Espagne : un policier accusé de trafic de haschich marocain

26 octobre 2021 - 10h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

Un garde civil a rejeté lundi les accusations de trafic de drogue portées à son encontre pour des faits remontant à 2012 au port d’Esombreras, à Carthagène, et impliquant 17 autres personnes de nationalités espagnole, colombienne et britannique.

Au cours de cette première des neuf audiences du procès contre UAG, le garde civil accusé de trafic de drogue a refusé de répondre aux questions du parquet, affirmant qu’il n’a pas favorisé le trafic de drogue d’Amérique du Sud vers Carthagène, fait savoir 20minutos.

Dans l’acte d’accusation, le parquet assure que l’agent et les autres personnes arrêtées avaient l’intention d’introduire en Espagne, par le port d’Esombreras, plus de 100 kilogrammes de cocaïne en provenance de ports sud-américains. L’agent UAG devrait recevoir, en échange de son intervention, la rondelette somme de 35 000 euros. De son côté, JAMS, un ami d’enfance de UAG, aurait servi de liaison avec la partie colombienne située à Madrid, et aurait aidé l’agent à mettre à exécution le plan convenu.

À lire : Espagne : des policiers poursuivis pour trafic de haschich marocain

JMRN, l’un des prévenus de nationalité colombienne et résidant à Madrid, a déclaré à la barre n’avoir jamais rencontré le garde civil lors des réunions du réseau. Le parquet a requis contre lui une peine de 12 ans de prison et le paiement d’une amende journalière de 20 euros sur une période de 20 mois. JAMS, quant à lui, a avoué avoir collaboré avec le réseau en vue d’introduire de la drogue en Espagne. Pour sa part, GNL, un ressortissant britannique, a affirmé qu’il a pris contact avec l’agent qui était disposé à collaborer avec le réseau pour introduire en Espagne du tabac ou du haschich en provenance du Maroc.

Les prévenus, y compris le garde civil, ont nié tous les faits qui leur sont reprochés. Le parquet a requis contre eux des peines allant de trois à quatorze ans. Un autre des détenus, MIV, fonctionnaire du ministère de la Justice, en service au tribunal d’instruction de Carthagène, entretenait « une relation étroite » avec l’un des principaux membres du réseau. Il était chargé de signaler toute opération ou action judiciaire ou de conseiller sur les démarches à suivre lorsqu’une éventuelle enquête policière allait être ouverte.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Drogues - Trafic - Haschich

Aller plus loin

Tanger : un policier arrêté pour trafic international de drogue

Encore un policier sur lequel pèse de lourds soupçons dans une affaire où escroquerie et trafic de drogue s’entremêlent. Le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger...

2500 kilos de haschich marocain saisis à Almeria, 20 personnes ont pris la fuite

Quelque 2,5 tonnes de drogue ont été saisies vendredi par les services de police et de douane de la ville d’Almeria, dans le sud de l’Espagne. La cargaison de drogue provenait...

Espagne : des policiers poursuivis pour trafic de haschich marocain

Trois agents de la Garde civile ont été arrêtés et poursuivis pour corruption et complicité avec un réseau de trafic de haschich du Maroc vers l’Espagne. Les mis en cause ont...

Un policier arrêté pour trafic de cocaïne à Al Hoceima

Un brigadier de police et son complice repris de justice ont été interpellés, samedi soir, en possession de doses de cocaïne. Cette prise a été faite par la brigade anti drogue...

Ces articles devraient vous intéresser :

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...