Comment le dirham se porte face à l’euro

14 septembre 2020 - 12h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Le dirham s’est apprécié de 0,67% par rapport à l’euro et s’est déprécié de 0,21% vis-à-vis du dollar au cours de la période allant du 03 au 09 septembre 2020. C’est ce qu’indiquent les données de Bank Al-Maghrib (BAM).

Selon la Trésorerie générale du Royaume, les finances publiques accusent à fin août 2020 une baisse des recettes ordinaires de 0,1% contre une hausse des dépenses ordinaires de 2,3%. Elle dégage ainsi un solde ordinaire négatif de 2,5 Mds de DH.

Les recettes fiscales, elles ont connu pratiquement la même cadence baissière que le mois de juillet soit un taux de 7,7% s’établissant à 130,5 Mds de DH à fin août 2020 contre 141,4 Mds de DH un an auparavant. Pour ce qui est de la fiscalité domestique, les recettes nettes afférentes à l’IS ont baissé de 0,6% à 28.017 MDH à fin août 2020 contre 28.177 MDH un an auparavant.

Les recettes non fiscales se sont établies à 30 Mds de DH contre 19,2 Mds de DH un an auparavant, en hausse de 56,1% ou +10,8 Mds de DH.

A fin août 2020, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires a été de 98,4% contre 100,8% un an auparavant. Ainsi, à fin août 2020, 55,4% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 25,6% aux dépenses de matériel, 14,2% aux intérêts de la dette et 3,4% aux émissions de la compensation.

En matière de dépenses, on relève un taux d’engagement global des dépenses de 60% et un taux d’émission sur engagements de 86% contre respectivement 61% et 83% un an auparavant.

Le montant global des remboursements de TVA à l’intérieur et à l’importation est de 6 103 MDH contre 7 412 MDH à fin août 2019.

Face à une détérioration des recettes et une montée en flèche des dépenses, le déficit budgétaire continuera à se dégrader. Au mois de septembre, les recettes fiscales se creuseraient davantage si un nombre important d’entreprises manifestent leur intérêt pour bénéficier de la dispense du 3ème compte de l’IS. Le recours à l’endettement est de plus en plus inévitable pour que l’Etat puisse faire face à ses engagements.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Capitaux - Chiffre d’affaires - Déficit - Coronavirus au Maroc (Covid-19)

Aller plus loin

Coronavirus au Maroc : alerte pour le déficit budgétaire

Le Maroc pourrait enregistrer un déficit budgétaire dû à la crise de la pandémie du covid-19. Les principales institutions financières du royaume donnent l’alerte sur ce risque...

Le dirham prend de la valeur face à l’euro

Le dirham s’est apprécié de 0,28% par rapport à l’euro et 0,14% par rapport au dollar américain. Ceci dans la période située entre septembre et octobre, selon Bank Al-Maghrib...

Le Maroc s’apprête à liquider les entreprises publiques déficitaires

Les entreprises publiques à l’agonie depuis plusieurs années sont sur le point d’être liquidées. Après la liquidation de SEPYK, il y a quelques semaines, on s’apprête à liquider...

Maroc : lourd déficit budgétaire à cause du coronavirus

25,5 milliards de dirhams. C’est le déficit qu’ont enregistré les finances publiques à la fin du mois de mai, soit deux mois après l’avènement du coronavirus au Maroc.

Ces articles devraient vous intéresser :

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Covid-19 : les Marocains désertent les centres de vaccination

Au Maroc, ce n’est plus la grande affluence dans les centres de vaccination. La stabilité de la situation épidémiologique semble expliquer ce désintérêt des Marocains pour la vaccination contre le Covid-19.

Maroc : statut auto-entrepreneur ou fraude fiscale ?

Les auto-entrepreneurs, statut lancé en 2015, sont peu nombreux à déclarer leurs chiffres d’affaires à la Direction des impôts. Une situation qui préoccupe les patrons marocains et à laquelle pourrait remédier le Projet de loi de finance (PLF) 2023.

Le Maroc met fin à l’état d’urgence sanitaire

Le gouvernement marocain a décidé de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus.

Maroc : l’état d’urgence sanitaire prolongé jusqu’au 31 décembre

Le gouvernement vient d’annoncer, une nouvelle fois, la prorogation de l’état d’urgence sanitaire sur l’ensemble du territoire national.

Maroc : plus de mariages, moins de divorces

Le Haut-commissariat au plan (HCP) vient de livrer les dernières tendances sur l’évolution démographique, le mariage, le divorce et le taux de procréation par rapport à 2020, année de la survenue de la crise sanitaire du Covid-19.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

Tournage de films : le Maroc et Netflix en discussion

Le ministre marocain de la Culture, Mehdi Bensaïd, a rencontré lundi l’envoyé spécial du président de Netflix. Objectif, négocier l’installation de la plateforme américaine au Maroc pour augmenter le chiffre d’affaires annuel des tournages étrangers...

Aziz Akhannouch confiné après avoir contracté le Covid-19

Le Chef du gouvernement,Aziz Akhannouch, a contracté le Covid-19, sous une forme asymptomatique, selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baitas.