L’expulsion des mineurs marocains met en difficulté le gouvernement espagnol

19 août 2021 - 08h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le retour au Maroc des mineurs arrivés à Ceuta en mai dernier a fait monter la tension au sein du gouvernement espagnol. Le parti Podemos reproche au ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, d’avoir engagé ces retours collectifs illégaux de mineurs sans impliquer son homologue en charge des Droits sociaux.

Podemos attaque à nouveau le PSOE. La formation politique estime que le processus de retour des mineurs viole la loi. Mais le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, continue de certifier que ces rapatriements sont effectués dans le respect des textes en vigueur, ceci malgré la décision du tribunal de Ceuta de suspendre l’opération pendant 72 heures.

Ce faisant, Podemos est allé contre la stratégie définie par la nouvelle vice-présidente Yolanda Díaz, qui privilégie la résolution des conflits internes dans le dialogue et la discrétion.

À lire : L’Espagne s’explique sur les retours de mineurs au Maroc

Pour sa part, la ministre des Droits sociaux et de l’agenda 2030, Ione Belarra, qui n’a pas été associée à l’opération, tient « uniquement et exclusivement » pour responsable son homologue de l’Intérieur de toutes les actions menées « par la Délégation du gouvernement à Ceuta et les forces et organismes de sécurité de l’État » en vue du retour collectif de ces mineurs, informe EFE.

Avant Podemos, le Médiateur, des ONG de défense des droits de l’homme et des organisations internationales comme l’ONU et l’UNICEF ont dénoncé le caractère illégal de ces retours collectifs de mineurs et demandé la suspension de l’opération.

Marlaska était déjà décrié par Podemos pour sa gestion de l’immigration. En novembre, Podemos Canarias avait même demandé la démission du ministre de l’Intérieur pour sa « mauvaise gestion » de la crise migratoire et son opposition au rapatriement des migrants qui envahissaient l’archipel.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

L’Espagne s’explique sur les retours de mineurs au Maroc

Les autorités espagnoles ont tenté mardi de justifier leur décision de rapatrier au Maroc les quelque 800 mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier. Plusieurs...

Canaries : la droite exige l’expulsion des Marocains

Le président du Parti populaire (PP) des Iles Canaries, Australia Navarro, a demandé au président Ángel Víctor Torres d’exiger l’application de l’accord signé en 2007 par le...

La justice espagnole suspend l’expulsion de certains mineurs vers le Maroc

Un tribunal espagnol a suspendu lundi, le rapatriement vers le Maroc d’un groupe de mineurs arrivés dans l’enclave espagnole de Ceuta, lors de la vague migratoire enregistrée en...

Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

L’ONU a dénoncé dimanche le rapatriement au Maroc des mineurs marocains lancé vendredi par le ministère de l’Intérieur espagnol, soulignant que ces retours « violent le droit...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Maroc : les femmes divorcées réclament des droits

Au Maroc, les appels à la réforme du Code de la famille (Moudawana) continuent. Une association milite pour que la tutelle légale des enfants, qui actuellement revient de droit au père, soit également accordée aux femmes en cas de divorce.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Le mariage des enfants légalisé au Maroc ? une photo sème le doute

La publication d’une image montrant des fillettes prétendues marocaines en robe de mariage tenues par la main par des hommes âgés est devenue virale sur les réseaux sociaux. Certains affirment que cela s’est produit au Maroc. Qu’en est-il vraiment ?

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.