Marjane rachète la chaîne des supermarchés Acima

10 février 2009 - 10h24 - Economie - Ecrit par : L.A

Le secteur de la grande distribution est en pleine ébullition. L’annonce de l’arrivée, au cours de l’année 2009, de grandes enseignes internationales sur le marché national pousse les opérateurs nationaux au regroupement. C’est le cas de Marjane et Acima. Les deux enseignes, qui appartiennent entièrement au groupe Ona depuis le divorce avec Auchan, font aujourd’hui l’objet d’une restructuration.

Quelle est la forme de cette restructuration ? Et comment se déclinera-t-elle concrètement ? Tajeddine Guennouni, PDG de Marjane Holding, commence par expliquer que les deux enseignes ont permis au groupe de devenir leaders, du marché national aussi bien sur le format hypermarché que sur les supermarchés. Chiffres à l’appui, M. Guennouni souligne qu’Acima comptait, en 2008, 18 millions de clients pour ses 28 magasins. « Mais en dépit des succès réalisés, le modèle de développement séparé des deux enseignes a atteint ses limites », tempère le président de Marjane holding.

En fait, les deux enseignes avaient déjà eu des relations bilatérales, mais celles-ci restaient du domaine du support et de l’assistance sans plus. Ainsi, depuis la naissance d’Acima en 2001, Marjane assurait une simple prestation de service à la chaîne de supermarchés au niveau de l’informatique et des achats. « Au niveau opérationnel, ces synergies étaient conçues comme une simple relation de client à fournisseur et n’atteignaient pas le niveau stratégique nécessaire », poursuit M. Guennouni. Selon lui, si la mise en œuvre de ces synergies a permis une montée en puissance rapide du format supermarché du Groupe Ona, « le schéma d’organisation séparé était et reste inadapté à la taille actuelle d’Acima ».

Chaque enseigne gardera son personnel

Et c’est justement dans cette optique que Moâtassim Belghazi, PDG de Ona, a adressé à ses proches collaborateurs une circulaire interne datée du 18 décembre dernier pour leur expliquer la nouvelle organisation. Celle-ci devrait se traduire par la mutualisation complète des fonctions à forts enjeux : achat, logistique et systèmes d’information avec une qualité de service identique pour les enseignes.

« Cela se traduira également par la mise en place de nouvelles fonctions ou leur professionnalisation avec la montée en compétence sur les achats hors marchandises, sur le marketing stratégique et sur le développement de nouveaux métiers », assure M.Guennouni. Allusion faite au métier de l’immobilier commercial qui regroupe la promotion et la gestion des galeries marchandes, des parcs d’activités commerciales et des centres commerciaux. La nouvelle organisation se traduira enfin par le renforcement des compétences de certaines fonctions avec notamment la création d’une fonction contrôle de gestion intégrée et la mutualisation progressive de la fonction finance. En revanche, au niveau des exploitations c’est-à-dire de l’animation des magasins, les équipes resteront distinctes.

Sur le plan juridique, « cette nouvelle organisation se traduira d’abord par une restructuration capitalistique puisque Acima est aujourd’hui une filiale contrôlée à 100% par Marjane Holding », tient à préciser M. Guennouni.

Quel sera alors le sort d’Acima dans ce nouveau contexte ? A en croire le management d’Ona, l’enseigne n’est pas appelée à disparaître. « Acima est une marque connue et reconnue par ses clients avec un positionnement et une proposition de valeur spécifique par rapport à Marjane. Il est nécessaire au stade actuel de développement du marché marocain de conserver physiquement les deux enseignes pour maximiser leurs prises de parts de marché » , insiste le patron de Marjane & Acima.

Fer de lance de l’activité distribution du holding Ona, les deux enseignes ont enregistré une remarquable évolution. A fin septembre dernier, leur chiffre d’affaires total avait progressé de 20,1% par rapport à la même période de 2007, à 6,8 milliards de DH.

Source : La vie éco - Naoufal Belghazi

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : ONA - Consommation - Marjane - Acquisition

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : l’informel met à genoux les magasins de sport

Dans le secteur du sport en plein essor au Maroc, l’informel gagne du terrain. Les professionnels, mécontents, tirent la sonnette d’alarme.

Maroc : fin des frais « injustifiés » pour les factures en ligne

Le Conseil de la concurrence a lancé un avertissement : des frais de service ajoutés sur les paiements en ligne dans plusieurs secteurs économiques n’ont pas de justification. Ces coûts supplémentaires, selon le Conseil, freinent la digitalisation de...

Le prix des lentilles s’envole au Maroc

Le prix des lentilles a considérablement augmenté au Maroc, atteignant 32 dirhams le kilo chez les détaillants, contre 25 dirhams pour les lentilles importées.

« Ain Ifrane » vendue

La société Mutandis vient de conclure un contrat de cession avec la Société des Boissons du Maroc (SBM), en vue de l’acquisition de « Ain Ifrane ». Montant de la transaction : 380 millions de dirhams.

Ces plantes qui empoisonnent les Marocains

L’intoxication par les plantes et les produits de pharmacopée traditionnelle prend des proportions alarmantes au Maroc. Le Centre antipoison du Maroc (CAPM) alerte sur ce problème de santé publique méconnu du grand public.

Maroc : l’aide au logement booste le marché de l’immobilier

Au Maroc, le nouveau programme d’aide à l’acquisition de logements est susceptible d’apporter une bouffée d’oxygène au marché immobilier.

Maroc : l’aide au logement crée des mécontents

Alors que les primo-acquéreurs ont favorablement accueilli le nouveau programme d’aide au logement, les promoteurs immobiliers, eux, préfèrent jouer la carte de la prudence. Ils invitent le gouvernement à revoir les conditions pour rendre l’offre plus...

Des voitures de luxe acquises par le ministère de la Transition numérique ?

Ghita Mezzour, ministre déléguée en charge de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, a démenti l’acquisition d’une voiture de luxe pour 2,48 millions de dirhams et d’une autre pour 1,27 MDH.

Maroc : faire du thé à la menthe coûtera plus cher

Les prix du thé vert sont restés stables au Maroc, malgré la volatilité des cours internationaux des matières premières. Mais jusqu’à quand cette stabilité sera-t-elle maintenue ?

"Lbouffa" : La cocaïne des pauvres qui inquiète le Maroc

Une nouvelle drogue appelée « Lbouffa » ou « cocaïne des pauvres », détruit les jeunes marocains en silence. Inquiétés par sa propagation rapide, les parents et acteurs de la société civile alertent sur les effets néfastes de cette drogue sur la santé...