : la nouvelle génération maghrébine en France

3 septembre 2023 - 07h00 - France - Ecrit par : S.A

Déconstruire les préjugés en mettant avant les réussites de la deuxième génération issue de l’immigration maghrébine, c’est l’objectif du sociologue Arnaud Lacheret, professeur associé à la Skema Business School et spécialiste de la culture arabo-musulmane, qui publie son nouveau livre, les Intégrés.

Si les Maghrébins de la première génération n’ont vraiment pas connu une ascension sociale et économique, ce n’est pas le cas pour leurs enfants. C’est ce que Arnaud Lacheret démontre à travers 50 témoignages que son livre « Les intégrés – Réussites de la deuxième génération de l’immigration nord-africaine » a recueillis. De quoi confirmer les données de l’enquête « Trajectoires et origines » de l’Ined. En 2010, les enfants de parents d’origine marocaine étaient à 31 % titulaires d’un diplôme d’enseignement supérieur, soit juste trois points de moins que la population majoritaire française (l’Ined définit cette population comme les Français métropolitains non immigrés et non enfants d’immigrés ou de ressortissants d’outre-mer), fait savoir L’Express.

À lire : Persistance des discriminations envers les Maghrébins dans les universités françaises (PDF)

Quant à ceux originaires de l’Algérie, le taux était de 20 %. « Le saut générationnel est spectaculaire avec un quasi-rattrapage en une seule génération pour les descendants d’immigrés marocains et tunisiens », souligne le sociologue. Notamment la comparaison, en termes de catégories socio-professionnelles, de l’évolution des enfants des Maghrébins et celle des Italiens ou d’Espagnols. Celle des descendants de l’immigration algérienne, moins diplômée au départ, est similaire à celle des descendants de Portugais. « Sur une génération, la progression est la même entre populations européennes ou extra-européennes », ajoute l’universitaire, montrant par ailleurs que les enfants d’immigrés maghrébins privilégient des études de commerce qui leur permettent de gagner de l’argent rapidement et d’obtenir un poste à responsabilité.

À lire :Le parcours international d’Ahmed Wahbi et de son fils, des pizzaïolos marocains en France

« C’est très cruel pour les politiques de discrimination positive pratiquées en France. On favorise l’accès à Science Po, mais le but de ces jeunes n’est pas d’être fonctionnaire. Ils veulent réussir dans le privé », confie l’ancien chef de cabinet du maire LR de Rilieux-la-Pape (Rhône) de 2014 à 2017. Ces jeunes se tournent également vers les études scientifiques ou techniques, bien plus mises en valeur dans la culture nord-africaine, ce qui leur permet d’échapper partiellement aux discriminations et au favoritisme. Pour preuve, les élèves marocains sont par exemple très nombreux à Polytechnique. Les Intégrés évoque également les différences entre femmes et hommes issus de l’immigration maghrébine. « Souvent, les primo-arrivants reproduisent un schéma rural nord-africain. Les garçons passent en premier, alors que les filles doivent négocier le moindre espace de liberté. Elles se battent sans cesse », observe le sociologue.

À lire : Le parcours d’Ayoub, un jeune Marocain déterminé à réussir en France

Il poursuit : « Mais quand elles rencontrent des difficultés à l’école ou qu’elles affrontent des refus pour leurs stages ou leur premier emploi, ces femmes ont plus l’habitude des obstacles et des frustrations, contrairement aux hommes à qui on a dit oui à tout ». Par conséquent, les hommes se disent plus marqués par les discriminations que les femmes. « De surcroît, les garçons issus de l’immigration maghrébine sont victimes de plus de préjugés. Les hommes arabes sont perçus par la société française comme des conquérants, là où les femmes sont davantage vues comme des faibles victimes qu’il faut aider à émanciper. » L’auteur du livre réfute par ailleurs la tendance des politiques à lier tous les problèmes de l’intégration à l’islam. « Il est faux de lier tous les problèmes de l’intégration à l’islam. Les primo-arrivants venus du Maghreb sont plutôt conservateurs. Mais c’est une culture patriarcale et rurale que l’on retrouve autour de la Méditerranée », estime Arnaud Lacheret, dénonçant les courants qui « ciblent la deuxième génération, et de préférence ceux qui n’arrivent pas à évoluer au-dessus de la condition sociale de leurs parents ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Intégration - Islam

Aller plus loin

Persistance des discriminations envers les Maghrébins dans les universités françaises (PDF)

En France, les candidats maghrébins qui souhaitent faire un Master à l’université ont moins de chances que les autres de recevoir une réponse à leur courrier de demande...

