Le Maroc réussit à faire baisser son déficit budgétaire

15 novembre 2022 - 15h20 - Economie - Ecrit par : A.T

À fin octobre dernier, le déficit budgétaire du Maroc s’est allégé, s’établissant à 25,1 milliards DH contre 47 milliards de DH un an auparavant, selon la situation des charges et dépenses du Trésor.

D’après les explications de la Trésorerie générale du royaume (TGR), les recettes ordinaires ont atteint 243 milliards de DH, en hausse de 15,1% par rapport à un an auparavant.

A lire : Maroc : baisse du déficit budgétaire à fin 2021

S’agissant des recettes non fiscales, elles ont enregistré une baisse de 12%. Les recettes des monopoles et participations se sont établies à 25,8 MMDH à fin octobre contre 29,3 MMDH à fin octobre 2021.

Par ailleurs, l’exécution des dépenses ordinaires chiffrées à 243,7 milliards fait ressortir une hausse de 14,2 %, attribuable à l’explosion des dépenses de compensation, en progression de 157% d’une année sur l’autre pour un total de 28,3 MMDH.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Caisse de compensation - Trésorerie Générale du Royaume (TGR) - Déficit

Aller plus loin

Maroc : baisse du déficit budgétaire à fin 2021

À fin 2021, le déficit budgétaire du Maroc devrait baisser à 6,7 % du produit intérieur brut (PIB), grâce à la bonne tenue des impôts indirects, selon la Banque mondiale.

Maroc : déficit budgétaire de 5,9 % du PIB en 2022

Le PLF 2022 table sur un déficit budgétaire de près de 72,6 milliards de dirhams (MMDH), soit 5,9 % du produit intérieur brut (PIB).

Ces articles devraient vous intéresser :

Les Marocains paieront plus cher certains produits

En raison d’une décompensation annoncée, les prix de certains produits de grande consommation comme le gaz, la farine et le sucre reviendront plus cher aux consommateurs marocains.

Fitch Ratings note l’économie marocaine

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a confirmé la note de défaut de l’émetteur à long terme du Maroc en devises étrangères (IDR) à ‘BB+’ avec perspectives stables.

Impôts : le Maroc cible les résidences secondaires

Des dizaines de milliers de propriétaires de résidences secondaires au Maroc ont reçu des notifications fiscales de la Trésorerie générale du Royaume, réclamant le paiement d’arriérés de taxe d’habitation et de taxe de propreté.

Maroc : à quand la hausse du prix des bouteilles de gaz ?

Alors que l’idée d’une augmentation progressive du prix des bouteilles de gaz butane au Maroc agite les esprits, le gouvernement se veut rassurant, mais reste assez vague.

Le Maroc conserve sa note "BB+" avec une "perspective stable"

Fitch Ratings, agence américaine de notation, a maintenu la note de la dette à long terme en devises du Maroc à BB+ avec une « perspective stable ».

Maroc : la traque des avoirs cachés commence

L’administration fiscale marocaine va mener une opération de contrôle des avoirs dormant à domicile afin d’assurer une meilleure transparence financière et fiscale.

Maroc : le prix du gaz s’envole dès lundi

Le prix du gaz butane au Maroc connaîtra une augmentation à partir de ce lundi 20 mai 2024, suite à la décision du gouvernement de décompenser partiellement la subvention accordée à ce produit. Cette mesure vise, dit-on, à rationaliser les dépenses...

Subventions au gaz et aux produits alimentaires : le coût pour l’Etat marocain en 2022

Les subventions accordées au gaz ont coûté au budget de l’État 22 milliards de dirhams l’année dernière, selon les données fournies par le ministère des Finances.

Le paradoxe de la Caisse de compensation au Maroc : une aide pour les riches

Le ministre délégué auprès de la ministre de l’Économie et des finances, en charge du Budget, Fouzi Lekjaa, a révélé lors d’un débat général sur le Projet de loi de finances 2024 à la Chambre des représentants que la caisse de compensation profitait...

Subventions maintenues au Maroc : un répit pour le pouvoir d’achat des ménages

Le gouvernement marocain a décidé de maintenir les subventions du gaz butane, du sucre et de la farine au titre de l’exercice 2024 dont le budget est estimé à 16,36 milliards de dirhams dans le Projet de loi de finances (PLF) 2024.