Kahina Bahloul : « On ne bénéficie pas du soutien de l’Algérie, du Maroc... »

19 avril 2021 - 18h00 - France - Ecrit par : S.A

Kahina Bahloul, la première femme imame en France promeut, dit-elle, un islam des Lumières qui rompt avec les pratiques religieuses traditionnelles. Ses idées sont consignées dans un ouvrage intitulé : « Mon Islam, ma liberté ». La Franco-algérienne évoque aujourd’hui son gros problème, celui du manque du soutien de l’Algérie, du Maroc ou de la Turquie, qui financent la plupart mosquées dans l’Hexagone.

« Nous ne sommes pas propriétaires d’un local fixe. Nous louons une salle pour la prière du vendredi. Car notre gros problème, c’est le financement. Nous sommes en dehors des circuits traditionnels. On ne bénéficie pas du soutien de l’Algérie, du Maroc ou de la Turquie qui contribuent au financement de la plupart des mosquées en France », a-t-elle déclaré dans une interview accordée au journal Le Télégramme.

Kahina Bahloul fait partie des trois femmes imames qui dirigent les prières auprès de fidèles en France. Elle prône un islam des lumières et est l’une des responsables de la mosquée Fatima située à Paris. « Dans notre mosquée, les hommes et les femmes peuvent prier dans la même salle. Ce n’est pas le cas dans les lieux traditionnels, qui ne nous convenaient plus, où les femmes sont séparées des hommes. Elles prient dans des sous-sols, des mezzanines. Les fidèles qui viennent à Fatima, que je codirige avec le philosophe et imam Faker Korchane, sont d’origines très diverses », a-t-elle confié, soulignant qu’en islam, il n’y a pas d’autorité qui installe un imam. « La légitimité vient de la communauté religieuse. Nous avons été désignés par un groupe de croyants pour conduire la prière », affirme-t-elle.

Se prononçant sur l’accueil réservé à son islam dans la communauté musulmane, Kahina Bahloul a indiqué qu’il n’y avait pas de communauté musulmane homogène. « Il y a des citoyens, des individus très différents, a expliqué l’islamologue. Bien évidemment, nous avons été vivement critiqués par des fondamentalistes, des conservateurs, mais aussi des jeunes qui sont probablement dans une recherche identitaire et qui croient devoir protéger l’islam d’un dévoiement ».

Elle se réjouit tout de même des nombreuses adhésions enregistrées : « En dehors de ça, nous avons beaucoup d’adhésions. Notamment depuis la publication de mon livre. Je reçois beaucoup de messages de gens qui me remercient de donner cette image d’un islam de la tolérance, de paix et d’ouverture. » « Rien, dans les textes fondamentaux, n’interdit à une femme de diriger la prière », a martelé l’imame.

Sujets associés : France - Algérie - Religion - Turquie - Islam

Aller plus loin

France : une femme imame dirige la première prière mixte

Le samedi 7 septembre, loin des regards et, dans une salle louée pour la circonstance, la capitale française a connu son premier prêche mixte et progressiste de femmes...

Paris : une imame prône la mixité à la mosquée

Kahina Bahloul, l’une des trois imames de France, prône la mixité à la mosquée Fatima à Paris. Une première.

Ces articles devraient vous intéresser :

Voici la date de l’Aïd al-Adha 2023 au Maroc

Les calculs astronomiques indiquent que la fête de l’Aïd al-Adha 2023 sera célébrée au Maroc cet été. Quelle date retenir ?

Nouhaila Benzina : un hijab par amour

La Marocaine Nouhaila Benzina pourrait être la première footballeuse de l’histoire à jouer avec un hijab, si elle monte sur le terrain lors du match contre la Corée du Sud en Coupe du monde féminine, prévu ce dimanche.

Hijab et football féminin : Le Conseil d’État maintient l’interdiction

L’interdiction du port du hijab lors des compétitions de football féminin, qui est en vigueur depuis 2016, a été confirmée par le Conseil d’État jeudi.

Stains : polémique autour d’une rue rebaptisée au nom de la femme du prophète Mohammad

À Stains (Seine-Saint-Denis), une plaque au nom de la femme du prophète Mohammad, posée au-dessus du panneau indiquant la rue de Pontoise en septembre 2022 est vue d’un mauvais œil sur les réseaux sociaux.

Vaucluse : les raisons de l’annulation d’une conférence musulmane

Programmée le 27 novembre à Montfavet, une conférence musulmane organisée par l’association D’Clic Valence, a été reportée au 8 janvier avant d’être annulée. Qui des raisons derrière cette annulation ?

Un lycée français au Maroc accusé d’intolérance religieuse

Le lycée Lyautey est au cœur d’une polémique après que plusieurs médias marocains ont publié qu’une employée de l’établissement aurait été empêchée d’y accomplir la prière. La direction du centre éducatif dément cette rumeur qu’elle juge « inconcevable ».

Ramadan 2023 : le Maroc va envoyer 400 prédicateurs à l’étranger, surtout en Europe

Interpelé sur « l’encadrement religieux des MRE », le ministre des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, a déclaré que le gouvernement a pris ses dispositions pour que durant le mois de ramadan, cette opération ait finalement lieu après...

La date de l’Aïd al Fitr au Maroc connue

L’observation de la nouvelle lune du mois de Chaoual 2023/1444 commencera ce jeudi 20 avril 2023, mais il semble que la plupart des pays arabes ne pourront pas observer le croissant à l’œil nu. C’est du moins ce que prévoit Hassan Talibi, astronome et...

Le ramadan débutera jeudi en France

Le ramadan débutera officiellement le jeudi 23 mars en France, annonce le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Chems-Eddine Hafiz.

Ramadan 2023 : la durée de la journée de jeûne selon les pays

Le premier jour du ramadan correspond au 23 mars au Maroc et dans de nombreux pays à travers le monde. Les heures de jeûne durant ce mois sacré pour les musulmans varient d’un pays à l’autre.