Les Marocains résidant à l’étranger : une chance pour le Maroc

6 juin 2004 - 22h59 - Economie - Ecrit par :

Plus de 1.500.000 de Marocains rentrent au pays d’origine pour les vacances d’été.
Ce chiffre est très important, il montre que les Marocains résidant à l’étranger ont une réelle confiance dans leur pays d’origine. Mais qui sont ces Marocains résidant à l’étranger ? Qu’est-ce qui a poussé les primo-migrants à l’immigration ? Quelle est la situation de leurs enfants qui sont nés en France et qui, pour la plupart ne connaissent le Maroc qu’à travers les vacances estivales ? Cette immigration a une histoire, elle est plurielle et peut être une chance pour le Maroc !

Migration militarisée dans un premier temps (les deux guerres mondiales) puis migration de masse durant la période post-coloniale, l’immigration marocaine va s’accentuer dans les années soixante. Ces immigrés auront, à un moment de leur parcours, la possibilité de choisir de rester et d’y faire venir leur famille. Des familles entières ont donc décidé (pour des raisons essentiellement économiques) de s’installer définitivement en France. Beaucoup sont ainsi devenus Français et parents d’enfants français. Cependant, ils restent partagés entre la France, terre d’accueil et le Maroc où se trouve la famille Cette première génération qui a immigré continue à participer au développement du pays en creusant des puits dans les campagnes, en construisant, en envoyant des devises

En France, si le phénomène de l’immigration est inscrit dans l’histoire depuis des décennies, elle reste toujours au centre de l’actualité. Chômage, crise économique ont fait de l’immigré un véritable "bouc émissaire".

Notons que les dictionnaires définissent l’immigré comme celui "venu de l’étranger". Mais l’usage courant donne un autre sens à ce terme lié à plusieurs facteurs : l’apparence physique, le statut social, le mode de vie Les enfants de travailleurs immigrés seront qualifiés d’immigrés alors qu’ils ne sont nullement "venus d’ailleurs". Philippe Dewitte nous rappelle ainsi que l’immigré est devenu "un vaste ensemble fourre-tout qui rassemble les primo-migrants et leurs enfants nés en France et de nationalité française". Ici se situe le problème fondamental : problème de reconnaissance lié à une terminologie très mal définie. Ces jeunes de la "deuxième génération", "les beurs" qui se revendiquent comme Français continuent à être étiquetés comme immigré !.

Ce n’est que dans les années 80 que l’immigration devient un thème central de l’actualité. L’on ne parle plus de la place des ouvriers. Les discours ne sont plus d’ordre économique mais concernent la place que la France doit accorder à ces immigrés (primo-migrants) qui ont décidé de "rester" et surtout à leurs enfants nés sur le sol français C’est dans cette période que l’on commence à parler d’identité nationale, de maîtrise des flux migratoires Insertion ? Intégration ? Assimilation ? Comment considérer ces jeunes qui sont nés en France et qui se revendiquent comme Français ?

Années charnières car années de changements importants, les années 80 correspondent à l’arrivée de la gauche au pouvoir qui favorise la liberté d’associations notamment pour les étrangers. François Mitterrand, candidat à la présidence en 1981, proposera de "supprimer les discriminations frappant les travailleurs immigrés" et d’accorder le droit de vote aux étrangers résidant en France depuis plus de cinq ans De là sont nés de nombreuses associations de Franco-maghrébins ; s’est développé ainsi un milieu associatif mettant ces jeunes "issus de l’immigration" au premier plan. Ils deviennent de véritables acteurs de la société participant activement aux différentes manifestations politiques et culturelles. Très dynamiques, ils créent des associations dans les quartiers parisiens, lyonnais ou lillois. Ils revendiquent ainsi à la fois leurs racines et leur place dans la société française et dénoncent toutes les formes de racisme et d’exclusion.

Ces jeunes "issus de l’immigration", riches de leur double appartenance qui ont réussi en France ou ailleurs décident de devenir de véritables acteurs au développement de leur pays : le Maroc. Ainsi sont créées des associations et des échanges entre les deux rives de la Méditerranée, ils demandent à participer à la vie citoyenne du Maroc ; ils décident d’investir et de créer des entreprises nationales. Les exemples sont nombreux à cet égard.

