L’Unicef s’inquiète pour les mineurs marocains à Sebta

1er août 2021 - 09h40 - Ecrit par : A.T

Face à la situation critique que vivent les mineurs marocains non accompagnés entrés à Sebta en mai dernier, l’Unicef a insisté auprès de l’Espagne pour l’adoption de mécanismes de prise en charge afin de garantir leur protection.

Selon un rapport rendu public mercredi par l’institution onusienne, les mineurs migrants continuent d’être la tache noire laissée par la crise migratoire qui a secoué le Maroc et l’Espagne. Ils seraient encore près de 500 à ne bénéficier d’aucune protection, errants et livrés aux dangers dans l’enclave.

Dans le détail, le Fonds de l’ONU pour la protection de l’enfance a cité le ministère public de Ceuta, indiquant que 820 mineurs se trouvent dans les foyers de prise en charge. 80 sont des filles et environ 600 enfants de moins de 16 ans. L’Unicef estime que 300 à 500 autres vivent dans la rue, sachant qu’avant la crise frontalière, la ville comptait près de 240 enfants non accompagnés dans les centres de protection qui leur sont dédiés.

À cet effet, le document recommande le transfert de ces moins de 18 ans vers la péninsule, afin de garantir toutes les exigences de leur prise en charge durable et respectueuse des dispositions légales en la matière.

A lire : Mineurs marocains : Ceuta craint une hausse de la criminalité

S’attardant sur le manque de planification et de ressources destinées à la protection des enfants, l’Unicef a également pointé du doigt l’insuffisance des formations dédiées aux équipes en charge des nombreux centres de protection, complété par l’absence d’un nombre satisfaisant de professionnels parlant couramment l’arabe et la darija pour faciliter les interactions avec les enfants marocains.

Face à cette situation, une équipe de Save the Children en Espagne et de l’UNICEF, avec le soutien des autorités de l’enclave, a renforcé des programmes visant à transférer les mineurs non accompagnés vers un autre pays de l’Union européenne, ou de les renvoyer au Maroc. Sous conditions que cette expulsion respecte les garanties prévues par la législation espagnole et les normes internationales sur une prise en charge adéquate.

Tags : Immigration clandestine - Espagne - Ceuta (Sebta) - Unicef

Aller plus loin

Mineurs : l’Espagne refile la patate chaude au Maroc

Le deuxième vice-président de Ceuta, Carlos Rontomé, donnant des détails sur l’opération de rapatriement au Maroc des mineurs arrivés en mai dans la ville autonome, a déclaré...

Mineurs marocains : Ceuta craint une hausse de la criminalité

De nombreux mineurs étrangers non accompagnés (MENA), principalement des Marocains, arrivés en masse à Ceuta les 17 et 18 mai derniers, continuent de vivre dans les camps de...

Des mineurs marocains dans une situation critique à Bruxelles

Environ une cinquantaine de mineurs non accompagnés, dont de nombreux Marocains sont livrés à eux-mêmes dans les rues de Bruxelles, faute de prise en charge. Des associations de...

La justice espagnole ouvre une enquête sur le retour de mineurs au Maroc

Le parquet général vient d’ouvrir une enquête sur l’opération de rapatriement au Maroc des quelque 800 migrants mineurs arrivés à Ceuta en mai dernier. La justice espagnole qui n’a...

Nous vous recommandons

Le soutien militaire de l’Iran au Polisario confirmé

Des informations font état de ce que l’Iran apporte un soutien militaire au front du Polisario. Avec l’aide du Hezbollah libanais, il entraîne les miliciens du mouvement indépendantiste sur le territoire...

Le Maroc fait-il son retour sur le marché international de la dette ?

Le Maroc prévoit de revenir sur le marché international de la dette cette année. Il pourrait lever 25 milliards de dirhams.

Ce que le limogeage de Vahid Halilhodzic coûterait au Maroc

Le Maroc pourrait se séparer de son sélectionneur national avant la coupe du monde prévue en novembre prochain. Son limogeage « ne coûtera aucun dirham au budget de l’État », selon Faouzi Lekjaa.

Haron Zaanan porte plainte pour transphobie contre le Drug Opéra

Pour avoir été mis à la porte du Drup opéra, un restaurant de Bruxelles, Haron Zaanan, mannequin et influenceur belge d’origine marocaine vient de porter plainte pour discrimination et transphobie, selon une porte-parole de la police de...

Royal Air Maroc augmente la cadence

La compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) s’apprête à lancer de nouveaux vols en provenance de dix villes européennes dont Milan, Toulouse ou encore Bruxelles.

Les Marocains brillent au concours de Polytechnique

Les élèves du Lycée d’Excellence de Benguérir (Lydex) ont une fois encore brillé aux concours des grandes écoles françaises. Vingt-quatre d’entre eux ont été admis au concours de l’école polytechnique de...

Maroc : les températures vont frôler les 50 degrés

Une vague de chaleur est attendue de jeudi au lundi dans plusieurs provinces du Maroc, avec des températures pouvant atteindre 49 °C, alerte la Direction générale de la météorologie (DMN).

Wizz Air suspend des vols vers le Maroc

La compagnie aérienne Wizz Air va mettre fin à la liaison Dortmund-Marrakech. Cette suspension intervient après que la low-cost hongroise a décidé de fermer ses bases de Dortmund et Riga.

Menacé d’expuslion, Hassan Iquioussen craint d’être arrêté au Maroc

Hassan Iquioussen->mot4970], star de la prédication en ligne sur sa chaîne YouTube, est sous le coup d’une menace d’expulsion du territoire français. Il est accusé d’antisémitisme.

Près de 4 000 MRE avec véhicules ont embarqué sur les premiers ferries pour le Maroc

Environ 4 000 voyageurs et 922 véhicules ont embarqué lundi à bord des premiers bateaux autorisés à transporter des passagers avec véhicules depuis les ports d’Algésiras et de Tarifa à destination de Tanger...