France : la déchéance de nationalité provoque des tensions diplomatiques

30 octobre 2019 - 06h20 - France - Ecrit par : S.A

Si le Maroc et l’Algérie se montrent plus conciliants sur le sujet, la Tunisie, elle, semble plus radicale. Nombreux sont ces binationaux ressortissants de pays du Maghreb qui ont perdu leur nationalité française en raison d’affaires liées au terrorisme.

En tout, 16 binationaux ont perdu leur nationalité française, du fait des conditions relativement restrictives de la déchéance de la nationalité depuis 1998 et l’entrée de cette mesure à l’article 25 du Code civil, rappelle L’express.

La déchéance de nationalité est à l’origine de tensions diplomatiques entre la France et les pays d’origine des personnes concernées. Alors que des recours juridiques sont en cours dans certains cas, ce sont des expulsions vers le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, qui s’observent, dans d’autres cas.

Selon Nicolas Hervieu, Professeur de Droit public, "ces États ne sont pas nécessairement ravis de devoir accueillir sur leur territoire quelqu’un qui a été condamné pour terrorisme ailleurs".

La Tunisie est le pays qui s’oppose le plus à la mesure parmi les pays du Maghreb. "Nous ne pouvons tolérer que des fanatiques écervelés ayant grandi à Clichy ou à Saint-Denis viennent inculquer des valeurs étrangères à celles de la Tunisie" car "notre culture se trouve à des années-lumière des prêches de l’imam de Drancy et de l’islam pratiqué dans les banlieues françaises", avait déclaré, le 22 janvier 2016, le Président tunisien, Béji Caïd Essebsi.

De leur côté, l’Algérie et le Maroc se montrent conciliants. "Ces pays ’reprennent’ volontiers leurs ressortissants effectifs ou de papier, dont certains y sont également recherchés dans le cadre de procédures pénales, ou qui pourraient, dans tous les cas, contribuer à la lutte contre le terrorisme" en étant soumis à des contre-interrogatoires, indique Delphine Perrin, Docteure en Droit public et spécialiste du droit de la nationalité et des migrations.

Sujets associés : France - Algérie - Terrorisme - Tunisie - Déchéance de la nationalité

Aller plus loin

Le Conseil d’Etat rejette les demandes de suspension de déchéance de nationalité de cinq ex-« terroristes »

La Conseil d’Etat a rejeté vendredi les demandes de suspension du décret de la déchéance de la nationalité française formulées par cinq « ex-terroristes », dont quatre...

Un Marocain perd sa nationalité française

Les autorités françaises ont déchu de sa nationalité, le Franco-marocain Karim Kinali, selon un décret paru cette semaine au Journal Officiel.

Quatre "terroristes" marocains déchus de leur nationalité française attaquent Bernard Cazeneuve

Qualifiés de terroristes par le ministère de l’Intérieur français Bernard Cazeneuve et sous le coup d’une procédure de déchéance de la nationalité, cinq hommes ont déposé lundi...

La France demande la déchéance de la nationalité de quatre Franco-marocains

Quatre Franco-marocains condamnés dans des affaires de terrorisme risquent de perdre la nationalité française dans les prochains mois. L’annonce a été faite par le ministre de...

Ces articles devraient vous intéresser :

Les passagers qui arrivent au Maroc surveillés à la loupe

Le Conseil de gouvernement a décidé jeudi de renforcer son arsenal en matière de lutte contre le terrorisme et les crimes organisés, en faisant adopter un projet de décret.

Le Maroc, bon élève en matière de lutte antiterroriste

Le Maroc affiche l’un des niveaux de sécurité antiterroriste les plus élevés au monde. Avec un score de 0,757, le royaume est classé 83ᵉ dans la catégorie des pays les plus épargnés des actes terroristes, selon l’édition 2023 de l’Indice mondial du...

Le Maroc renforce son dispositif légal de lutte contre le terrorisme

Afin de lutter efficacement contre le terrorisme, le Maroc a décidé de renforcer son dispositif national en se dotant d’un centre national de traitement des informations relatives aux passagers et aux vols aériens.

Le Maroc frappe un grand coup dans la lutte contre le terrorisme

Une cinquantaine d’individus ont été arrêtés mercredi au Maroc lors d’une importante opération visant des membres présumés de groupes djihadistes.

Au Maroc, la lutte contre le blanchiment d’argent rapporte

Le Maroc mène efficacement la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. En tout, près de 11 milliards de dirhams ont été saisis en 2022.

Projet d’attentat déjoué au Maroc : Treize individus arrêtés par le BCIJ

Treize personnes ont été arrêtées par le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), jeudi dernier. Soupçonnés d’être partisans de l’organisation terroriste « État islamique », les individus ont été arrêtés lors d’opérations menées dans...

Latifa Ibn Ziaten : « Les jeunes ne sont pas nés terroristes, mais on les pousse à l’être »

Depuis 2012, la militante franco-marocaine Latifa Ibn Ziaten, mère du maréchal des logis-chef Imad, une des victimes du terroriste Mohammed Merah, travaille avec les familles et les communautés pour empêcher les jeunes de tomber dans le piège de...

Terrorisme au Maroc : une lutte permanente depuis 2003

L’extrémisme islamiste au Maroc a été marqué par cinq moments forts, dont notamment les attentats de Casablanca en 2003 et 2007, le printemps arabe en 2011, et la création de l’État islamique (EI) en 2014. Pour lutter contre le phénomène, les autorités...

Une cellule préparant des attentats au Maroc démantelée

Le Bureau central des investigations judiciaires (BCIJ), se basant sur des informations fournies par la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), a annoncé le démantèlement d’une cellule terroriste liée à l’organisation Daech. Cette...

Décès de Malika El Aroud, « La Veuve noire du Jihad »

Malika El Aroud, condamnée pour terrorisme en 2008, est décédée à l’âge de 64 ans. Cette femme, qui avait la double nationalité belge et marocaine, avait été déchue de sa nationalité belge en 2017 pour avoir « gravement manqué à ses devoirs de...