Mineurs marocains : Ceuta va dépenser 100 000 euros pour des interprètes

19 septembre 2021 - 14h00 - Espagne - Ecrit par : P. A

Le Conseil des gouverneurs de la ville autonome de Ceuta a annoncé vendredi qu’il recrutera huit interprètes comprenant le darija pour une période de quatre mois afin de faciliter les échanges lors des entretiens individuels avec les mineurs en vue de leur retour au Maroc. Un budget d’environ 100 000  euros sera consacré à cette mission.

Le Bureau des étrangers de Ceuta a vu son personnel renforcé vendredi avec le recrutement de douze nouveaux fonctionnaires intérimaires des catégories A2, C1 et C2. Ce renforcement de capacités vise à « accélérer l’accomplissement des formalités et démarches » préalables au retour des quelque 700 mineurs marocains qui résident encore dans la ville depuis la crise migratoire de mai, a indiqué la délégation du gouvernement à Ceuta dans un communiqué.

À lire : Retour des mineurs au Maroc : Sanchez prêt à accompagner Ceuta

Les intérimaires ont été déjà affectés, bien que la délégation n’ait pas encore demandé au Maroc les rapports sur les familles de chaque enfant et que le service de protection de l’enfance de l’administration régionale ait prévu de prendre au moins « un mois et demi » pour recueillir les avis individuels de chaque mineur, conformément à la législation en vigueur. Toute cette procédure doit être bouclée avant d’engager le rapatriement proprement dit des mineurs qui est prévu pour être achevé dans six mois, fait savoir Ok Diario.

À lire : Ceuta convoie des mineurs marocains vers Galice et Estrémadure

Par ailleurs, la conseillère à la présidence, Mabel Deu, a annoncé vendredi qu’elle a déjà conclu un accord avec l’Exécutif de Murcie pour transférer dans cette région les sept mineurs placés sous la tutelle de la ville et qui lui ont été attribués en mai avec la médiation du ministère des Droits sociaux dans le cadre de l’opération de répartition de 200 mineurs entre toutes les communautés, à l’exception des Îles Canaries et de Melilla. L’opération va se poursuivre dans les prochains jours avec le transfert de onze mineurs aux Asturies, vingt à Madrid, dix à Castille-et-León et huit à Euskadi.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Immigration clandestine - Ceuta (Sebta) - Enfant - Rapatriement

Aller plus loin

Ceuta recrute des interprètes parlant darija

Le gouvernement de Ceuta va recruter neuf interprètes pour l’assister lors des entretiens individuels avec les plus de 400 mineurs qui restent dans la ville en vue de leur...

La justice espagnole maintient l’interdiction d’expulsion des mineurs marocains

L’enquête judiciaire sur le retour au Maroc de mineurs arrivés en masse à Ceuta en mai dernier, va se poursuivre. Ainsi en a décidé la Chambre administrative de l’Audience...

Le président de Ceuta tient au retour des 700 mineurs restants au Maroc

Le président du gouvernement de Ceuta, Juan Vivas (PP), a insisté lundi sur la nécessité de procéder au rapatriement des 700 mineurs marocains qui continuent d’errer dans la...

Les mineurs marocains arrivés en mai à Ceuta seront scolarisés

Les mineurs marocains qui sont entrés dans la ville de Sebta les 17 et 18 mai derniers, seront scolarisés à la rentrée prochaine. Les autorités de la ville, en coordination avec...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une sortie en voiture vire au drame

Une sortie en famille qui finit en tragédie. Deux sœurs de 19 et 10 ans sont mortes noyées samedi dans le barrage de Smir près de la ville de M’diq, après que l’aînée, qui venait d’avoir son permis de conduire, a demandé à ses parents à faire un tour...

Au Maroc, le mariage des mineures persiste malgré la loi

Le mariage des mineures prend des proportions alarmantes au Maroc. En 2021, 19 000 cas ont été enregistrés, contre 12 000 l’année précédente.

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Enfants de Dounia Batma : Mohamed Al Turk dénonce une exploitation sur les réseaux sociaux

Mohamed Al Turk, l’ex-mari de Dounia Batma actuellement en détention, reproche à la sœur de l’actrice marocaine, Ibtissam, de chercher à gagner la sympathie des Marocains en publiant des photos de leurs filles, Ghazal et Laila Rose, sur les réseaux...

Éric Ciotti met en avant les liens « très puissants » entre le Maroc et la France

Le président du parti Les Républicains, Éric Ciotti, a plaidé pour la réparation des erreurs passées et critiqué le manque de considération envers le Maroc. Dans une déclaration à la presse, M. Ciotti a souligné l’importance des liens « très puissants...

Maroc : un ancien diplomate accusé de prostitution de mineures risque gros

L’association Matkich Waldi (Touche pas à mon enfant) demande à la justice de condamner à des « peines maximales » un ancien ambassadeur marocain, poursuivi pour prostitution de mineures.

La justice espagnole sépare une famille marocaine : Nasser Bourita réagit

Suite à la décision de la justice espagnole de retirer la garde des enfants à une famille marocaine établie dans le nord du pays, le ministère des Affaires étrangères a tenu à commenter cette décision et fournir quelques détails.

Le mariage des mineurs diminue au Maroc

Après une hausse en 2021, le nombre de mariage de mineurs a diminué l’année dernière. Cela représente certes une note positive, mais il y a encore du chemin à faire pour en finir avec cette pratique.

Des Marocains à la rue : la détresse d’une famille en Espagne

Un couple marocain et ses trois filles mineures âgées de 12, 8 et 5 ans sont arrivés clandestinement à Pampelune en provenance du Maroc il y a un mois, cachés dans une remorque chargée de légumes. Sans ressources ni aide, ils sont à la rue depuis...

Maroc : les femmes divorcées appellent à la levée de la tutelle du père

Avant l’établissement de tout document administratif pour leurs enfants, y compris la carte d’identité nationale, les femmes divorcées au Maroc doivent avoir l’autorisation du père. Elles appellent à la levée de cette exigence dans la réforme du Code...