Investissements : L’Espagne affûte ses armes

2 avril 2007 - 00h46 - Espagne - Ecrit par : L.A

Investir au Maroc devient de plus en plus facile pour les Espagnols. Les autorités ibériques, conscientes de l’intérêt du Maroc, n’hésitent pas à mettre le paquet pour aider les entreprises désirant s’y installer

« L’Espagne dispose même d’un plan spécifique dédié au Maroc », souligne Enrique Verdeguer Puig, conseiller économique à l’ambassade d’Espagne à Rabat, à l’occasion d’une journée d’information organisée mardi dernier par la Chambre de commerce espagnole de Tanger (Cecit).

De fait, le Maroc est son partenaire commercial le plus important de la région. Il est le premier marché pour les exportateurs espagnols en Afrique, avec plus du tiers du total pour le continent noir. Il est en outre le 11e client espagnol au niveau mondial, le 4e si l’on exclut l’Europe avec 1,5% du total des échanges. Le Royaume accapare aussi plus de la moitié des investissements ibériques en Afrique, preuve de la confiance des décideurs espagnols. Au niveau des investissements, l’Espagne talonne de près la France. Par ailleurs, l’investissement réalisé dans la Tanger Free Zone (TFZ) en 2006 est de 614 millions de DH, soit 18% du total réalisé sur l’ensemble de la région. Ce chiffre sera certainement revu à la hausse en 2007.

Les entreprises espagnoles participent aussi avec près de 4.677 emplois, soit près de 17% du total des emplois prévus dans la TFZ. Pour le responsable espagnol, le marché marocain est apprécié, vu son rendement supérieur à celui d’autres marchés, plus mûrs. Mais ce sont les ressources naturelles dont dispose le Maroc qui attirent le plus les opérateurs, notamment les ressources halieutiques et éoliennes.

En effet, ces derniers veulent augmenter leur crédit CO2 dans le cadre des dispositions du Protocole de Kyoto. Le projet d’éolienne de Tanger en est un bel exemple. « L’Espagne espère maintenir sa position sur le marché marocain », affirme Puig. C’est pourquoi celle-ci a mis en place au Maroc un grand réseau de bureaux économiques dont le rôle est d’aiguiller et d’informer les opérateurs. En matière de promotion, l’action est intense. L’Espagne organise au Maroc depuis 2000 une série de conférences sur l’investissement, à Casablanca et à Tanger.

L’édition 2007 est prévue les 2 et 3 juillet prochains à Tanger. Enfin, un site Internet sera lancé au mois de mai avec des informations en arabe sur les opportunités d’investissement et les aides à l’export.

Mécanismes d’aide

L’Espagne met à la disposition des investisseurs voulant investir au Maroc divers outils et lignes de financement. Trois types d’instruments - Prospinver, Papi et Pidinver - permettent de financer les premiers contacts et l’installation de l’entreprise. L’Espagne propose aussi un fonds pour l’appui au développement. A noter que ce dernier a octroyé 100 millions d’euros au projet de parc éolien de Tanger pour 100 millions d’euros (1,2 milliard de DH).

Enfin, l’une des réussites espagnoles reste le programme de conversion de la dette. Ce dernier, doté de près de 50 millions d’euros (560 millions de DH), a déjà permis de financer la remise à niveau du réseau d’assainissement de plusieurs bourgades dans le nord du Maroc.

L’Economiste - Ali Abjiou

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Espagne - Investissement - Tanger Free Zone

Ces articles devraient vous intéresser :

Le Maroc va investir de plus de 13,4 MMDH dans le chemin de fer

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a prévu un investissement de plus de 13,4 milliards de DH durant la période 2023-2025.

Dessalement de l’eau : le Maroc lance la construction de trois stations cette année

Afin de faire face à la pénurie d’eau potable, le Maroc prévoit de construire, cette année, trois nouvelles stations de dessalement de l’eau. L’objectif est d’atteindre une production d’un milliard de mètres cubes d’ici à 2030.

Le Français Faurecia va créer 1400 nouveaux emplois au Maroc

L’entreprise française Faurecia, spécialisée dans la fabrication d’équipements automobiles, va renforcer sa présence au Maroc, à travers la création d’une nouvelle usine à Salé. Dans ce sens, un protocole d’accord a été signé entre le groupe et l’État.

Transition énergétique : le Maroc sur la bonne voie

Dans un contexte difficile marqué par la crise énergétique et la flambée des prix, le Maroc est passé à la vitesse supérieure sur son chantier de la transition énergétique. Grâce à sa politique axée sur l’investissement privé dans le secteur, le...

Maroc : 3,7 milliards de dirhams de subventions au secteur agricole

Le gouvernement maintient son soutien au secteur agricole. Cette année, 3,7 milliards de dirhams de subventions seront affectés au secteur, pour un investissement global de 7,4 milliards de dirhams.

Le Maroc va injecter 150 milliards de dirhams dans le Fonds Mohammed VI pour l’investissement

Lancé en 2020 sur instruction royale, le Fonds Mohammed VI pour l’investissement sera renforcé pour le financement de certains grands projets, selon le ministre délégué chargé de l’Investissement, de la Convergence et de l’Évaluation des Politiques...

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Investissement privé au Maroc : la banque mondiale sonne l’alarme

L’investissement privé est en chute libre au Maroc. C’est du moins ce que révèle la banque mondiale dans son nouveau rapport de suivi de l’économie marocaine.

Baleària augmente de 30 % le trafic avec le Maroc, la nouvelle usine de l’Europe

La société de transport maritime Baleària a enregistré une croissance de 30 % du trafic de marchandises au premier trimestre de 2023 sur ses lignes de connexion avec le Maroc. Elle a ainsi transporté un total de 570 000 mètres linéaires de marchandises...

Maroc : investissements publics records en 2024

L’investissement public au Maroc devrait s’élever à 335 milliards de dirhams (MMDH) l’année prochaine, d’après la note de présentation du Projet de loi de finances (PLF) 2024. Un effort qui contribuera à améliorer les conditions de vie des populations.