Mineurs marocains : l’ONU dénonce une violation du droit international

15 août 2021 - 16h40 - Espagne - Ecrit par : A.P

L’ONU a dénoncé dimanche le rapatriement au Maroc des mineurs marocains lancé vendredi par le ministère de l’Intérieur espagnol, soulignant que ces retours « violent le droit international ».

« Les retours qui ne visent pas l’intérêt supérieur des enfants violent le droit international », a publié dimanche sur son compte Twitter, Felipe Gonzalez, le représentant de l’organisation internationale pour les migrations. Le procureur général de l’État a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête sur le retour de ces mineurs lancé par l’Intérieur. De même, le Médiateur ainsi que plusieurs organisations de défense des droits des enfants ont aussi dénoncé le caractère « illégal » de l’opération qui n’offre pas de garanties aux enfants.

À lire : L’Unicef s’inquiète pour les mineurs marocains à Sebta

« Il est impossible de gouverner quand on dit une chose et on fait le contraire », a déclaré José Luis Martínez-Almeida, le porte-parole national du PP et maire de Madrid, reprochant l’absence de « sérieux » du gouvernement de Pedro Sanchez dans sa politique migratoire. Begoña Villacís, la coordinatrice de Ciudadanos à Madrid et adjointe au maire de la ville, dénonce quant à elle le « manque total de transparence » de l’Exécutif dans la mise en œuvre de l’opération de retour des mineurs. « Qu’on nous dise si le rapatriement des mineurs est fait de manière ordinaire ou irrégulière », a-t-elle soutenu.

À lire : Tous les migrants mineurs quitteront Ceuta avant septembre

Dans le même sens, la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Diaz Ayuso, a demandé au gouvernement d’avoir « une politique claire » en ce qui concerne les mineurs non accompagnés arrivant en Espagne. « Il faut les intégrer et, si nous en avons la possibilité, renvoyer la plupart chez eux, parce qu’il ne sert à rien qu’ils fassent le tour du pays sans but », a-t-elle ajouté.

Sujets associés : Espagne - Droits et Justice - Ceuta (Sebta) - Rapatriement

Aller plus loin

Des mineurs marocains dans une situation critique à Bruxelles

Environ une cinquantaine de mineurs non accompagnés, dont de nombreux Marocains sont livrés à eux-mêmes dans les rues de Bruxelles, faute de prise en charge. Des associations de...

Bruxelles : des ONG alertent sur la situation des mineurs marocains

SOS Jeunes/Quartier libre AMO, Médecins sans frontières, Médecins du monde et la plateforme citoyenne Bxl Refugees alertent sur la situation précaire des mineurs étrangers à...

Morad, rapatrié au Maroc, mais toujours décidé à retourner à Ceuta

Le jeune Morad, 16 ans, fait partie du groupe de 15 mineurs du centre sportif de Santa Amelia rapatriés dimanche au Maroc. Mais il reste déterminé à retourner en Espagne dès que...

L’expulsion des mineurs marocains met en difficulté le gouvernement espagnol

Le retour au Maroc des mineurs arrivés à Ceuta en mai dernier a fait monter la tension au sein du gouvernement espagnol. Le parti Podemos reproche au ministre de l’Intérieur,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Vers une révolution des droits des femmes au Maroc ?

Le gouvernement marocain s’apprête à modifier le Code de la famille ou Moudawana pour promouvoir une égalité entre l’homme et la femme et davantage garantir les droits des femmes et des enfants.

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Maroc : le casier judiciaire électronique enfin lancé

Le ministère de la Justice a procédé mardi, au lancement de quatre nouveaux services numériques dont le casier judiciaire électronique.

L’affaire "Escobar du désert" : les dessous du détournement d’une villa

L’affaire « Escobar du désert » continue de livrer ses secrets. L’enquête en cours a révélé que Saïd Naciri, président du club sportif Wydad, et Abdenbi Bioui, président de la région de l’Oriental, en détention pour leurs liens présumés avec le...

Plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort au Maroc

La lutte contre l’abolition de la peine capitale est toujours d’actualité au Maroc. En témoigne la récente participation des réseaux et militants marocains contre la peine de mort, à la 8ᵉ édition du congrès mondial qui s’est tenu à Berlin du 18 au 25...

Mohamed Ihattaren risque d’aller en prison

L’avocat de Mohamed Ihattaren, Hendriksen, confirme que le joueur d’origine marocaine est poursuivi en justice pour légère violence envers sa fiancée Yasmine Driouech en février dernier. La date de l’audience n’est pas encore connue.

Le club des avocats offre un service gratuit d’orientation juridique pour les MRE

Le club des avocats au Maroc apporte son aide à la communauté marocaine résidant à l’étranger en mettant à sa disposition des lignes téléphoniques qui leur permettront de bénéficier gratuitement d’une orientation juridique et des conseils.

Affaire de viol : Achraf Hakimi devant le juge

L’international marocain du Paris Saint-Germain, Achraf Hakimi, a eu affaire à la justice ce vendredi matin, en lien avec une accusation de viol portée contre lui.

Affaire "Hamza Mon Bébé" : Dounia Batma présente de nouvelles preuves

La chanteuse marocaine Dounia Batma confie avoir présenté de nouveaux documents à la justice susceptibles de changer le verdict en sa faveur.

Maroc : l’utilisation de WhatsApp interdite dans le secteur de la justice

Le procureur général du Maroc, Al-Hassan Al-Daki, a interdit aux fonctionnaires et huissiers de justice d’installer et d’utiliser les applications de messagerie instantanée, et principalement WhatsApp, sur leurs téléphones professionnels.