L’on constate que ces "jeunes issus de l’immigration", les "Beurs" ne vivent pas dans les mêmes conditions que leurs parents, ne sont plus en Europe pour des raisons économiques mais parce qu’ils y sont nés. Riches d’une double culture, ils ne veulent plus être considérés comme des "zmagriyyas" mais comme des acteurs importants de la société marocaine. Pour la plupart, le Maroc n’est pas seulement le pays des vacances, du soleil et de la plage mais un pays où "beaucoup de choses restent à faire" En intégrant pleinement cette population, le Maroc ne pourra qu’en sortir bénéficiaire.

Libération

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Transferts des MRE - Immigration - MRE

Aller plus loin

Plus de 20 000 travailleurs marocains embauchés à l’étranger en 2019

22 000 travailleurs marocains ont été embauchés en 2019 pour des contrats de travail à l’étranger.

Ces articles devraient vous intéresser :

Eurovision : triomphe de Loreen, doigt d’honneur pour la Zarra (photo)

La Suédoise Loreen a triomphé au Concours de l’Eurovision de la Chanson avec sa mélodie intitulée “Tattoo”, inscrivant ainsi une nouvelle page dans les annales du concours. La chanteuse d’origine marocaine a remporté la compétition pour la deuxième...

Les Marocains du monde, au cœur d’une importante réunion à Rabat

Le Premier ministre marocain, Aziz Akhannouch, a présidé la dixième réunion de la Commission ministérielle dédiée aux Marocains résidant à l’étranger (MRE)à Rabat hier, jeudi. Dans le cadre de cette réunion, il a mis en avant l’engagement du...

MRE : la détaxe au Maroc, comment ça marche ?

Si vous êtes un Marocain résidant à l’étranger (MRE) en visite au Maroc, vous pouvez prétendre à un remboursement de certains de vos achats. Le dernier guide de la douane marocaine apporte des détails sur ce sujet.

Un Marocain de 14 ans poignardé dans le nord de l’Espagne

Un Marocain âgé de 14 ans se trouve actuellement dans un état grave à l’hôpital après avoir été poignardé à la jambe lors d’une altercation survenue à Saint-Jacques-de-Compostelle (Nord-ouest de l’Espagne).

Après son décès, la fiancée d’un MRE cherche à obtenir un mariage posthume

Alors qu’il prévoyait de se marier avec sa compagne avec qui il a partagé 36 ans de vie commune et eu deux enfants, un Marocain résidant à Saint-Laurent-du-Var décède d’un double cancer. Après son décès, sa fiancée cherche désespérément à obtenir un...

Les joueurs binationaux, une fierté et une force pour le Maroc

Le Maroc doit en grande partie son parcours historique à la coupe du monde au Qatar à ses joueurs binationaux comme Achraf Hakimi, Hakim Ziyech, Sofyan Amrabat, Noussair Mazraoui, Abdessamad Ezzalzouli, Bilal El Khannouss, Sofiane Boufal, etc., qui ont...

Le Maroc et l’Espagne se concertent pour l’Opération Marhaba (MRE)

La réunion de la Commission mixte hispano-marocaine s’est tenue ce mercredi au siège du ministère de l’Intérieur en vue de coordonner l’Opération Passage du Détroit 2023 (OPE-23) ou Marhaba 2023 entre l’Espagne et le Maroc.

MRE : voici ce qui est interdit d’importer au Maroc

Chaque année, des millions de MRE rentrent au Maroc, notamment durant les vacances d’été. Par tradition, ils apportent des cadeaux pour la famille. Mais attention : la douane veille sur certains produits interdits ou d’autres qui nécessitent une...

Evincée, Salima Belabbas retrouve sa place sur RTL

Écartée de la présentation du JT de 19h sur RTL en janvier, Salima Belabbas revient en force en tant qu’animatrice de deux émissions phares de la chaîne privée.

Ramadan 2024 en France : Le Maroc perd la main sur l’encadrement religieux des MRE

À l’approche du mois de Ramadan, des voix s’élèvent pour réclamer une formation religieuse adaptée aux Marocains résidant à l’étranger, notamment en France.