Le témoignage bouleversant d’un MRE sur sa fille née et morte handicapée

9 août 2020 - 14h00 - Belgique - Ecrit par : S.A

Avec son ouvrage "Sara, ma fille, mon combat", un Marocain résidant en Belgique raconte l’histoire de son enfant qui est née handicapée dans un hôpital à Bruxelles à cause de l’absence d’un obstétricien diplômé et compétent à l’accouchement, et qui a vécu huit ans et demi dans la douleur avant de décéder. Les responsabilités des médecins n’ont pas été reconnues, car la justice bruxelloise a classé l’affaire.

Après le décès de Sara, son père qui n’était pas écrivain s’est mis à l’écriture. Il voulait partager l’histoire incroyable de sa fille et œuvrer à sa manière pour la fin des erreurs médicales voire des injustices. Sa fille est née victime en salle d’accouchement d’erreurs en cascade qui ont provoqué un handicap cérébral irréversible, rapporte La Dernière Heure. "Dans ce livre, tout est exact, tout provient du dossier, confie Boubaker. Si Sara avait pu être extraite à 15 h 34 au lieu de 16 h 20, elle aurait aujourd’hui 15 ans et nous parlerait de sa vie d’adolescente." L’homme a pris le soin de ne mentionner l’hôpital ni les médecins en cause. Évitement de procès oblige.

Malgré les conclusions des experts, ni l’hôpital, ni les médecins, ni la sage-femme n’ont été poursuivis. La justice avait prononcé un non-lieu en avril 2019. "Absence en salle d’accouchement d’un obstétricien diplômé et compétent. […] L’absence de supervision a manifestement retardé la prise de décision d’une césarienne en urgence. Réalisée à temps, celle-ci eût changé l’état clinique et le devenir de l’enfant. Avoir retardé la naissance de plus d’une demi-heure a exposé le fœtus à une hypoxie sévère de longue durée en lien direct avec les lésions de nécrose neuronale de Sara", ont conclu les experts.

À tout cela, ils ajoutent : mauvaises évaluations dans la gestion d’un accouchement pourtant annoncé à haut risque, mauvaise organisation du team obstétrical et absence de communication au sein de l’équipe, grossesse à haut risque inexplicablement confiée à une candidate médecin avec 8 mois de formation. "Cet accouchement ne pouvait être délégué à une junior inexpérimentée, déplorent les experts. Attitude fautive de la sage-femme accoucheuse pour expulser l’enfant : l’application appuyée de son genou sur l’abdomen de la parturiente était inappropriée et de nature à avoir causé une hyperpression très excessive, provoquant des séquelles irréversibles."

Après son décès, Sara a été enterrée au Maroc où ses parents se rendent chaque année. "Tu n’es pas oubliée, tu ne le seras jamais. Sara, tu n’es pas morte pour rien si ta mort fait parler des erreurs médicales qu’on ne veut pas voir. Dans ton cimetière ensoleillé, nous venons te parler, te donner des nouvelles de ta famille et rendre hommage à un petit ange de 8 ans qui a ensoleillé notre vie. Nous venons reprendre des forces auprès de toi, Sara. (…) Tu ne seras pas oubliée, Sara. J’ai fait ce qu’il faut pour cela, et je continuerai jusqu’à mon dernier jour," écrit Boubaker.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Belgique - Bruxelles - Droits et Justice - Santé - Enfant - Décès

Aller plus loin

Témoignage bouleversant d’une Marocaine née avec un handicap (vidéo)

L’émission “ça commence aujourd’hui” de France 2 a reçu le jeudi 10 septembre 2020, une jeune Marocaine de 21 ans née avec une malformation. Faustine Bollaert, la présentatrice...

Ces articles devraient vous intéresser :

Atteint par le Covid-19, Noussair Mazraoui donne de ses nouvelles

L’international marocain Noussair Mazraoui a reçu le soutien de ses fans qui ont appris qu’il a attrapé le Covid-19 lors de sa participation à la coupe du monde Qatar 2022. À son tour, il leur a exprimé sa gratitude.

Majda Sakho réagit aux insultes racistes visant ses enfants

La Marocaine Majda Sakho, l’épouse de l’international français Mamadou Sakho règle ses comptes avec les personnes ayant proféré des injures racistes envers ses trois enfants.

La justice confirme l’amende de 2,5 milliards de dirhams contre Maroc Telecom

Le recours de Maroc Telecomcontre la liquidation de l’astreinte imposée par l’agence nationale de régulation des télécommunications (ANRT), a été rejeté par la cour d’appel de Rabat.

Décès de Khalil Hachimi Idrissi

Le directeur général de l’Agence marocaine de presse (MAP), Khalil Hachimi Idrissi, est décédé samedi matin à Rabat à l’âge de 67 ans, après avoir lutté contre une longue maladie

Poupette Kenza : compte Instagram désactivé après des propos « antisémites »

L’influenceuse aux plus d’un million d’abonnés sur Instagram, Poupette Kenza, se retrouve au cœur d’une vive controverse après avoir tenu des propos jugés antisémites. Dans une story publiée le 15 mai 2024, elle affirmait sans équivoque son soutien à...

Un député marocain poursuivi pour débauche

Le député Yassine Radi, membre du parti de l’Union constitutionnelle (UC), son ami homme d’affaires, deux jeunes femmes et un gardien comparaissent devant la Chambre criminelle du tribunal de Rabat.

Les cafés et restaurants menacés de poursuites judiciaires

Face au refus de nombreux propriétaires de cafés et restaurants de payer les droits d’auteur pour l’exploitation d’œuvres littéraires et artistiques, l’association professionnelle entend saisir la justice.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

Un enfant de 4 ans meurt à la gare de Rabat-Agdal : réaction (tardive) de l’ONCF

Plusieurs semaines après la mort d’Omar, garçonnet de 4 ans, à la gare Rabat Agdal, l’ONCF a finalement décidé de réagir.

Décès de l’ancienne ministre Soumia Benkhaldoun

L’ex-ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la formation des cadres, Soumia Benkhaldoun, est décédée des suites d’un cancer. Elle était âgée de 60 ans,