France : la « loi Immigration » va faire mal aux étudiants marocains

22 décembre 2023 - 09h30 - France - Ecrit par : S.A

Le monde universitaire dénonce le durcissement des conditions d’arrivée des étudiants étrangers en France prévu dans la loi immigration, votée mardi 19 décembre, et se mobilise pour que le texte ne passe pas.

Hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers, instauration d’une caution de retour restituée à la fin de leurs études s’ils quittent bien le territoire français… Ces mesures consignées dans la loi immigration adoptée, à l’issue de la commission mixte paritaire, le 19 décembre, suscitent inquiétude et indignation. « Les étudiants font déjà face à des difficultés d’ordre financier, familial pour certains, puis social. Ce texte, c’est la double peine pour nous qui avons déjà du mal à nous faire notre place », regrette Zacaria*, étudiant marocain en Master, arrivé en France en 2018, pour poursuivre ses études supérieures à l’université de Bordeaux. « On est dans une marchandisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, où on va aller uniquement chercher les étudiants qui ont les moyens de venir en France pour faire leurs études », a analysé le vice-président de France Universités Dean Lewis, au micro de Franceinfo le lendemain de l’adoption de la loi immigration.

À lire :France : les études, un luxe pour les étudiants marocains ?

Pour Yanis Jaillet, secrétaire général du syndicat Union Étudiante Bordeaux, l’instauration de cette caution de “retour” dont le montant n’est pas encore précisé aura un « impact double ». « Stigmatiser les étudiants étrangers d’une part, détaille-t-il, puis créer une double sélection vis-à-vis du niveau social dans lequel on évolue ; les étudiants étrangers qui viendront étudier en France seront ceux qui auront les moyens. Ça ferme la porte à de nombreux étudiants. » Zacaria, l’étudiant marocain en économie critique, lui aussi, cette mesure. « On vous forme à un certain prix et après, on ne veut pas que vous restiez sur le territoire, c’est quoi ce délire ?, fustige-t-il. Selon lui, il s’agit de l’instauration d’une « sélection adverse », où les étudiants internationaux seraient mis en concurrence entre eux.

À lire : Les Marocains, premiers étudiants étrangers en médecine spécialisée en France

L’augmentation des frais d’inscription – qui seraient multipliés par 16 – pour les étudiants étrangers fait aussi l’objet de vives critiques. « Demain, les étudiants seront amenés à payer leur année 2 770 euros contre 170 euros, c’est tout à fait stigmatisant, soulève Yanis Jaillet. Ce midi, on a rencontré des étudiants qui nous disaient que si ce texte allait au bout, ils ne feraient pas leur deuxième année de master. » Si certains établissements appliquent déjà cette différenciation, une autre posture est adoptée à Bordeaux. En 2019, l’Université de Bordeaux a préféré exonérer les étudiants de 83 pays de l’augmentation de ces frais. Quant à l’Université Bordeaux Montaigne, elle a décidé que tous les étudiants extracommunautaires paieraient les mêmes droits d’inscription que les Français. Si le Conseil constitutionnel valide le texte, les étudiants étrangers ne pourront plus bénéficier de cette exonération.

À lire : Les étudiants marocains en France, une main d’œuvre qualifiée

Des centaines de personnes et d’associations se sont mobilisées à Paris pour « dénoncer l’inhumanité » de la loi immigration. Une soixantaine de présidents d’écoles et d’universités, dont ceux de Bordeaux, et de Bordeaux Montaigne, ont, dans un communiqué, exprimé leur « opposition ferme et déterminée » à cet ensemble de mesures. Selon Yanis Jaillet de l’Union Étudiante Bordeaux, des actions de blocage à la rentrée 2024 sont envisageables. « On fera tout ce qu’on peut pour que le texte ne passe pas », promet-on.

*Prénom modifié

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : France - Etudiants - Immigration

Aller plus loin

Plus de la moitié des étudiants marocains à l’étranger en France

La France reste le premier pays d’accueil des étudiants marocains à l’étranger. Durant l’année universitaire 2021-2022, plus de la moitié d’entre eux ont été recensés dans...

L’excellence marocaine : le Lydex envoie 20 étudiants à l’École Polytechnique

Après avoir réussi brillamment les concours écrits et oraux, des étudiants du Lycée Mohammed VI d’Excellence de BenGuerir (Lydex) s’envoleront pour Paris, où ils rejoindront...

Les étudiants marocains en France très prisés par les entreprises

Première communauté universitaire étrangère en France, les étudiants marocains constituent un « vivier de talents » que les PME et des start-ups s’arrachent.

Bonne nouvelle pour les étudiants marocains en situation de précarité en France

La ministre française de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, a annoncé ce lundi que les étudiants en situation de précarité, dont font partie de nombreux Marocains,...

Ces articles devraient vous intéresser :

Ouverture exceptionnelle de la frontière entre le Maroc et l’Algérie

La frontière entre l’Algérie et le Maroc a été exceptionnellement ouverte cette semaine pour permettre de rapatrier le corps d’un jeune migrant marocain de 28 ans, décédé par noyade en Algérie.

Combien de Marocains ont émigré à l’étranger cette année ?

À fin septembre dernier, plus de 26 000 Marocains ont émigré à l’étranger pour s’y installer et travailler, d’après le ministère chargé de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences.

Les Marocains parmi les plus expulsés d’Europe

Quelque 431 000 migrants, dont 31 000 Marocains, ont été expulsés du territoire de l’Union européenne (UE) en 2022, selon un récent rapport d’Eurostat intitulé « Migration et asile en Europe 2023 ».

Éric Ciotti (Les Républicains) en visite au Maroc

Une délégation du parti Les Républicains, menée par Éric Ciotti, a annoncé sa visite au Maroc du 3 au 5 mai prochains dans le but de poursuivre « une relation de fraternité et de responsabilité » avec le royaume.