Maroc-Espagne : exit l’affaire Pegasus, place au renforcement de la coopération policière

27 septembre 2022 - 09h00 - Espagne - Ecrit par : A.P

La rencontre entre Esperanza Casteleiro, directrice du Centre national de renseignement (CNI) espagnol et son homologue marocain, Abdelatif Hammouchi, à Rabat il y a un peu plus d’une semaine, a mis fin aux désaccords entre les deux pays sur l’espionnage des membres du gouvernement espagnol à l’aide de Pegasus dont le Maroc était soupçonné d’en être l’instigateur.

Les deux responsables espagnol et marocain ont enterré la hache de guerre par une poignée de main, après des soupçons d’espionnage à l’aide du logiciel israélien Pegasus. Le directeur général de la surveillance du territoire (DGST) et le chef des services secrets espagnols et leurs équipes ont tenu récemment une réunion importante à Rabat rapportée par l’agence de presse officielle marocaine. Par le passé, le point de ces rencontres n’avait jamais été rendu public pour des raisons de sécurité.

La rencontre est saluée par les services secrets espagnols qui estiment que par cet acte, les deux parties ont renouvelé leurs liens d’amitié et de coopération en matière de renseignement, indiquent des sources des services secrets à El Español. À en croire ces dernières, cette réunion a dissipé les malentendus au sujet de l’affaire Pegasus, du nom du logiciel d’espionnage utilisé pour pirater l’année dernière les téléphones de Pedro Sanchez et de plusieurs ministres dont Margarita Robles de la Défense ou Fernando Grande-Marlaska de l’Intérieur.

À lire : L’Espagne ne veut pas brouiller ses relations avec le Maroc, malgré l’affaire « Pegasus »

« Ces visites sont fréquentes, mais cette fois-ci, ils veulent mettre fin à tout ce qui cette affaire d’espionnage et ouvrir une nouvelle étape de la coopération », soulignent les sources des services secrets, rappelant que le Maroc et l’Espagne, par cet acte, entendent renforcer leur coopération en matière de lutte contre le trafic de drogue, l’immigration clandestine et le terrorisme djihadiste.

Cette image de la bonne entente entre l’Espagne et le Maroc arrive dans un contexte de crise entre l’Espagne et l’Algérie, provoquée par la décision de Pedro Sanchez de soutenir le plan marocain d’autonomie du Sahara. Les conséquences sont déjà là. L’Algérie a suspendu son traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec l’Espagne, mettant fin de fait aux échanges commerciaux entre les deux pays.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Diplomatie - Espionnage - Abdellatif Hammouchi

Aller plus loin

Le Maroc aurait-il espionné le téléphone de Pedro Sanchez avec Pegasus ?

Les téléphones du président Pedro Sanchez et de la ministre de la Défense, Margarita Robles, ont été piratés à l’aide du logiciel israélien Pegasus en mai et juin dernier. Le...

Espionnage avec Pegasus : l’Espagne évite d’accuser le Maroc sans preuves

Le gouvernement espagnol évite d’accuser sans preuves le Maroc d’être derrière l’espionnage à l’aide du logiciel Pegasus des téléphones du président Pedro Sanchez, de la...

L’Espagne veut renforcer sa coopération policière avec le Maroc

Le directeur de la Garde civile, Leonardo Marcos, a réaffirmé mercredi depuis Ceuta la volonté de l’Institut armé de « renforcer » la « magnifique coopération » avec les forces...

L’Espagne ne veut pas brouiller ses relations avec le Maroc, malgré l’affaire « Pegasus »

Malgré les soupçons qui pèsent sur le Maroc quant au piratage du téléphone de Pedro Sanchez à l’aide du logiciel Pegasus, le gouvernement espagnol tient à maintenir de bonnes...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les MRE confrontés à un durcissement des conditions d’envoi de fonds depuis l’Europe

Face au durcissement des autorités européennes sur les transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE), le wali de Bank Al-Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri appelle à une action diplomatique d’envergure.

Abdellatif Hammouchi donne des nouvelles priorités à la police en 2023

Afin de réussir sa mission en 2023, la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a défini de nouvelles priorités qui ont été dévoilées, jeudi, lors de la réunion organisée au siège de l’institution.

Cinq nouvelles nominations à la DGSN

Le directeur général de la Sûreté territoriale (DGST), Abdellatif Hammouchi, a procédé à une nouvelle série de nominations, notamment au sein des services centraux de la Direction des Ressources humaines.

Maroc-Israël : deux ans de relations fructueuses, selon Alona Fisher-Kamm

Mardi a été célébré le deuxième anniversaire de la reprise des relations entre le Maroc et Israël. Une occasion pour Alona Fisher-Kamm, cheffe par intérim du bureau de liaison de Tel-Aviv à Rabat, de faire le bilan de ce rapprochement.

Youssef Amrani officiellement ambassadeur du Maroc auprès de l’UE

Nommé en octobre 2021 par le roi Mohammed VI au poste d’ambassadeur du Maroc auprès de l’Union européenne, Youssef Amrani aurait reçu en cette fin d’année, l’accord des instances européennes pour démarrer sa mission.

Abdellatif Hammouchi nomme de nouveaux responsables

Le directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi a procédé, mardi, à une nouvelle série de nominations au niveau de plusieurs services décentralisés de l’institution.

Le Maroc envoie ses meilleurs policiers au Qatar

À quelques semaines du mondial de football, le Maroc a envoyé un corps d’élite au Qatar, pour participer à la couverture sécuritaire de l’événement.

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Un beau cadeau de fin d’année pour la police marocaine

Les agents de la direction générale de la sûreté nationale (DGSN), travaillant dans les différentes directions au niveau national, recevront en cette fin d’année, une prime exceptionnelle, octroyée par le directeur général Abdellatif Hammouchi.

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.