Maroc : le déficit budgétaire reste constant en ces temps de Covid

15 mars 2021 - 16h40 - Economie - Ecrit par : J.K

Le déficit budgétaire enregistré à fin février 2021 au Maroc est de 12,6 milliards de DH, soit presque le déficit obtenu en février 2020 et n’ayant pas subi les impacts de la pandémie. C’est ce qu’a indiqué le ministère de l’Économie dans sa publication de la Situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) à fin février 2021.

La constance du déficit est due à l’augmentation des recettes de 300 millions de DH à la baisse des dépenses de 2,1 MMDH et à la chute de l’excédent des comptes spéciaux du Trésor (CST) de 2,7 MMDH. Quant à la croissance des recettes, elle est due surtout aux recettes non fiscales de +700 MDH, après un versement de 500 DU de l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie au titre des dividendes de 2020.

Par contre, les recettes fiscales ont connu une chute de 600 DH due aux taxes intérieures de consommation (TIC) de −900 DH, à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) à l’importation de −400 MDH et aux droits d’enregistrement et de timbre de −400 MDH. Cette chute a toutefois été modérée, grâce à l’augmentation des recettes au titre de l’impôt sur le revenu de +700 MDH et de la TVA à l’intérieur de +400 MDH. En ce qui concerne les recettes de l’impôt sur les sociétés et des droits de douane, elles sont restées au même niveau que celles de 2020, soit respectivement 2,2 MMDH et 1,7 MMDH, a souligné le ministère.

En ce qui concerne les dépenses ordinaires, elles ont affiché un repli d’environ 1,1 MMDH, dû à une baisse des dépenses au titre des autres biens et services de −1,5 MMDH, des intérêts de la dette de −500 MDH et à une hausse de 814 MDH des charges de personnel, principalement en raison des mesures de la 3ᵉ phase du dialogue social. La charge de la compensation, à fin février 2021, est de 2,9 MMDH, contre 2,8 MMDH en 2020.

En outre, les émissions des dépenses d’investissement ont connu une chute de 1,1 MMDH atteignant ainsi 15,2 MMDH, avec un taux de réalisation de 22,3 % comparativement aux prévisions de la LF 2021. Par ailleurs, « compte tenu de ces évolutions et d’une baisse des opérations en instance de 900 MDH, la situation des charges et ressources du Trésor dégage un besoin de financement de l’ordre de 13,4 MMDH, contre 16,8 MMDH à fin février 2020 », ajoute la même source.

Sujets associés : Budget - Déficit

Aller plus loin

Maroc : les recettes de l’IS baissent et celles de l’IR grimpent

La direction générale des impôts a constaté une évolution divergente des recettes provenant de l’impôt sur les sociétés (IS) et de recettes de l’impôt sur les revenus (IR)....

Maroc : le déficit atteint 7,6% du PIB (82,4 milliards de dirhams)

Le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration a indiqué qu’à fin décembre 2020, la Loi de finances rectificative (LFR) a révélé un déficit...

Maroc : recul des importations et exportations à fin novembre

Les importations et exportations (automobile, textile et cuir et l’aéronautique) ont affiché respectivement un recul de 15,9% et 8, 4% à fin novembre 2020 par rapport à la...

Maroc : baisse du déficit budgétaire à fin 2021

À fin 2021, le déficit budgétaire du Maroc devrait baisser à 6,7 % du produit intérieur brut (PIB), grâce à la bonne tenue des impôts indirects, selon la Banque mondiale.

Ces articles devraient vous intéresser :

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

Maroc : hausse du déficit commercial en 2021

Sur l’ensemble de l’année 2021, les échanges commerciaux du Maroc ont connu un important rebond, marqués par une hausse du déficit commercial à 15,5 %, selon Bank Al-Maghrib.

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Le Maroc réussit à faire baisser son déficit budgétaire

À fin octobre dernier, le déficit budgétaire du Maroc s’est allégé, s’établissant à 25,1 milliards DH contre 47 milliards de DH un an auparavant, selon la situation des charges et dépenses du Trésor.

Le Maroc investit massivement dans sa défense et son industrie militaire

Le budget du ministère marocain de la Défense nationale devrait atteindre 124,7 milliards de dirhams l’année prochaine, selon le Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un budget en hausse d’environ 5 milliards de dirhams par rapport à 2023.

Fonctionnaires marocains : une décennie de croissance salariale

Entre 2012 et 2022, le salaire moyen dans la fonction publique marocaine a connu une hausse de 15,1 %, selon le ministère de l’Économie et des finances.

Subventions maintenues au Maroc : un répit pour le pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement marocain a décidé de maintenir les subventions du gaz butane, du sucre et de la farine au titre de l’exercice 2024 dont le budget est estimé à 16,36 milliards de dirhams dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024.

Standard & Poor’s : le Maroc conserve sa note avec perspective stable

S&P Global Ratings a annoncé le maintien de ses notes BB+ attribuées aux émissions souveraines à long terme du Maroc, avec des perspectives stables.

Budget record pour l’armée marocaine

Le Maroc va allouer près de 12,1 milliards de dollars au ministère de la Défense en 2024. Ce montant servira entre autres à l’acquisition d’armes et d’équipements militaires.

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».