Le Maroc est 4ᵉ importateur de champagne en Afrique

10 juillet 2020 - 15h00 - Economie - Ecrit par : G.A

Le Comité interprofessionnel du vin de Champagne (CIVC), a publié son rapport sur les importations de vins de champagne. Selon ce rapport, le Maroc occupe une bonne position, tant au plan mondial qu’africain.

D’après ce document publié par le CIVC, le Maroc occupe la 4ᵉ place sur le plan africain et la 43ᵉ place au plan mondial avec 192 241 bouteilles. Loin derrière, la Tunisie à la 21ᵉ et 103ᵉ place, respectivement au plan africain et mondial. On retrouve également dans ce classement l’Algérie et l’Égypte à la 22ᵉ et à la 30ᵉ place au plan africain.

Sur le continent africain, C’est l’Afrique du Sud qui est le premier consommateur et le 22ᵉ à l’échelle mondiale, avec 855 770 bouteilles achetées. Au total, «  les pays africains ont importé plus de 3 millions de bouteilles de champagne pour une valeur estimée à 89,85 millions d’euros, soit 1,24% du volume global des expéditions dans le monde  ».

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Algérie - Importations - Afrique du Sud - Classement

Aller plus loin

Le Maroc, premier pays importateur du champagne au Maghreb

Le Maroc est en tête des pays importateurs du champagne au Maghreb. C’est ce que révèle le rapport 2019 du Comité interprofessionnel des vins de champagne (CIVC).

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : une croissance paradoxale entre exportations et importations d’avocats

Alors que le Maroc produit de plus en plus d’avocat, devenant l’un des principaux fournisseurs en Europe, la part des importations continuent de croître.

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Crise céréalière : les producteurs français pour combler les besoins du Maroc

La production céréalière est en forte baisse en raison de la sécheresse. Une opportunité vite saisie par les producteurs français qui disent être prêts à combler le déficit sur le marché marocain.

Maroc : une taxe fait exploser le prix des téléphones

La commission des Finances à la Chambre des conseillers a revu à la baisse le droit d’importation appliqué aux smartphones. Ce qui semble être une bonne nouvelle s’avère très désavantageux pour les distributeurs locaux et les consommateurs.

Le Maroc va importer 2,5 millions de tonnes de blé

Le Maroc veut importer 2,5 millions de tonnes de blé entre le 1ᵉʳ juillet et le 30 septembre 2023, a annoncé l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL).

Maroc : une baisse des taxes sur les médicaments prévue en 2023

Afin de permettre aux Marocains d’avoir accès aux services de santé, le gouvernement envisage de revoir la fiscalité sur les médicaments et produits de santé. Des mécanismes sont en cours d’élaboration pour réduire la TVA sur l’importation de ces...

Tomate marocaine : le nouveau cauchemar des producteurs français

Face à l’augmentation des importations de tomates marocaines, les producteurs français expriment leur inquiétude et pointent du doigt une concurrence déloyale.

Le Maroc contraint d’importer du blé

Le Maroc se tourne une fois de plus vers le marché international pour augmenter ses importations de blé afin de compenser la baisse considérable de sa production durement touchée par la sécheresse cette année.

Maroc : les taxes sur les cigarettes électroniques passent à 40%

Les droits d’importation des cigarettes électroniques devraient passer de 2,5 à 40 % dès l’année prochaine. La mesure est très mal accueillie par les commerçants.

Maroc : Le secteur de la franchise en danger de mort

La fermeture en série des franchises dans les grandes villes du Maroc inquiète Mohamed el Fane, le président de la Fédération marocaine de la franchise (FMF). Il appelle l’État à soutenir ce secteur qui se meurt.