Routes : 2,4 milliards de dirhams pour leur entretien

8 mars 2009 - 19h07 - Economie - Ecrit par : L.A

Quelque 57.000 km de routes nationales, régionales et provinciales sont gérées par le ministère de l’Equipement et du Transport, dont 37.000 km sont déjà revêtus. D’une grande ampleur, ce réseau routier nécessite, en effet, un entretien et une maintenance réguliers.

« Après la construction d’un large réseau routier, son entretien est parmi nos principaux objectifs », affirme Abdelhamid Janati Idrissi, chef de la division maintenance et viabilité au ministère de l’Equipement et du Transport. Et d’ajouter, « nous sommes tenus d’intervenir rapidement pour répondre aux défauts constatés ».

Côté financement, il faut savoir que le revêtement d’un kilomètre de route nationale coûte environ 500.000 DH. Pour une route régionale, c’est entre 150.000 et 200.000 DH. Les travaux de renforcement, quant à eux, ils deviennent nécessaires quand la chaussée ne peut plus continuer à supporter le trafic. Autrement dit, lorsque sa durée de vie dépasse huit ans.

L’administration, il faut le souligner, ne prend en charge que les entretiens courants des routes (signalisation, réparation des dégradations…). « Il existe, au moins, trois brigades qui interviennent au niveau de chaque direction provinciale ou régionale de l’Equipement et du Transport », affirme Janati Idrissi. Ainsi, une brigade polyvalente doit mettre en place les panneaux de signalisation, réaliser le curage des ouvrages d’assainissement et entretenir les garde-fous. Une autre équipe se charge de la réalisation des travaux d’appoint à temps. En d’autres termes, sa mission est de boucher les nids-de-poule et de réparer les dégradations localisées de la chaussée. A souligner que ce genre de travaux coûte environ 30 DH le m2.

« Outre ces différentes interventions, nous sommes, aujourd’hui, en train de concrétiser un Programme de réhabilitation prioritaire (PRP) qui s’étale sur trois ans ». En effet, suite à un diagnostic effectué sur le réseau routier national, le ministère a relevé 2025 km d’itinéraires nationaux et interrégionaux dégradés. Plus de 50% des travaux sont déjà réalisés. Pour rappel, ils ont démarré en 2008 et devront prendre fin en 2010. Ces axes routiers, à savoir la RN 8 entre Marrakech et Agadir, la RN 6 entre Fès et Oujda, la RN 9 entre Settat et Marrakech, etc, sont d’une grande importance et demandent aujourd’hui une maintenance accentuée.

Source : L’Economiste - Bouchra Sabib

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Investissement - Routier - Développement

Ces articles devraient vous intéresser :

Israël va financer l’institutionnalisation du forum du Néguev

Le bureau du Premier ministre israélien Yair Lapid a annoncé dimanche l’intention de son gouvernement d’accompagner l’institutionnalisation et le financement du Forum du Néguev, auquel participe le Maroc.

Le Maroc mise sur ses compétences à l’étranger

Le Maroc veut impliquer davantage ses compétences à l’étranger à son processus de développement. Dans ce sens, un mécanisme est en cours d’élaboration pour accompagner les talents marocains à l’étranger, conformément aux orientations royales.

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Autoroute Tanger Med, attention danger !

Les usagers de la route réclament la sécurisation de l’autoroute menant au port de Tanger Med où de nombreux cas d’accident continuent d’être enregistrés.

Blachiment d’argent : le Maroc sort de la liste grise (GAFI)

Après évaluation des dispositifs mis en place par le Maroc pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le groupe d’action financière (GAFI) a décidé de sortir le royaume de la liste grise.

Où va l’argent des Marocains du monde ?

Les transferts des MRE ont atteint des niveaux record ces dernières années, malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la conjoncture économique. À fin 2022, ces envois pourraient s’élever à 100 milliards de dirhams, soit une hausse de 13% par rapport à...

Le projet TGV Kénitra-Marrakech avance à grands pas

L’Office national des Chemins de fer (ONCF) s’active pour la réalisation du projet de construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Kénitra à Marrakech. Il vient de débloquer environ 695 millions de dirhams.

Les Marocains du monde, des compétences « sous-exploitées » par le Maroc

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) contribuent faiblement au développement du Maroc. Pourtant, leurs compétences sont nécessaires pour relever les défis économiques et socioculturels du royaume.

Le Maroc va augmenter la capacité de plusieurs aéroports

Dans le cadre de son plan d’investissement dénommé Envol 2025, l’Office national des aéroports (ONDA) a lancé plusieurs projets pour soutenir la croissance de l’activité des aéroports de Marrakech, d’Agadir et de Tanger. À terme, ces travaux...