Carrefour relance la bataille de la grande distribution

21 février 2009 - 12h36 - Economie - Ecrit par : L.A

Avec l’ouverture du premier hypermarché de la marque française Carrefour, la bagarre pour la grande distribution est bel et bien enclenchée. Depuis l’échec de la collaboration Auchan/ONA, c’est le premier distributeur international à s’installer au Maroc.

Et contrairement à son prédécesseur, Carrefour veut y aller progressivement. Il n’est pas question d’un rapprochement capitalistique, mais d’un contrat de franchise exclusive. « C’est comme dans un jeune couple, il faut qu’il apprenne à se connaître et à partager, avant de s’engager pour la vie », estime Dominique Clauet, directeur du partenariat international Carrefour.

Cependant, de l’aveu de Zouhaïr Bennani, président du groupe Label’Vie, une autre forme de partenariat à l’avenir n’est pas à écarter. Entre-temps, le fruit de cette « future longue » collaboration a été inauguré mercredi dernier, à Salé, en présence de plusieurs personnalités du monde des affaires et de la politique. 4 ministres ont fait le déplacement : Salaheddine Mezouar (Finances), Nizar Baraka (Affaires générale), Ahmed Réda Chami (Industrie) et Abdellatif Maâzouz (Commerce extérieur). l’ONA était, également, représenté, à travers Mohamed El Kettani (Attijariwafa bank), Driss Bencheikh (Centrale Laitière). Le premier est partenaire du financement du projet et le second fournisseur.

« L’enseigne propose une offre variée, adaptée aux marché, et une étroite collaboration avec les fournisseurs locaux, puisque 90% des approvisionnements se feront au niveau local », fait observer Clauet.

Ce premier magasin, Carrefour, est doté d’une surface de vente de 5500 mètres sur un terrain de 52.000 m2 dont 10.000 m2 construits incluant une galerie de 13 magasins.

De plus, l’hypermarché dispose de 600 places de parking et de 250 employés dédiés. Il propose aux 500.000 habitants de Salé plus de 30.000 références, allant de l’électroménager aux produits d’entretien de maison. Les produits de la marque de distribution Carrefour ne représentent que 14% des 30.000 références, soit l’équivalent de 1000 produits non alimentaires. « Une centaine de produits food sera introduite prochainement, mais seulement à travers les choix de Label’Vie », indique Clauet.

Le management de Label’Vie explique ce petit nombre par les coûts élevés qui leur sont assimilés (douane, logistique) et « par leurs marges directes qui restent insignifiantes ».

Le groupe Label’Vie prévoit l’ouverture de 5 autres magasins d’ici 2011. A l’instar de celui de Salé, ils bénéficieront d’une force commune des achats, du sourcing, de la politique des ressources humaines, des systèmes d’information et surtout de l’expertise de Carrefour. « Cela nous permettra de démarrer l’activité hypermarché avec une plateforme solide », assure Bennani. Reste à résoudre le problème du foncier pour ces implantations futures.

Pour ce qui est de l’investissement, le coût global s’élève à 1,2 milliard de DH d’ici 2 ans à raison de 200 millions de DH par magasin. A travers ces futures implantations, l’objectif est de quintupler son chiffre d’affaires et de là même sa clientèle en deux ans.

L’effet de cette ouverture sur le cours boursier de la valeur Label’Vie n’est que peu visible. Néanmoins, le titre se porte bien. En effet, depuis le début de l’année, la valeur s’est bonifiée de plus de 3% quand les autres valeurs du secteur de la distribution sont en berne (Autohall : -18,46%). Sur la séance d’hier, le titre s’est échangé à 1240 DH (avant la fin de la séance)

Source : L’Economiste - My Ahmed Belghiti

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Implantation - Compétitivité - Salé - Label’Vie - Carrefour

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : la quête d’autosuffisance en dattes face aux défis climatiques

Le Maroc est le septième producteur mondial de dattes, avec un volume de 170 000 tonnes par an. Toutefois, des défis restent à relever pour le développement de la filière et satisfaire la demande nationale.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Maroc : Oracle cherche plus de 1 000 ingénieurs

Le géant américain Oracle a annoncé un renforcement significatif de son engagement au Maroc, avec la création de 1 000 nouveaux emplois hautement qualifiés dans le domaine des technologies. Cette expansion stratégique s’inscrit dans la volonté d’Oracle...

Saint-Gobain : l’Espagne délaissée au profit du Maroc

Saint-Gobain a annoncé le lancement de négociations en vue de la cessation d’activité de son usine de pare-brise à Avilés (Espagne), ce qui pourrait entraîner la suppression de 280 emplois et un départ vers le Maroc.