Gazoducs, regazéification et hydrogène vert : les paris du Maroc

9 avril 2024 - 13h00 - Maroc - Ecrit par : P. A

Le Maroc travaille à développer les énergies renouvelables pour garantir son indépendance énergétique. Les autorités du royaume ont prévu un plan ambitieux de construction d’oléoducs et de gazoducs pour atteindre cet objectif d’ici 2030.

Cinq ministères marocains, sous la houlette du ministère de la Transition énergétique, ont signé le 26 mars un programme visant la construction de trois usines de regazéification, de réservoirs de stockage et de gazoducs, fait savoir El Confidencial. La première usine de regazéification sera construite à Nador West Med. La deuxième, à Mohammedia, au nord de Casablanca, et la troisième, à Dakhla, dans le sud du Sahara. Un gazoduc est également prévu pour se connecter au gazoduc Maghreb-Europe depuis Nador West, précise le média espagnol.

Le Maroc s’active également pour la construction d’un gazoduc transatlantique avec le Nigeria, une infrastructure sous-marine longue de 6 000 km qui traverserait les eaux de 13 pays et permettrait de desservir l’Espagne en gaz. En outre, le Maroc va lancer dans les mois à venir l’exploitation de ses gisements de gaz, celui d’Anchois, au large de Larache, et celui de Tendrara, dans le sud-est du royaume. Le programme signé fin mars par les cinq ministères prévoit de les relier, au moyen de petits pipelines, aux industries voisines, annonce-t-on.

À lire : Maroc : vers la première centrale africaine alimentée par l’hydrogène vert

Le Maroc ambitionne de « devenir un grand corridor énergétique bidirectionnel entre l’Afrique, l’Europe et le bassin atlantique, à l’instar de la Turquie qui dispose de six points d’entrée de GNL et de 20 000 kilomètres de gazoducs sur son territoire », a déclaré mardi dernier, Leila Benani, ministre de la Transition énergétique, précisant que « ce défi nécessite la construction d’une infrastructure flexible et agile centrée sur le GNL, qui servira également, à moyen et long terme, au transfert d’hydrogène ».

Le Maroc veut atteindre l’autonomie énergétique grâce aux énergies renouvelables qui devraient générer 52 % de l’électricité d’ici 2030. Avec ses projets ambitieux comme la centrale solaire Noor Ouarzazate et le parc éolien de Tarfaya, le royaume a affirmé son engagement d’investir dans ce secteur. Un engagement renouvelé mi-mars avec le décret du Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, offrant 300 000 hectares de terres aux investisseurs pour produire de l’hydrogène vert.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Energie - Gaz

Aller plus loin

Maroc : Chariot Oil & Gas prévoit d’exporter du gaz

Au Maroc, la société britannique spécialisée dans l’exploration gazière, Chariot Oil & Gas, s’active pour la commercialisation de son gaz naturel extrait des puits...

Le Maroc, futur géant de l’hydrogène ?

Le Maroc maintient son ambition, celle de porter la part des énergies renouvelables à plus de 52 % en 2030. Il mise sur un investissement d’un à deux milliards par an de dollars...

Du nouveau pour le projet du gazoduc Nigeria-Maroc

RPS Group, une société basée au Royaume-Uni, qui fournit des services professionnels, se voit confier la réalisation d’un important volet des études du projet gazoduc...

Maroc : vers la première centrale africaine alimentée par l’hydrogène vert

L’Office national de l’Électricité et de l’Eau potable (ONEE), Nareva Holding, filiale du groupe familial royal marocain, Al Mada et GE Renova, du conglomérat américain General...

Ces articles devraient vous intéresser :

Exploration gazière : nouveau contrat au Maroc

Chariot Limited a annoncé mardi la signature d’un accord pétrolier avec le Maroc pour une nouvelle licence d’exploration en onshore à Loukkos, au large de Larache.

Hausse historique du prix du gaz au Maroc, une première en 30 ans

La bonbonne de gaz vendue au Maroc devrait voir son prix augmenter progressivement pendant trois ans, vient de révéler le Premier ministre Aziz Akhannouch.

Maroc : quand le thermomètre monte, la consommation électrique s’envole

La consommation électrique au Maroc a atteint un niveau record, s’établissant à 7 310 mégawatts, selon le ministère de la Transition énergétique et du développement durable.

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Le Maroc, « future centrale » énergétique de l’Europe ?

À l’heure où la résilience face aux défis climatiques doit se renforcer, le Maroc nourrit des ambitions pour les énergies renouvelables, lesquelles font de lui un partenaire de choix de l’Europe. Il ambitionne notamment de produire 52 % de son énergie...

Énergie verte : partenariat entre le Maroc et l’UE

Le Maroc et l’Union européenne s’apprêtent à signer une alliance verte, qui permettra de renforcer les efforts du royaume dans la lutte contre le changement climatique.

Champ gazier au Maroc : Predator Oil & Gas donne des nouvelles de Guercif

La société pétrolière et gazière Predator Oil & Gas, détentrice de la licence d’exploration de pétrole et de gaz onshore dans le nord-est du Maroc, amorce la première étape du processus centré sur l’évaluation de sables spécifiques au sein des...

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

« Le Maroc deviendra le prochain hub énergétique »

Le Maroc est l’endroit idéal pour les investisseurs et deviendra le prochain hub énergétique. Ces mots sont de Yossi Abu, PDG de NewMed Energy, une société d’exploration, de développement et de production de gaz naturel et de pétrole israélienne qui...

Maroc : l’hydrogène vert pour atteindre l’autosuffisance alimentaire

La production de l’hydrogène vert dans la région de Dakhla et son utilisation pour le dessalement de l’eau de mer, permettront au Maroc d’atteindre l’autosuffisance alimentaire. C’est ce que révèle une étude menée par des chercheurs marocains.