Recherche

D’Internet en festivals, Bigg le rappeur et Hoba Hoba Spirit enflamment les jeunes Marocains

© Copyright : DR

3 septembre 2007 - 17h40 - Culture

Enfin la jeunesse marocaine est en phase avec ce qui se passe dans le monde. On n’est plus dans un ghetto." Parole d’expert : la remarque vient de Réda Allali. L’homme n’est plus tout jeune (36 ans) mais il est aux premières loges pour observer la génération montante. Son groupe, Hoba Hoba Spirit, fait un tabac dans le royaume : plus de 40 000 spectateurs cet été à Casablanca, deux fois plus au festival d’Essaouira. "On est toujours surpris par le succès que l’on rencontre", dit Réda. Et pas seulement au Maroc. Depuis le printemps, Hoba Hoba Spirit - inutile de chercher une signification au nom du groupe, il n’y en a pas - a sillonné l’Espagne, la Suisse, la Tunisie, la France, l’Algérie.

Difficile de cataloguer sa musique. C’est un mélange de rock, de reggae, de chaabi (la musique populaire) sur des textes qui, mêlant arabe dialectal et français, parlent avec humour et finesse de tout et de rien, de Casablanca et des poncifs que la ville traîne avec elle, des images déversées par les télés occidentales, des élections "science-fiction", des bien-pensants, des policiers qui, de l’autre côté de la Méditerranée, "gardent les frontières/Ils sont armés jusqu’aux dents et ils surveillent la mer/Avec des barbelés et des chiens policiers/Pour empêcher les affamés de débarquer".

Le succès de Hoba Hoba Spirit tient du miracle. Le groupe est né il y a près de dix ans, par hasard et sans ambition précise, dans un quartier de Casablanca. A l’époque, Réda, guitariste et parolier du groupe, était jeune ingénieur chez IBM. Passant d’un groupe à l’autre, les musiciens étaient des nomades. L’arrivée d’Internet, la floraison des radios, la multiplication des festivals ont tout changé (celui d’Essaouira, le plus populaire, a drainé, cette année, 400 000 personnes en quatre jours). Hoba Hoba Spirit a trouvé un public.

Et le miracle s’est répété pour d’autres. Aujourd’hui, une demi-douzaine de groupes existent au Maroc. Ils ont créé, chacun dans leur genre, quelque chose d’original, et en vivent. Venu de Meknès, H-Kayne (littéralement, "Qu’est-ce qui se passe", mais avec un jeu de mot autour de la lettre H comme haschich) est le groupe phare de la scène hip-hop marocaine. Amarg Fusion, né à Agadir, marie reggae et instruments de musique berbère, tandis que Darga (Cactus) pratique un reggae festif.

Culot monstre

Et puis il y a Bigg, la grande gueule du rap marocain, 26 ans, un bon quintal, une créativité et un culot monstres. Dans l’un de ses titres, il a réussi la prouesse de parler de l’ancien bagne de Tazmamart, du général Oufkir, des gros bonnets de la drogue et d’un commissaire de police violeur en série !

Aucune maison de disques n’a encore mis le grappin sur ces groupes. Ils produisent et commercialisent eux-mêmes leur musique avec des méthodes artisanales. La sortie des nouveaux titres est annoncée sur la Toile avec la liste des boutiques où le CD sera disponible. La promotion ? Elle se fait sans plan médias, mais avec efficacité. Bigg le rappeur a fait, il y a quelques mois, la "une" du Journal, hebdomadaire des plus sérieux. Le piratage instantané des nouveaux albums, qui ramène à quelques semaines leur espérance de vie commerciale ? "Cela ne nous gêne pas. Cela fait partie du jeu", lâche Réda.

Les groupes vivent exclusivement des cachets versés par les sponsors des festivals (l’entrée y est gratuite) et, dans de rares cas, de l’utilisation publicitaire de leur image. Bigg est ainsi lié par contrat à Maroc Télécom, principal opérateur de téléphonie du pays. "Est-ce qu’ils vont réussir à tenir si leur survie économique dépend des seuls festivals ? Il faudrait définir une politique culturelle. Or l’Etat s’en désintéresse. Il est absent", nuance un organisateur de festival.

Le succès phénoménal de cette jeune scène musicale ne fait pas que des heureux. Des partis politiques ont la dent dure contre ces groupes accusés pêle-mêle de faire le jeu des Israéliens, d’être inféodés aux Américains, de se livrer à des cultes sataniques et de faire l’apologie des l’homosexualité. "L’oppression principale vient de la société, pas du pouvoir", avance Réda. Mais il y a aussi ceux qui ont compris que ces artistes sont des vedettes qui drainent les foules et dopent les audiences. Même la télévision publique, peu connue pour ses audaces, commence à les accueillir pour des émissions en direct. Et pour rajeunir son image vieillotte, le parti socialiste marocain, l’Union socialiste des forces populaires (USFP), a eu l’idée d’inviter Bigg et Hoba Hoba Spirit à se produire en concert à Casablanca. De mémoire de militant, jamais une "fête de la rose" n’avait connu pareil succès.

Jean-Pierre Tuquoi - Le Monde

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact