Le président de Ceuta tient au retour des 700 mineurs restants au Maroc

14 septembre 2021 - 23h30 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a insisté lundi sur la nécessité de procéder au rapatriement des 700 mineurs marocains qui continuent d’errer dans la ville autonome après leur arrivée massive en mai dernier.

Le retour de ces mineurs au Maroc est « la meilleure option » pour eux, a déclaré Vivas à Europa Press, soulignant qu’ils vivraient mieux « dans leur pays et avec leurs familles ». « Le Maroc n’est pas un pays en faillite ni en guerre », a ajouté le président de Ceuta qui ne considère pas ces retours comme des « rapatriements forcés ». L’administration de Ceuta espère achever cette opération de retour des mineurs au Maroc « dans un mois ou un mois et demi », a en outre précisé Vivas, rappelant que dans ce cadre, le Service de protection de l’enfance doit préparer le dossier de chacun des mineurs afin de permettre à la Délégation de les traiter en vue de leur rapatriement.

À lire : Retour des mineurs au Maroc : Sanchez prêt à accompagner Ceuta

« Il est nécessaire de s’appliquer à fond pour résoudre le problème le plus rapidement possible », a indiqué Vivas qui a réitéré son engagement de continuer à travailler avec l’Exécutif, « indépendamment des couleurs politiques ». Pour accélérer le processus, l’Exécutif local a déjà recruté douze agents et huit interprètes qui seront chargés de recenser toutes les informations disponibles sur la situation de chaque mineur, fait savoir OK Diario.

Selon la loi sur l’immigration, la déléguée du gouvernement ne peut engager formellement aucune procédure de rapatriement tant qu’elle n’a pas ces informations sur la base de laquelle elle doit demander aux autorités marocaines « la situation familiale » de chaque enfant afin d’apprécier si « le mineur sera content de retrouver sa famille » ou s’il serait préférable « de le mettre à disposition des services de protection de son pays d’origine ». La déléguée dispose d’un délai maximum de six mois pour finaliser cette procédure, et devra ensuite recueillir l’avis du ministère public, après avoir entendu individuellement ces mineurs et leur avoir proposé une assistance judiciaire.

À lire : La justice espagnole maintient l’interdiction d’expulsion des mineurs marocains

En tout, près de 700 mineurs résident encore dans la ville de Ceuta quatre mois après la crise migratoire, a soutenu Vivas, précisant qu’une partie est prise en charge par l’administration locale et les autres continuent d’errer dans les rues. « Le retour assisté est une procédure qui n’est pas prévue dans la loi sur l’immigration, mais qui est conçue pour répondre à des situations telles que celles que nous avons connues. Pour nous, il ne s’agit pas d’un rapatriement, ce qui semble avoir un sens plus important, mais plutôt de faciliter le retour des mineurs après nous être assurés qu’ils ne sont pas vulnérables », a conclu Vivas.

Sujets associés : Immigration clandestine - Espagne - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Le ministre de l’Intérieur espagnol nie les retours forcés des mineurs marocains

Le ministre de l’Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska, a assuré dimanche qu’il n’y a pas eu de retours immédiats de mineurs après la crise migratoire de mai, mais plutôt...

Ceuta recrute des interprètes parlant darija

Le gouvernement de Ceuta va recruter neuf interprètes pour l’assister lors des entretiens individuels avec les plus de 400 mineurs qui restent dans la ville en vue de leur...

Retour des mineurs au Maroc : le ministère de l’Intérieur espagnol se défend

Le ministère de l’Intérieur a indiqué à la justice qu’il a demandé de respecter les dispositions contenues à l’article 5 de l’accord de 2007 conclu entre l’Espagne et le Maroc,...

La justice espagnole maintient l’interdiction d’expulsion des mineurs marocains

L’enquête judiciaire sur le retour au Maroc de mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier, va se poursuivre. Ainsi en a décidé la Chambre administrative de l’Audience...

Ces articles devraient vous intéresser :

Immigration : l’aide européenne est « en deçà » des dépenses du Maroc

Le directeur de la migration et de la surveillance des frontières au ministère marocain de l’Intérieur, Khalid Zerouali, a déclaré que les 500 millions d’euros d’aide de l’Union européenne pour lutter contre l’immigration illégale pour la période...

Maroc : l’État «  adopte  » les enfants devenus orphelins après le séisme

Le Maroc va procéder au recensement de tous les enfants devenus orphelins après le séisme du 8 septembre et leur accorder le statut de « pupille de la nation ».

Des soldats marocains accusés d’avoir tiré à balles réelles sur des migrants

L’Espagne a ouvert une enquête concernant des allégations de tirs sur des migrants tentant de rejoindre les îles Canaries depuis le Maroc. Une association caritative affirme que des soldats marocains auraient ouvert le feu sur ces migrants,...

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Une école musulmane fermée à Villeurbanne

La préfecture de Villeurbanne a procédé à la fermeture d’une école musulmane, accueillant d’ordinaire une centaine d’enfants en primaire. Les parents se voient contraints d’inscrire leurs enfants dans d’autres établissements.

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.

Le harcèlement sexuel des mineures marocaines sur TikTok dénoncé

Lamya Ben Malek, une militante des droits de la femme, déplore le manque de réactivité des autorités et de la société civile marocaines face aux dénonciations de harcèlement sexuel par des mineures sur les réseaux sociaux.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».