France : la Loi contre le séparatisme validée par le Conseil constitutionnel

13 août 2021 - 15h57 - France - Ecrit par : S.A

Le Conseil constitutionnel a validé une grande partie du projet de loi contre le séparatisme définitivement adopté le 23 juillet dernier par le Parlement. Seules deux dispositions ont été censurées.

Suite à l’adoption définitive du projet de loi confortant les principes de la République le 23 juillet dernier par l’Assemblée nationale, plus de 100 députés de gauche comme de droite, ainsi que les sénateurs LR, avaient saisi le Conseil constitutionnel pour censurer plusieurs dispositions jugées liberticides, fait savoir l’AFP. Les Sages ont validé la majeure partie du texte. Dans leur décision, ils ont censuré la disposition prévoyant de suspendre les activités d’une association faisant l’objet d’une procédure de dissolution. En cause, cette procédure peut durer jusqu’à six mois. Selon eux, « le législateur a porté à la liberté d’association une atteinte qui n’est pas nécessaire, adaptée et proportionnée ».

À lire : Adoption définitive du projet de loi sur le séparatisme

L’article 26 du projet de loi qui prévoyait que « la délivrance ou le renouvellement de tout titre de séjour peut être refusé à un étranger ou qu’un titre de séjour peut lui être retiré s’il est établi qu’il a manifesté un rejet des principes de la République » est également censuré. Selon le conseil constitutionnel, les termes du projet de loi ne permettent pas de « déterminer avec suffisamment de précision les comportements justifiant le refus de délivrance ou de renouvellement d’un titre de séjour ou le retrait d’un tel titre ».

« Avec cette loi, les pouvoirs publics se dotent d’un arsenal complet d’outils, validés par le conseil constitutionnel, pour lutter contre le séparatisme et défendre les valeurs de la République », se félicitent Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, et Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la citoyenneté dans un communiqué. Le texte contient une batterie de mesures sur la neutralité du service public, la lutte contre la haine en ligne, la protection des fonctionnaires et des enseignants, l’encadrement de l’instruction en famille, le contrôle renforcé des associations, la transparence des cultes et de leur financement ou encore la lutte contre les certificats de virginité, la polygamie et les mariages forcés.

Sujets associés : France - Islam

Aller plus loin

Le projet de loi contre le séparatisme en débat au parlement français

L’Assemblée nationale française entame, lundi 1ᵉʳ février, le premier acte de l’examen du projet de loi contre l’islamisme radical. Celui-ci, l’un des derniers grands textes du...

Adoption définitive du projet de loi sur le séparatisme

C’est par 49 voix pour, 19 contre et 5 abstentions que le Parlement français a définitivement adopté vendredi 23 juillet le projet de loi contre le séparatisme et sa série de...

France : le projet de loi contre le séparatisme franchit l’étape de la première lecture

Les députés français ont largement adopté, mardi 16 février, le projet de loi « confortant le respect des principes de la République ». Le Sénat examinera ce texte qui vise à...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : les salaires des imams vont augmenter

Les imams au Maroc verront leur allocation augmenter de façon progressive pendant les quatre prochaines années. Le roi Mohammed VI en a donné l’instruction, selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques

Les chrétiens marocains contraints de vivre leur foi en secret

Les chrétiens marocains sont rejetés par leurs familles et la société. Bien que la Constitution de 2011 garantisse la liberté de conscience, la pratique d’une religion autre que l’islam sunnite est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans...

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.

Ramadan 2023 : le Maroc envoie des imams en Europe

Afin d’assurer l’accompagnement et l’encadrement religieux des Marocains résidant à l’étranger (MRE), la Fondation Hassan II a annoncé l’envoi en Europe de 144 universitaires, prédicateurs et récitateurs du Coran durant tout le mois de Ramadan 2023.

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

Officiel : voici la date du début du ramadan en France

Le Conseil Français du culte Musulman (CFCM) vient d’annoncer le début du mois de ramadan en France, selon des critères adoptés en 2013.

Nouhaila Benzina : un hijab par amour

La Marocaine Nouhaila Benzina pourrait être la première footballeuse de l’histoire à jouer avec un hijab, si elle monte sur le terrain lors du match contre la Corée du Sud en Coupe du monde féminine, prévu ce dimanche.

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Voici la date de début du mois de ramadan au Maroc

L’expert marocain en astronomie, Hicham El Aissaoui vient de prédire la date de début du mois de ramadan 2023 au Maroc.

Le stade de Chelsea accueille un « Open Iftar »

Après l’équipe de Blackburn, un club de D2 anglaise, qui avait ouvert ses portes en 2022, pour accueillir la prière de l’Aid Al Fitr pendant le ramadan, c’est au tour de Chelsea, le club de l’international marocain Hakim Ziyech, d’offrir une...