L’Etat islamique promet 470 euros par mois pour les futurs djihadistes

14 octobre 2014 - 22h29 - Maroc - Ecrit par : Bladi.net

Plus de 10 ans après les attentats de Casablanca, le journal espagnol El Periodico s’est rendu dans plusieurs quartiers de la capitale économique du Royaume, Casablanca, pour enquêter sur ce qui ferait le lit du terrorisme.

Le journaliste s’est rendu d’abord à Sidi Moumen tristement célèbre pour avoir fourni le contingent de kamikazes qui se sont fait exploser en 2013, lors des attentats de Casablanca. Depuis cette date, de nombreuses choses ont été faites, l’Etat marocain a beaucoup investi et des immeubles sociaux ont vu le jour, mais la tentation pour le djihadisme y est encore forte chez certains jeunes.

Fini Al Qaida et bienvenue à la nébuleuse Etat islamique. Pour un habitant du quartier, le discours idéologique de cette organisation « parle au cœur de ces jeunes ». Tout en « rejetant les actes criminels commis au nom d’Allah », ces jeunes sont partisans de la défense des valeurs musulmanes contre une nouvelle invasion étrangère « ou l’idée de protéger une nation musulmane en imposant un califat qui gouvernerait avec justice ».

« Je partage également l’idée que notre identité arabo-musulmane souffre des coups des occidentaux et, pour cela, nous sommes d’accord avec le principe de défendre nos frères. » a confessé un jeune cité par le journal.

La popularité de l’Etat islamique est palpable selon le journal, qui a pris comme exemple deux faits qui se sont déroulés la semaine dernière dans le pays. D’abord les trois jeunes qui ont été arrêtés par la gendarmerie royale dans la région d’Agadir après avoir brandi le drapeau islamique dans leur lycée. Également, le chant d’une centaine de fans du club de football du Raja. Dans une vidéo publiée il y a quelques jours, ils avaient scandé : « Vive Daech, Allah Akbar ». La vidéo est d’ailleurs toujours disponible sur Youtube.

Pour l’ancien prisonnier politique R. Othmane, cette popularité auprès des jeunes vient de leur haine envers « le colonialisme » et l’injustice dont ils se sentent victimes.

Dans un autre quartier, Sidi Bernoussi, la parole a été donnée à un acteur associatif, Abderrahman Mokhta, qui défend les droits des prisonniers salafistes. Mais avant d’être une histoire de convictions, c’est surtout une histoire d’argent d’argent.

« Malheureusement, beaucoup tentent de rejoindre l’EI pour l’argent. Jusqu’à 600 dollars (470 euros) par mois sont perçus par les criminels, qu’ils envoient ensuite à leurs familles au Maroc. » Il y a ceux aussi qui s’en vont par conviction. Abderrahman Mokhta cite l’exemple d’un de ses amis, Brahim Benchekroun, qui avait été gracié par le Roi Mohammed VI et qui avait promis, via un processus de réconciliation, d’abandonner toute velléité terroriste. Il est depuis parti en Syrie où il a été tué.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Casablanca - Terrorisme - Al Qaïda - Raja Casablanca - Attentats de Casablanca - Etat islamique - Daech

Ces articles devraient vous intéresser :

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...

Le séisme au Maroc est une « punition divine »

Des partisans d’Al-Qaïda et de l’État islamique (EI) estiment que le tremblement de terre du 8 septembre au Maroc est une « punition divine ». Sans manquer de critiquer l’aide internationale dont bénéficient les victimes.

« Salut islamiste » : le joueur du Real Madrid Antonio Rüdiger porte plainte

Le défenseur du Real Madrid, Antonio Rüdiger, a décidé de porter plainte pour diffamation contre Julian Reichelt, ancien rédacteur en chef du journal Bild. Ce dernier avait accusé Rüdiger de faire un « salut islamiste » après un match de football, une...

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Latifa Ibn Ziaten : « J’ai réussi à sauver beaucoup de jeunes, de familles… »

11 ans après l’assassinat de son fils, le maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten poursuit son combat pour la paix et la promotion du dialogue et du respect mutuel.

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.