Littérature : Ungal amazigh

26 février 2006 - 22h35 - Ecrit par : Bladi.net

De plus en plus de romans sont publiés en Tamazight. Leurs auteurs écrivent de mieux en mieux. Ils sont même primés. Leurs aînés étaient portés sur le militantisme politique. Et eux, les nouveaux venus, sur le social et le religieux. Mais qui le sait ? Pas grand monde, pour l’instant.

“Le roman est une histoire feinte, écrite en prose, où l’auteur cherche à exciter l’intérêt par la peinture des passions, des mœurs, ou par la singularité des aventures”. La définition que donne le littré du roman correspond parfaitement à l’Aghrum n Ihaqqaren (Le pain des
corbeaux) de lhoussain Azergui. Aghrum n ihaqqaren est le nom d’une plante, d’un champignon empoisonné qui tue les humains et le bétail. Les Rifains l’appellent “Aghrum n tbaghra”. Dans son roman, l’auteur, lui-même journaliste, s’intéresse à “l’autocensure qu’exercent les journalistes sur eux-mêmes, de peur d’être assassinés, comme c’est le cas en Algérie durant les années noires, ou d’être emprisonnés ou licenciés. L’autocensure est semblable à un champignon qui tue les personnes qui le consomment. Il les tue doucement, mais sûrement. C’est ce qui arrive d’ailleurs au personnage de mon roman. La censure est devenue pour lui une sorte de cauchemar qui le torture et finit par le tuer”. Le roman de lhoussain Azergui a reçu le prix international de la création littéraire amazighe en 2004 (Espagne/Université de Grenade). “Ce roman est né dans la douleur, le questionnement. C’est d’ailleurs le cas de la plupart des romans amazighen publiés depuis les années 90”, explique Azergui.

De la souffrance politique à la misère sociale

C’est Ali Ikken qui a ouvert le bal avec Asekkif n Inzaden (La soupe de poils). Ce roman pionnier raconte les souffrances d’un groupe de militants incarcérés en 1994 au cours des événements de Goulmima. L’auteur, Ali Ikken, fait partie des enseignants qui ont été condamnés à trois ans de prison en 1994 avant d’être graciés par Hassan II. Ce premier roman amazigh marocain a décroché le premier prix de création littéraire de Mouloud Mameri à Tizi Ouzou en 1995. Emboîtant le pas à Ikken, une nouvelle génération de romanciers va se lancer dans l’écriture romanesque avec une même constante, la peinture d’un vécu plutôt morose, axée le plus souvent sur des conflits identitaires ou sur un exil douloureux. Quand Mohamed Bouzaguou s’attelle à écrire son premier roman en 2001, il n’échappe pas à la tentation de raconter l’histoire de l’un de ses compatriotes, Omar Reddad en l’occurrence, piégé par sa candeur et qui se retrouve sur Les marches de l’échafaud (Ticri Gh tama n tsarrawt).

Dans Jar u jar (Entre ça et ça), le même Bouzaguou récidive en présentant cette fois-ci un roman qui se veut “un véritable miroir du quotidien rifain”. Tout y passe, la misère, le chômage, les affres d’une jeunesse perdue entre l’eldorado européen et “un Maroc du centre” plutôt repu. La dimension sociale de son œuvre, ancrée dans le Rif, se manifeste dans sa relecture de la confrontation entre un Rif rustique et primitif et une autre partie du Maroc alignée sur le modèle occidental. Il propose ainsi un questionnement sur la problématique identitaire des Rifains pour repenser les rapports interculturels dans notre société.

Suite de l’article sur Tel quel

Tags : Amazigh - Livres

Aller plus loin

Abir, écrivaine à 12 ans (vidéo)

La longue période de confinement a fait naître chez Abir Zaïm la passion de l’écriture. Un don caché qui s’est réveillé au cours de cette dure épreuve. À 12 ans, elle plonge dans les...

Nous vous recommandons

Royal Air Maroc annule tous ses vols

Suite à la prolongation de la suspension des liaisons aériennes par les autorités marocaines jusqu’au 31 décembre, la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a annulé tous ses vols depuis et vers le...

Maroc : quinze agences de voyages sanctionnées

Après des plaintes déposées à leur encontre, quinze agences de voyages ont été sanctionnées par le comité consultatif technique des agences de voyage.

« Bonne année » : l’imam de Bordeaux réagit aux propos de Gims

L’imam de Bordeaux, Tareq Oubrou, a réagi aux propos du chanteur Gims qui ne veut plus qu’on lui souhaite « bonne année », car c’est contraire à l’islam.

Israël : la diaspora en Australie échange sur la normalisation des relations avec le Maroc

Les Israéliens de la diaspora australienne se sont retrouvés à Canberra pour mener des réflexions sur les nouvelles opportunités qu’offre la normalisation des relations entre le Maroc et leur pays, l’Israël. Une rencontre à laquelle a pris part l’ambassadeur...

Sahara : une experte de l’ONU s’en prend au Maroc

Mary Lawlor, rapporteuse spéciale de l’ONU sur la situation des défenseurs des droits humains, a appelé le Maroc à cesser de viser les militants et les journalistes qui défendent les questions de droits humains sur le dossier du...

Vous pouvez prendre l’avion au Maroc ... en y mettant le prix !

Les autorités marocaines maintiennent leur espace aérien fermé aux vols réguliers, mais autorisent l’atterrissage d’avions privés. Toutefois, il faut y mettre le prix.

Antonio Guterres a rendu son rapport sur le Sahara

Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, se dit préoccupé par la reprise des hostilités entre le Maroc et le Front Polisario, estimant que c’est un «  revers politique vers l’obtention d’une solution politique  ...

Tanger fait la chasse aux trafiquants de drogue

La ville de Tanger est confrontée à une vague de trafiquants de drogue opérant sur son territoire. Les services de la police judiciaire ont lancé des opérations de ratissage dans les différentes zones de la ville. Déjà plusieurs...

Des révélations sur la nouvelle vie d’Amar Saadani au Maroc

Amar Saâdani, ancien secrétaire général du FLN, également président de l’Assemblée populaire nationale (APN), mène une vie simple et paisible au Maroc où il s’est réfugié pour échapper à la justice de son pays,...

Temara accueillera le tramway

Le projet de développement du réseau du tramway de l’agglomération de Rabat-Salé-Témara se poursuit. Un appel d’offres a été lancé en vue de mener des études complémentaires relatives à la phase 3. L’ouverture des plis est prévue le 6 septembre...