L’Espagne ne veut pas brouiller ses relations avec le Maroc, malgré l’affaire « Pegasus »

4 mai 2022 - 12h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Malgré les soupçons qui pèsent sur le Maroc quant au piratage du téléphone de Pedro Sanchez à l’aide du logiciel Pegasus, le gouvernement espagnol tient à maintenir de bonnes relations avec le royaume, mais dans la prudence.

Les autorités espagnoles affirment ne pas connaître, pour le moment, l’auteur de l’espionnage du téléphone de Pedro Sanchez. Et même si elles finissaient par le découvrir et qu’il s’agit du Maroc, elles ne dévoileraient jamais cette information qui provoquerait à coup sûr une nouvelle « crise majeure ». C’est une « hypothèse » comme toute autre et l’Exécutif préfère « ne pas spéculer » sur un sujet aussi sérieux, croit savoir EFE.

L’Espagne a changé de position sur le Sahara pour mettre fin à la longue et grave crise diplomatique avec le royaume et ne souhaiterait pas ouvrir un nouveau conflit dans la nouvelle étape de la relation entre les deux pays. La normalisation des relations avec le Maroc a permis la réouverture des frontières maritimes et la préparation de l’Opération Marhaba 2022. Les négociations sont également en cours pour la réouverture prochaine des frontières à Ceuta et Melilla.

À lire : Le Maroc aurait-il espionné le téléphone de Pedro Sanchez avec Pegasus ?

La déclaration commune ayant sanctionné la rencontre entre Sanchez et Mohammed VI à Rabat le 7 avril, a annoncé la reprise du trafic des personnes et des biens à ces frontières, « de manière ordonnée » et l’installation de postes de contrôle douanier appropriés ». Pour l’Espagne, ce paragraphe est la preuve de l’engagement du Maroc de respecter l’intégrité territoriale de l’Espagne, en acceptant de rouvrir la douane commerciale à Melilla, fermée par le Maroc en 2018, et d’en créer une nouvelle à Sebta.

De son côté, le Maroc n’a pas la même compréhension de ce bout de texte, assurent des sources consultées qui précisent que la question sera débattue lors de la rencontre prévue ce jeudi à Rabat entre les délégations espagnole et marocaine. Déjà, les ministres espagnols de l’Intérieur et des Affaires étrangères ne s’accordent pas sur le sujet. L’un souhaitant la réouverture des frontières avec ou sans douane commerciale, l’autre considérant que la création de la douane commerciale est déterminante.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Espionnage

Aller plus loin

Le Maroc aurait découvert l’arrivée de Ghali en Espagne grâce au logiciel Pegasus

L’accueil de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, dans un hôpital de Logroño en Espagne sous une fausse identité, aurait été découvert par le Maroc grâce au logiciel...

Pegasus : 15 000 documents et 1 000 photos volés sur le téléphone de Pedro Sanchez

Le piratage via Pegasus aurait permis le vol de 15 000 documents et 1 000 photos du téléphone du Président du gouvernement Pedro Sanchez. La presse espagnole accuse ouvertement...

Les affiches électorales anti-marocaines en Espagne condamnées

L’Organisation démocratique de la presse et des métiers des médias, affiliée à l’Organisation démocratique du travail (ODT) dénonce les affiches électorales hostiles au Maroc en...

Le Maroc aurait-il espionné le téléphone de Pedro Sanchez avec Pegasus ?

Les téléphones du président Pedro Sanchez et de la ministre de la Défense, Margarita Robles, ont été piratés à l’aide du logiciel israélien Pegasus en mai et juin dernier. Le...

Ces articles devraient vous intéresser :

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères attendu au Maroc

Le sommet des pays signataire des Accords d’Abraham qui se tiendra au mois de mars pourrait connaître la participation d’Eli Cohen, le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.