L’Espagne s’explique sur les retours de mineurs au Maroc

18 août 2021 - 09h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

Les autorités espagnoles ont tenté mardi de justifier leur décision de rapatrier au Maroc les quelque 800 mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier. Plusieurs organisations de défense des droits de l’Homme ont demandé la suspension de ces rapatriements collectifs.

L’Espagne a lancé vendredi l’opération de rapatriement au Maroc de ces mineurs par vagues de 15 par jour sur une période de 15 jours. Des organisations de défense des droits humains comme l’ONU et l’UNICEF ont dénoncé le caractère « illégal » de ces retours collectifs qui n’offrent aucune garantie aux enfants. Un avis que ne partage pas le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande Marlaska, qui a assuré, dans une interview accordée à la radio RNE, que ces rapatriements sont effectués sur la base de l’accord de 2007 entre le Maroc et l’Espagne et que la sécurité des enfants est garantie.

À lire : Espagne : le ministre de l’Intérieur contraint de s’expliquer sur l’expulsion des Marocains

Le chef du gouvernement de Ceuta, Juan Jesús Vivas, a reconnu pour sa part que l’accord de 2007 en question n’établit pas de règles spécifiques, mais précise que l’Espagne et le Maroc doivent convenir de la manière de procéder aux retours. « Les mineurs qui ont été rapatriés ont été accompagnés par des professionnels qualifiés et aucun mineur considéré comme vulnérable n’a été rapatrié », a-t-il expliqué.

À lire : Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

Ce mardi, 28 organisations de défense des droits de l’Homme ont à nouveau dénoncé dans une lettre adressée au président Pedro Sánchez, le caractère illégal de ces retours collectifs, réalisés sans préavis, sans audition et sans assistance juridique. Pour ces associations, il s’agit d’une violation du droit international.

La justice espagnole, de son côté, a suspendu les rapatriements jusqu’à jeudi, demandant au gouvernement d’apporter, dans un délai de 72 heures, la preuve que les retours ont été effectués dans le respect des textes en vigueur.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Le président de Ceuta tient au retour des 700 mineurs restants au Maroc

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a insisté lundi sur la nécessité de procéder au rapatriement des 700 mineurs marocains qui continuent d’errer dans la...

Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

L’ONU a dénoncé dimanche le rapatriement au Maroc des mineurs marocains lancé vendredi par le ministère de l’Intérieur espagnol, soulignant que ces retours « violent le droit...

L’Espagne empêche des mineurs de retourner au Maroc

La Garde civile a empêché lundi un groupe de mineurs marocains de retourner au Maroc. Deux d’entre eux ont été arrêtés sur la plage de Tarajal, à côté de la frontière, et quatre...

La justice espagnole maintient l’interdiction d’expulsion des mineurs marocains

L’enquête judiciaire sur le retour au Maroc de mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier, va se poursuivre. Ainsi en a décidé la Chambre administrative de l’Audience...

Ces articles devraient vous intéresser :

Le chanteur Adil Miloudi recherché par la police

Le célèbre chanteur marocain Adil El Miloudi est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour avoir, dans une vidéo, menacé des fonctionnaires de police.

Maroc : Vague d’enquêtes sur des parlementaires pour des crimes financiers

Une vingtaine de parlementaires marocains sont dans le collimateur de la justice. Ils sont poursuivis pour faux et usage de faux, abus de pouvoir, dilapidation et détournement de fonds publics.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Maroc : les ravages du mariage sur reconnaissance de dette

Une forme de mariage peu médiatisée est en train de prendre de l’ampleur dans certaines régions du Maroc, selon une émission diffusée sur la chaîne Al Aoula. Il s’agit du mariage sur reconnaissance des dettes.

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le roi Mohammed VI ordonne une réforme de la Moudaouana

Les droits de la famille et de la femme se sont invités dans le discours adressé samedi soir par le roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration de la Fête du Trône. Le Souverain a appelé au respect des droits de la femme et à une réforme audacieuse...

Maroc : les crimes financiers ont baissé de 47% en 2021

La lutte contre les crimes financiers et économiques au Maroc porte peu à peu ses fruits. En 2021, les affaires liées à ces délits ont fortement régressé de 47,30%, selon le rapport annuel de la présidence du parquet.

Redressement fiscal : Sound Energy fait appel

La compagnie gazière britannique Sound Energy annonce avoir fait appel devant le tribunal administratif, en vue de contester le redressement fiscal mené en 2020 par l’administration générale des Impôts, qui lui a réclamé 2,55 millions de dollars d’impôts.

Trafic de billets de match : le député Mohamed El Hidaoui interrogé par la police

Soupçonné d’être impliqué dans une affaire de vente illégale de billets au Mondial 2022, le député RNI, Mohamed El Hidaoui, a été entendu, vendredi, par la justice.

Concours d’avocat : profond désaccord au sein de la profession

La polémique liée au concours d’accès à la profession d’avocat a fini par diviser le corps des avocats, dont certains défendent le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, et son département contre tout « favoritisme » tandis que d’autres appellent à...