Energies renouvelables : 25 milliards de DH à mobiliser

1er octobre 2008 - 11h44 - Ecrit par : L.A

Le Maroc veut amplement tirer profit de ses atouts, en combinant l’exploitation de ses gisements à sa position géographique entre deux grands marchés consommateurs de l’énergie électrique : l’Espagne et l’Algérie. « Notre stratégie vise à consolider l’ONE (Office national de l’électricité) en tant qu’organisme régional leader », souligne Tayeb Amergoud, directeur Environnement et Renouvelable à l’Office.

Et, le secteur des énergies renouvelables offre une opportunité de premier plan pour renforcer l’intégration régionale. Selon Amergoud qui a participé au Conseil mondial de l’énergie éolienne tenu le 24 septembre à Bruxelles, « le budget du plan de développement des énergies renouvelables est estimé à 25 milliards de DH. Budget à mobiliser sur cinq années ». La réalisation de ce programme se fera par le biais de partenariats avec le privé, est-il précisé. Avec à la clé des mécanismes de financement innovants.

En fait, il s’agit de la production à l’horizon 2012 de 1000 MW à partir de l’éolien et de 500 MW d’électricité à base du solaire dans le cadre du projet Chourouk. L’objectif étant de porter la part du renouvelable de 4% actuellement à 10% en 2012. Même si les 500 MW du solaire ne seront produits qu’en 2015. Mais parallèlement, le projet de technopole d’Oujda dont la convention a été signée le 4 juillet dernier, devant le Roi, devrait sonner le véritable décollage de l’industrie des énergies renouvelables.

L’ONE, qui est très impliqué dans la technopole, « a introduit la condition d’intégrer 35% de la valeur ajoutée locale dans les projets de production de l’énergie solaire. C’est donc un bon point de départ. D’autant plus que le potentiel est considérable. Il s’élève à 6000 MW, rien que sur les sites étudiés. Alors qu’il est de 25.000 MW sur l’ensemble du territoire selon une bonne répartition à même d’assurer l’alimentation des régions non connectées au réseau. Le solaire recèle aussi un gisement confortable. Le Maroc dispose d’un ensoleillement de 3000 heures/an. Ce potentiel, jugé d’importance particulière, se trouve dans les régions mal desservies en réseau et capacités de production électriques. Et, le coût s’avère de 9% inférieur au prix de référence.

Pourquoi ne pas augmenter davantage la part du renouvelable dans le bouquet énergétique ? « Le coût encore relativement cher de la technologie », fait remarquer Amergoud. Sans perdre de vue le phénomène d’intermittence qui caractérise les sources. Le vent tout comme le soleil n’affichent pas une présence permanente. Autrement dit, développer des capacités plus importantes revient à installer en parallèle des procédés et des moyens de stockage.

Source : L’Economiste - A. G.

Tags : Energie - Office National de l’Electricité - Budget

Nous vous recommandons

Le Maroc fixe de nouvelles règles pour les bureaux de change

L’office des changes a annoncé la publication d’une nouvelle circulaire relative aux obligations des bureaux de change en matière de vigilance et de veille interne, afin de lutter efficacement contre le blanchiment...

Nabila Mounib élue

Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti Socialiste Uni (PSU), inscrite sur la liste régionale du parti à Casablanca, a remporté un siège mercredi, à l’issue des législatives.

Tensions au conseil municipal d’Ivry-sur-Seine à cause du Sahara

Le conseil municipal d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) a eu lieu sous protection policière la semaine dernière. En cause, les esprits se sont échauffés lors d’une délibération portant sur le financement d’un projet solidaire pour les enfants Sahraouis à...

Le roi d’Espagne bientôt à Sebta, comment réagira le Maroc ?

Le roi d’Espagne, Felipe VI, sera invité « à participer aux manifestations marquant la célébration de la Journée de l’autonomie de Ceuta le 2 septembre prochain ». Ainsi en a décidé l’Assemblée de la ville.

Le départ de Hamdallah d’Al Nassr va lui coûter très cher

L’international marocain Abderrazak Hamdallah doit non seulement gérer le fait d’avoir été viré du club saoudien Al Nassr, mais il doit également faire face à une énorme somme que lui réclame le club.

British Airways prolonge la suspension de ses vols vers Marrakech

La compagnie aérienne British Airways a décidé de prolonger la suspension de ses vols vers Marrakech jusqu’au 10 février 2022.

Un Franco-marocain veut investir dans l’immobilier au Portugal (240 appartements)

Lahoucine Aourik, homme d’affaires Franco-marocain compte investir dans un grand projet immobilier dont Kronos Homes, un promoteur immobilier espagnol, est l’initiateur.

Maroc : vers l’interdiction des applications de covoiturage à Meknès

Meknès envisage d’interdire les applications de covoiturage en raison des tensions entre les chauffeurs de taxi et les sociétés offrant ce service de mise en relation de conducteurs et voyageurs.

Maroc : Lagouira veut devenir le « nouveau Dubaï »

Le Maroc a pour ambition de faire de la zone désertique qui s’étend de Dakhla à Lagouira un « nouveau Dubaï » en Afrique du Nord. En témoignent les nombreux projets en cours de réalisation.

Un parfum de « scandal » pour Imaan Hammam

Huit ans après sa première collaboration avec Jean-Paul Gaultier, la top marocaine Imaan Hammam est de retour dans la maison du styliste et grand couturier français. Mais cette fois-ci dans le rayon...