Le parcours impressionnant d’Amine Lecomte-Addani

Lorsqu’il a commencé à jouer en France dans des clubs comme Orgeval, Cormontreuil, La Neuvillette ou encore le Stade de Reims, rien ne prédestinait le gardien de buts...

Le parcours d’Ayoub, un jeune Marocain déterminé à réussir en France

Arrivé en France en 2021, Ayoub, un jeune Marocain, se bat de jour comme de nuit pour réussir sa vie. Malgré les obstacles qui se dressent sur son chemin, l’espoir ne l’a jamais...

Le parcours international d’Ahmed Wahbi et de son fils, des pizzaïolos marocains en France

En France, Ahmed Wahbi, un homme d’origine marocaine et son fils, Youssef, consacrent leur vie à la pizza. Et leurs efforts quotidiens sont couronnés de succès.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.

Aïd al-Adha : ruée de Marocains vers l’Espagne

Alors que de nombreux Marocains résidant à l’étranger (MRE) rentrent au Maroc pour y passer les congés de l’Aïd al-Adha, certaines familles marocaines font le chemin inverse.

Une journaliste franco-marocaine conteste l’interdiction du hijab sur la carte de presse en France

La journaliste franco-marocaine Manal Fkihi a annoncé son intention de contester la règle interdisant aux femmes voilées de porter le hijab sur la photo de la carte de presse française. Cette décision fait suite au refus de la Commission de délivrance...

Maroc : la date de l’Aïd Al Fitr connue

Considérant que le jeûne de Ramadan durera 29 jours cette année selon les calculs astronomiques, l’Aïd Al Fitr 2024 sera célébrée au Maroc le mercredi 10 avril.

Ramadan et diabète : un mois sacré sous haute surveillance médicale

Le jeûne du Ramadan, pilier de l’islam, implique une abstinence de boire et de manger du lever au coucher du soleil. Si ce rite revêt une importance spirituelle majeure pour les fidèles, il n’en demeure pas moins une période à risque pour les personnes...

MRE : Du changement pour l’opération Marhaba 2024

Contrairement aux années antérieures, l’opération Marhaba marquant le retour des Marocains résidant à l’étranger (MRE) au Maroc va démarrer deux jours avant la date habituelle. La coïncidence avec l’Aïd al-Adha oblige.

Hajj : une clause "anti-protestation" fait polémique au Maroc

L’introduction par le ministère des Habous et des Affaires islamiques dirigé par Ahmed Taoufiq d’une clause qui oblige le pèlerin marocain pour le hajj 2024, un des cinq piliers de l’islam, « à ne pas protester même en cas de retard de l’avion », fait...

Maroc : voici la date de l’Aid Al Mawlid Annabaoui

Le mois de Rabie-I 1445 de l’hégire débutera le dimanche 17 septembre 2023 et Aïd Al Mawlid Annabaoui célébré le jeudi 28 septembre, a annoncé le ministère des Habous et des affaires islamiques.

Ramadan 2024 au Maroc : voici le montant de la Zakat

Le Conseil supérieur des Oulémas a fixé, il y a quelques jours, le montant minimum de la Zakat Al Fitr au titre de l’année 2024/1445.

Début de Ramadan au Maroc : décision ce mercredi

Alors que la majorité des pays musulmans débutent officiellement le ramadan ce jeudi 23 mars 2023, les Marocains, eux, devront attendre ce soir la décision du ministère des Habous et des Affaires islamiques.