La légalisation du cannabis : d’énormes bénéfices pour l’Afrique

27 avril 2019 - 14h40 - Economie - Ecrit par : Bladi.net

Le dernier rapport de Prohibition Partners, un groupe de réflexion qui milite à coup d’études et de statistiques pour une large dépénalisation du cannabis fait état de 9 pays, dont le Maroc, qui envisageraient de légaliser cette drogue dans les quatre prochaines années, afin d’ouvrir un marché lucratif avec des débouchés médicaux et récréatifs insoupçonnables.

Parmi les 9 pays (l’Afrique du Sud, du Zimbabwe, Lesotho, Nigeria, Maroc, Malawi, Ghana, de l’Eswatini (ex-Swaziland) et de la Zambie) certains d’entre eux sont déjà en avance sur d’autres dans le processus. C’est le cas par exemple du Lesotho qui, souligne le rapport, « a fait figure de précurseur, en s’imposant comme le premier à réguler le cannabis à usage médical dès 2008. Dix ans plus tard, le Zimbabwe lui a emboîté le pas, légalisant sa culture, avant qu’en septembre de la même année l’Afrique du Sud autorise, elle, la consommation privée entre adultes ».

Cependant, pour un continent qui produit déjà 38 000 tonnes de cannabis par an, sans profiter de la plus-value de sa commercialisation, il est important de s’intéresser au potentiel économique d’une telle plante afin d’envisager des perspectives. A cet effet, si pour le Marocain Khalid Tinasti, secrétaire exécutif de la Commission mondiale pour la politique des drogues, l’échéance reste difficile à respecter, les auteurs du rapport estiment pour leur part que « pour une consommation médicale ou récréative, il existe forcément un potentiel sur ce marché de 1,2 milliard de personnes ».

D’après le groupe de réflexion, « en créant une industrie, la légalisation du commerce du cannabis pourrait apporter une réponse au manque de travail à offrir à une jeunesse dont l’importance va encore augmenter largement dans les années à venir ». En effet, selon Shaun Shelly, chercheur spécialiste des politiques liées aux drogues à l’université de Pretoria, « le cannabis se cultive facilement et requiert peu de nutriments, ce qui lui permet de contribuer au développement économique des zones bénéficiant de peu de ressources et de faibles perspectives agricoles ».

L’OMS ayant déjà suggéré de déclasser le cannabis de la catégorie des substances aux « propriétés particulièrement dangereuses » de la Convention unique sur les stupéfiants qui date de 1961, son efficacité sur le plan médical pour atténuer la douleur n’est plus à démontrer, selon le groupe d’étude. Sa commercialisation pourrait entretenir un marché que Prohibition Partners évalue à 800 millions de dollars (710 millions d’euros) dès 2023, quand le cannabis récréatif représenterait, lui, toujours selon le rapport, une manne de 6,3 milliards de dollars (5,6 milliards d’euros) pour le continent si les neuf pays cités légalisaient leur production dans les quatre prochaines années.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Drogues - Cannabis

Aller plus loin

Maroc : une loi d’amnistie pour les cultivateurs de cannabis

Le groupe parlementaire Parti authenticité et modernité (PAM) a déposé deux propositions de loi sur la légalisation de la culture du cannabis à la chambre des conseillers du...

La Suisse convoite le cannabis marocain

Le député Larbi El Mharchi est revenu sur la proposition du Parti Authenticité et Modernité (PAM) portant sur la légalisation du cannabis, lors d’une intervention sur une chaîne...

Maroc : le cannabis, une préoccupation nationale

Sous la présidence effective du ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, une réunion de coordination s’est tenue, mardi 11 février 2020, en vue d’étudier les recommandations de...

Maroc : on reparle de la légalisation du cannabis

Dans une question écrite adressée au nouveau Ministre de la Santé, le parlementaire du Parti Authenticité et Modernité (PAM), Mohamed Cheikh Biadillah, a insisté sur la...

Ces articles devraient vous intéresser :

Pufa, la "cocaïne des pauvres" qui déferle sur le Maroc

Pufa, la « cocaïne des pauvres » s’est installée progressivement dans toutes les régions du Maroc, menaçant la santé et la sécurité des jeunes. Le sujet est arrivé au Parlement.

« L’Escobar du désert » fait tomber Saïd Naciri et Abdenbi Bioui

Plusieurs personnalités connues au Maroc ont été présentées aujourd’hui devant le procureur dans le cadre de liens avec un gros trafiquant de drogue. Parmi ces individus, un président de club de football.

Le Maroc face à la menace de la « Poufa », la cocaïne des démunis

Le Maroc renforce sa lutte contre la « Poufa », une nouvelle drogue bon marché, connue sous le nom de cocaïne des pauvres », qui a non seulement des répercussions sociales, notamment la séparation des familles et une augmentation des suicides et des...

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...

Boufa, la drogue qui terrifie le Maroc

Le Maroc mène des actions de lutte contre les drogues dont la « Boufa », une nouvelle drogue, « considérée comme l’une des plus dangereuses », qui « envahit certaines zones des villes marocaines, en particulier les quartiers marginaux et défavorisés. »