Ceuta recrute des interprètes parlant darija

5 décembre 2021 - 15h20 - Espagne - Ecrit par : A.P

Le gouvernement de Ceuta va recruter neuf interprètes pour l’assister lors des entretiens individuels avec les plus de 400 mineurs qui restent dans la ville en vue de leur retour au Maroc.

La société d’État, Tragsatec, a été retenue pour procéder au recrutement des neuf traducteurs /interprètes comprenant le darija et ayant une maîtrise de la langue française, qui vont appuyer les assistants sociaux lors des entretiens individuels avec les mineurs. Elle recevra pour cette prestation, la somme de 100 728 euros.

Les autorités de Ceuta vont faire appel à ces interprètes pour faciliter les échanges au cours de ces entretiens obligatoires dans le processus de rapatriement des mineurs marocains, arrivés en masse en mai dernier. A ce jour, Ceuta abrite encore plus de 400 mineurs dont la plupart séjournent dans les centres d’accueil et sont pris en charge par le Service de protection de l’enfance de la ville autonome, fait savoir Hora Sur.

À lire : Mineurs marocains : Ceuta va dépenser 100 000 euros pour des interprètes

Une cinquantaine de ces mineurs ont été rapatriés au Maroc vers la mi-août sur la base de l’accord de 1997 signé entre l’Espagne et le Maroc en matière de prévention de l’immigration clandestine des mineurs non accompagnés, leur protection et leur retour. Cette procédure, jugée « illégale » par plusieurs ONG de défense des droits de l’homme et par l’ONU, a finalement été suspendue par la justice espagnole qui a décidé que les mineurs doivent être entendus individuellement et bénéficier d’une assistance juridique avant d’être rapatriés dans leur pays d’origine.

À lire : Le président de Ceuta tient au retour des 700 mineurs restants au Maroc

Le gouvernement espagnol a exprimé sa disponibilité à soutenir Ceuta dans cette procédure de rapatriement des mineurs. Une opération qui doit être effectuée dans de meilleurs délais en raison des conditions déplorables dans lesquelles vivent la plupart des mineurs qui errent dans les rues de Ceuta, « sans aucune assistance sociale, sanitaire ou humanitaire ».

Sujets associés : Immigration clandestine - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

La justice espagnole maintient l’interdiction d’expulsion des mineurs marocains

L’enquête judiciaire sur le retour au Maroc de mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier, va se poursuivre. Ainsi en a décidé la Chambre administrative de l’Audience...

Mineurs marocains : Ceuta va dépenser 100 000 euros pour des interprètes

Le Conseil des gouverneurs de la ville autonome de Ceuta a annoncé vendredi qu’il recrutera huit interprètes comprenant le darija pour une période de quatre mois afin de...

Presque la totalité des mineurs marocains à Sebta refuse de rentrer au Maroc

La plupart des mineurs marocains arrivés en mai à Ceuta affirment avoir subi des violences physiques, des abus et mauvais traitements au Maroc. Pour cette raison, ils ne...

Le président de Ceuta tient au retour des 700 mineurs restants au Maroc

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a insisté lundi sur la nécessité de procéder au rapatriement des 700 mineurs marocains qui continuent d’errer dans la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Europe : diminution des flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc

Les flux migratoires irréguliers en provenance du Maroc vers l’Europe ont diminué au cours des derniers mois. C’est ce qu’indiquent les données de l’Agence européenne des frontières, Frontex.

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

Nisrine Marabet, 14 ans, disparue en Belgique

Child Focus, l’organisation belge dédiée à la protection de l’enfance, a lancé un avis de recherche suite à la disparition inquiétante de Nisrine Marabet, une jeune fille de 14 ans. Nisrine a été vue pour la dernière fois le dimanche 30 avril à...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Forte augmentation de demandeurs d’asile marocains en Europe

L’Union européenne a enregistré en 2022 un nombre record de demandes d’asile. Parmi les demandeurs, de nombreux Marocains dont le nombre a bondi.

Maroc : plus de droits pour les mères divorcées ?

Au Maroc, la mère divorcée, qui obtient généralement la garde de l’enfant, n’en a pas la tutelle qui revient de droit au père. Les défenseurs des droits des femmes appellent à une réforme du Code de la famille pour corriger ce qu’ils qualifient...

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Maroc : un « passeport » pour les nouveaux mariés

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) appelle à la mise en place d’un « passeport » ou « guide » pour le mariage, dans lequel seront mentionnées les données personnelles des futurs mariés, ainsi que toutes les informations sur leurs...

En réponse au Qatargate, le Maroc ne respecte plus les accords de renvoi des déboutés d’asile

Depuis l’éclatement du scandale de corruption connu sous le nom de « Qatargate », les difficultés pour renvoyer les Marocains déboutés de leur demande d’asile vers leur pays d’origine se sont accrues.