Le Maroc veut doubler sa production industrielle d’ici 2013

28 mars 2005 - 18h51 - Economie - Ecrit par :

Le Maroc lancera cette année un plan d’action visant à doubler d’ici 2013 sa production industrielle, à créer plusieurs centaines de milliers d’emplois et à mettre un terme à la dégradation de sa balance commerciale, explique à Reuters Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Industrie, du Commerce et de la Mise à niveau de l’économie.

"Le projet de développement du secteur industriel est prêt et peut être mis en oeuvre dans un délai de trois mois", a-t-il déclaré. "Nous tablons sur une production supplémentaire de 40 à 50 milliards de dirhams (6,0 milliards de dollars environ) d’ici 2013, pour 52 milliards de dirhams actuellement".

Le gouvernement de Rabat avait confié en octobre au cabinet de conseil McKinsey & Co le soin d’identifier les secteurs de l’industrie dans lesquels l’économie marocaine pouvait se développer. Mezouar a assuré que le projet issu de cette mission serait mis en oeuvre, contrairement à des études antérieures.

Il aboutira à la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois nouveaux, a-t-il ajouté, sans cependant fournir de chiffre précis.

"Cela devrait aussi profiter à nos exportations en positionnant le Maroc sur des secteurs dans lesquels nous pouvons être compétitifs", a-t-il poursuivi.

Le déficit commercial marocain s’est creusé ces cinq dernières années pour atteindre l’an dernier un montant sans précédent de 70 milliards de dirhams ; les exportations représentent à peine 55% des importations.

Cercle Vertueux

Les privatisations, les recettes touristiques et les transferts des expatriés permettent cependant royaume d’amortir l’impact de la dégradation de sa balance commerciale sur sa balance globale des paiements. Mais cette situation pèse sur sa capacité d’investissement dans les infrastructures socio-économiques.

Le projet de développement industriel vise à mettre en valeur les ressources naturelles abondantes dont dispose le pays, dans le secteur halieutique ou celui des phosphates par exemple, mais aussi sa proximité géographique avec de grands marchés, comme l’Union européenne, a expliqué Mezouar.

"Le Maroc peut se développer dans industrie chimique, l’agriculture, les pêcheries et les produits de la mer, ou la délocalisation de services... Le textile peut aussi bénéficier de l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis", a-t-il précisé.

Des activités industrielles existantes vont être restructurées pour s’adapter aux futures échéances en matière de libéralisation du commerce, notamment celle prévue en 2012 avec l’Union européenne, premier partenaire commercial du Maroc.

"Cette combinaison d’une nouvelle stratégie et d’une augmentation de la production et de la productivité des activités existantes créera le cercle vertueux dont nous avons besoin", a assuré le ministre, lui-même ancien dirigeant d’une entreprise textile.

Les bailleurs de fonds du Maroc l’appellent régulièrement à réduire sa dépendance vis-à-vis de son secteur agricole, sous-développé et fortement dépendant des conditions climatiques. L’agriculture emploie plus de 40% des actifs du pays et assure près de 15% du produit intérieur brut, qui a atteint près de 52 milliards de dollars l’an dernier.

Souhail Karam - Liberation.fr - Reuters

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Croissance économique - Compétitivité - Développement

Ces articles devraient vous intéresser :

Mondial 2030 : le vrai décollage économique pour le Maroc ?

L’organisation de la coupe du monde 2030 par le Maroc, le Portugal et l’Espagne, aura certainement un impact significatif sur le Produit intérieur brut (PIB) du Maroc qui pourrait se situer entre 3 et 5 %, affirme Zaki Lahbabi, DG de Transatlas Sport...

Les recommandations de la banque mondiale au Maroc

La banque mondiale a formulé quelques recommandations consignées dans son dernier rapport sur le climat et le développement (CCDR) du Maroc.

Maroc : la croissance économique s’accélère

Le Maroc a enregistré une croissance économique de 4,1 % au quatrième trimestre 2023, contre 0,7 % au cours de la même période de 2022, révèle le Haut-commissariat au plan (HCP).

Croissance : le Maroc surpasse l’Algérie et la Tunisie

Après « une douloureuse récession du secteur agricole victime d’une sécheresse historique », le Maroc devrait avoir une croissance économique de 3,2 % cette année, contre +1,3 % l’année dernière, et légèrement au-dessus de la moyenne (3 %) de la région...

Le Maroc a besoin de « tous ses enfants établis à l’étranger », dixit Mohammed VI

Le roi Mohammed VI a appelé à « la création d’un mécanisme chargé d’accompagner les compétences et les talents marocains à l’étranger, d’appuyer leurs initiatives et leurs projets ». Le message du roi prend en compte les Marocains disséminés dans les...

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Fitch confirme la notation « BB+ » du Maroc avec des perspectives stables

Fitch Ratings a confirmé le 4 novembre la note de défaut des émetteurs en devises étrangères à long terme du Maroc à « BB+ » avec une perspective stable. L’agence américaine de notation s’attend par ailleurs à un resserrement monétaire de la part de...

Mohammed VI et le pari gagnant de l’ouverture en Afrique

Le Maroc a connu une croissance économique assez soutenue depuis 2000, après l’accession au trône du roi Mohammed VI. Le royaume prend des mesures pour attirer les investissements étrangers et devenir une grande puissance régionale.

Séisme : l’économie marocaine touchée en plein cœur

Le puissant séisme qui a touché le Maroc dans la nuit du vendredi 8 septembre, n’a pas causé que des dégâts humains et matériels. Il affecte durement l’économie du royaume, en plein essor depuis une dizaine d’années.

Mohammed VI : ses succès et ses défis

Le roi Mohammed VI a fêté en août ses 60 ans et ses 24 ans de règne. Son fils Moulay Hassan, prince héritier, soufflait quelques mois plus tôt, le 8 mai, ses 20 bougies. À un an de ses 21 ans, âge requis pour être roi, les inquiétudes quant à la santé...