La polémique Marock

30 janvier 2006 - 09h32 - Culture - Ecrit par : Bladi.net

Casablanca, l’année du bac. L’insouciance de la jeunesse dorée marocaine et tous ses excès : courses de voitures, amitiés, musiques, alcool, mais aussi l’angoisse de passer à l’âge adulte. "Marock" comme un Maroc que l’on ne connaît pas, à l’image de celui de Rita, 17 ans, qui se heurte aux traditions de son pays.

En vivant sa première histoire d’amour, elle va se confronter aux contradictions de son milieu, de sa famille et surtout de son grand frère pour qui l’avenir passe par un retour aux valeurs traditionnelles. Tel est le synopsis du film Marock de Leila Merrakchi, qui a fait couler beaucoup d’encre. La polémique avait commencé lors de la diffusion de ce métrage durant la huitième édition du festival du film à Tanger...Un film qu’on devrait « interdire » des écrans du cinéma marocains, selon certains. Pour savoir ce que pensent les professionnels du secteur cinématographique, nous avons contacté des réalisateurs, acteurs et comédiens... Leur réponse a été unanime !!!

Amal Ayouch

Je suis contre la censure, je pense que c’est contre la liberté d’expression. En effet, j’estime que le public a une certaine maturité. Ce qui est regrettable aujourd’hui, c’est que la censure vient de personnes qui ont tout fait pour avoir la liberté d’expression. Leila Merrakchi a le droit de s’exprimer. Il serait malhonnête de l’interdire.

Hassan El Fad

Je n’ai pas encore vu le film. Et dire que l’on est pour ou contre relèverait du simplisme tant le contexte est capital pour prendre telle ou telle position. Rappelons que ce n’est pas la première fois qu’un film suscite une polémique au Maroc. La nouveauté avec le film de Leila Marrakchi, c’est que la polémique est entre intellos. En attendant la réaction du public, le dilemme qui oppose droit d’expression et protection de valeurs a encore de beaux jours devant lui et au sein même de la classe intellectuelle. Solutions ? Dans le cas de figure des cinéastes et afin d’éviter tout risque d’exclusion des uns et de piétinement des sensibilités culturelles des autres, il n’y a qu’un seul et unique remède : Le DIALOGUE, de préférence avec des FILMS.

Kamal Kamal

Mais ce n’est qu’un film ?! Leila Merrakchi a le droit de s’exprimer... On n’a pas le droit de se censurer et de s’éliminer, entre nous cinéastes. La liberté est une chose sacrée. D’un autre côté, on peut ne pas être d’accord avec ses idées. En effet, on peut critiquer le pays mais on n’a pas le droit de le mépriser.

Sanae Akroud

Personnellement, je n’ai pas eu l’occasion de voir ce film...Mais tout ce que je peux vous dire, c’est que chacun garde la liberté d’expression. Je me demande qui sommes-nous pour juger et censurer ? Le public est assez mur pour distinguer. Il a le droit de choisir les films qu’il veut voir !!

Majdouline El Idrissi

Ce que je pense c’est qu’il faut respecter le point de vue de Leila Merrakchi. La liberté d’expression est primordiale, le public juge de lui-même, ce qu’il doit voir et ce qu’il doit éviter. Censurer sans raison, n’a pas de sens. En plus, s’ils veulent faire un film, ils n’ont qu’à le faire.

Propos de Leila Merrakchi sur le site réservé au festival de cannes. "Marock est un jeu de mot qui illustre, je crois, le portrait de cette jeunesse dorée, disjonctée et schizophrène, qui vit selon les modèles occidentaux et qui reste pourtant très attachée à son pays et à ses traditions. Dans la première scène du film, il y a un personnage qui prie pendant que les deux autres s’embrassent : c’est ça le Marock. (...) Pour mon premier long métrage, j’avais envie de parler d’un Maroc que peu de gens connaissent, un Maroc qui va à l’encontre des clichés du cinéma arabe. C’est le Maroc des privilèges, de l’insouciance et parfois des excès."

Source : Le Reporter

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Cinéma - Laïla Marrakchi - Morjana Alaoui - Liberté d’expression - Jeunesse

Ces articles devraient vous intéresser :

Adil El Arbi et Bilall Fallah ont tenté de « pirater » Batgirl, leur propre film

Les réalisateurs belgo-marocains Adil El Arbi et Bilall Fallah racontent avoir tenté de pirater « Batgirl », leur propre film, lorsqu’ils ont appris que le studio Warner a annulé sa sortie.

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

Tournages de films étrangers au Maroc : vers un record cette année

Le secteur cinématographique marocain reprend de plus belle depuis la levée des restrictions sanitaires. Selon le secrétaire général du Centre cinématographique marocain (CCM), Khalid Saidi, les tournages étrangers ont généré un chiffre d’affaires de 2...

Le Magazine Marianne censuré au Maroc

L’hebdomadaire français Marianne (numéro 1407) a été interdit de distribution au Maroc, en raison d’un dessin caricatural jugé offensant pour le prophète Mohammad.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Maroc : Ahmed Assid dénonce la répression des voix d’opposition par l’astuce des mœurs

Dans un podcast, l’universitaire et activiste amazigh Ahmed Assid s’est prononcé sur plusieurs sujets dont la répression des voix contestataires au Maroc, la liberté d’expression ou encore la laïcité.

Game of thrones : une actrice garde un mauvais souvenir du tournage au Maroc

À l’origine, Tamzin Merchant était celle qui devait épouser Khal Drogo dans « Game of thrones » qui a été tourné au Maroc. Mais l’actrice a fini par abandonner le projet, sans que personne en comprenne la raison.

Des milliers de Marocains privés d’IPTV

Des milliers de Marocains amateurs de films, de séries et de télévision par Internet (IPTV) ont été récemment touchés par une action des forces de l’ordre européennes. Europol et le Service néerlandais d’informations et d’enquêtes fiscales (FIOD) ont...

Ali Zaoua ressort au cinéma, les recettes reversées aux acteurs du film

Le réalisateur marocain Nabil Ayouch est de retour dans les salles de cinéma avec une version plus actuelle de son film Ali Zaoua, sorti il y a 20 ans. Les recettes de ces projections qui démarrent le 26 octobre serviront à des causes sociales.

Les premières images de Gladiator 2, en partie tourné au Maroc

Paramount a dévoilé hier soir les premières images de « Gladiator 2 » lors du salon CinemaCon de Las Vegas. Des images, en partie tournées au Maroc, promettent un spectacle encore plus grandiose et sanglant que le premier opus, sorti en 2000.