Faux dentiste : un an de prison pour avoir causé la mort d’un enfant

30 novembre 2020 - 17h30 - Maroc - Ecrit par : K.B

Le prothésiste dentaire ayant causé, en 2017, la mort d’un enfant de 12 ans, a été condamné à 1 an de prison ferme assortie d’une indemnité de 300 000 dirhams, à verser au profit de la famille des victimes. Le verdict a provoqué l’indignation générale.

Trois ans après le décès d’un enfant à Oued Laou, des suites de complications d’une intervention dentaire, l’Ordre national des médecins dentistes et l’Association de défense des droits de l’homme continuent de dénoncer l’exercice illégal d’une profession réglementée.

Les deux organisations incitent les autorités à intervenir afin de veiller au contrôle des cabinets de prothèses ou de blanchiment de dents, qui continuent de proliférer et d’exercer une profession au mépris de la réglementation en vigueur.

Pour l’avocat Habib Hajji, une révision de la législation sur les personnes qui exercent une profession réglementée, notamment les faux dentistes, est plus que d’actualité. Cette pratique frauduleuse expose la vie des citoyens à de grands dangers, notamment avec la manipulation des produits anesthésiants et la prescription des médicaments, a-t-il décrié.

L’avocat s’interroge à ce propos sur le rôle des commissions de contrôle, censées mettre fin à cette anarchie, sachant que ces charlatans affichent des tarifs très concurrentiels pour attirer leurs clientèles. Les autorités de Tétouan, serrent l’étau sécuritaire autour des trafiquants de produits d’anesthésie. Les services de police essaient de remonter la filière qui approvisionne le marché noir.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Oued Laou

Aller plus loin

Un faux médecin arnaque une centaine de personnes à Kénitra

Un escroc aux multiples identités a été interpellé par la police judiciaire de Kénitra. Il a été présenté au procureur du roi pour répondre de ses actes.

Secoués par la crise, les dentistes veulent reprendre du service

Les dentistes sont en arrêt de travail depuis le début de la crise sanitaire dans le pays. Frappés de plein fouet par la crise, ils sollicitent l’accompagnement du gouvernement...

Marrakech : un médecin poursuivi pour tentative de viol sur sa patiente

Le juge d’instruction près la Cour d’appel de Marrakech a refusé d’accorder la liberté provisoire à un médecin, poursuivi pour son implication présumée dans le viol d’une...

Faux tests Covid-19 : le business prospère d’un médecin marocain en Espagne

Les autorités espagnoles viennent de mettre la main sur l’auteur des faux certificats du Covid-19. Il s’agit d’un médecin marocain exerçant à Murcia et Carthagène.

Ces articles devraient vous intéresser :

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Le Maroc forme 2800 médecins et 5600 infirmiers pour la médecine de famille

Afin de développer et consolider la médecine de famille en facilitant l’accès aux soins et services de santé aux Marocains, le gouvernement entend former 2800 médecins et 5600 infirmiers d’ici 2030.

Au Maroc, un trek solidaire vire au cauchemar

Alors qu’elles participaient fin octobre au Trek Rose Trip, qui sensibilise au cancer du sein, récolte des fonds pour l’association Ruban Rose et plusieurs autres structures, au Sahara, au Maroc, plus de 800 femmes ont vécu une expérience...

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Au Maroc, l’été rime avec piqûres de scorpion

La recrudescence des piqûres de scorpion dans certaines régions du Maroc, en cette période de canicule et de saison estivale, inquiète. Les spécialistes appellent les citoyens à prendre les précautions pour prévenir ces piqûres mortelles.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

Le Covid-19 se rappelle au bon souvenir des Marocains

Après une période d’accalmie, le Maroc fait désormais face à une hausse des contaminations au Covid-19. Le ministère de la Santé a exprimé ses inquiétudes appelant les Marocains à respecter les recommandations.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Cancer : le premier test de dépistage 100% marocain bientôt commercialisé

Les premiers kits de dépistage du cancer, produits localement au Maroc, seront bientôt mis sur le marché. Le pays procède actuellement aux derniers tests de cette innovation afin de s’assurer de leur efficacité.