Réaction des lobbies algériens suite à la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara

20 décembre 2020 - 10h00 - Maroc - Ecrit par : S.A

Les lobbies algériens à Washington ont réagi à la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental.

Jeune Afrique a consacré un article titré "Sahara : la contre-offensive des lobbies algériens à Washington" à la réaction des lobbies algériens à Washington. Le magazine fait remarquer que le lobbyiste américain David Keene était à mille lieues d’imaginer qu’après le renouvellement du contrat de lobbying en mai 2020 pour une somme avoisinant 30 000 euros par mois que les États-Unis allaient reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara.

L’auteur de l’article précise que la mission de David Keene consistait à convaincre les Américains de l’importance de l’Algérie notamment dans le domaine de la défense et de ternir l’image du Maroc. Mécontent de cette décision, le lobbyiste s’en est ouvertement pris au président américain Donald Trump, au secrétaire d’État Mike Pompeo et à son proncipal conseiller et gendre Jared Kushner.

Désormais, les relations entre le républicain et le président sortant se sont détériorées. Il marche ainsi sur les traces de son principal allié dans le dossier algérien, l’ex-conseiller à la sécurité nationale John Bolton, proche de David Keene et en conflit avec Trump depuis qu’il a été limogé en septembre 2019, explique Jeune Afrique. Même si John Bolton n’est pas directement un lobbyiste de l’Algérie, il a longtemps soutenu la tenue du référendum d’autodétermination et a participé à l’élaboration du plan James Baker II en 2003. Ce projet prévoyait la mise en place d’une autorité provisoire autonome.

Outre le dossier du Sahara, M. Keene œuvre pour faire entendre la voix algérienne dans le domaine de la défense, a souligné le même média.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : États-Unis - Washington - Normalisation Maroc Israël

Aller plus loin

Le patron du renseignement extérieur algérien limogé à cause du dossier du Sahara

Le dossier du Sahara dont la marocanité a été reconnue par les États-Unis est l’une des raisons du limogeage du général-major Mohamed Bouzit, patron du renseignement extérieur...

La reconnaissance de la marocanité du Sahara ne sera pas remise en cause par Joe Biden

La possibilité que l’administration Biden remette en cause la reconnaissance par Donald Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara est à écarter. Dans une intervention ce...

Sahara marocain : l’Afrique du Sud attend de Biden l’annulation de la décision de Trump

Naledi Pandor, ministre sud-africaine des Relations internationales et de la coopération, qui avait affiché son opposition à la reconnaissance américaine de la souveraineté du...

Abdelmadjid Tebboune : l’Algérie "n’abandonnera pas la question du Sahara occidental"

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré que son pays "n’abandonnera pas la question du Sahara occidental". Une manière pour lui de réitérer son soutien au...

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : pressions pour rompre les relations avec Israël

Alors que Israël intensifie sa riposte contre le mouvement palestinien du Hamas, de nombreux Marocains multiplient les appels à rompre les relations diplomatiques entre le Maroc et l’État hébreu. Au Maroc, de nouvelles manifestations ont été organisées...

Israël importe des étrogs marocains pour la fête de Souccot

Pour la célébration de la fête de Souccot cette année, les juifs d’Israël vont utiliser des étrogs marocains. Une grande quantité de ce fruit a été acheminée en Israël, en raison des restrictions liées à la loi juive et grâce à la normalisation des...

Mémorandum d’entente entre l’ONEE et la société israélienne Mekorot

L’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) et son homologue israélien Mekorot ont signé, jeudi à Marrakech, un mémorandum d’entente portant sur les projets de développement et d’assainissement de l’eau potable.

Maroc : une pétition pour mettre fin aux relations avec Israël

Mustapha Baitas, porte-parole du gouvernement, s’est expliqué sur le refus d’accès à la présidence du gouvernement aux universitaires, juristes et des personnalités politiques venus mercredi pour déposer une pétition appelant à mettre fin à la...