Maroc : des centaines de « fonctionnaires fantômes » radiés, d’autres sanctionnés

18 avril 2023 - 13h15 - Maroc - Ecrit par : A.P

Le gouvernement d’Aziz Akhannouch a déjà radié de la fonction publique près de 300 « fonctionnaires fantômes » depuis son installation. 500 autres se sont vus notifier un avertissement.

Environ 300 « fonctionnaires fantômes » en service dans les ministères, les administrations publiques, les différentes régions du royaume, ou au sein de certaines collectivités territoriales, se sont vus radiés de la fonction publique par le gouvernement d’Aziz Akhannouch dès les premiers mois de sa nomination, rapporte le quotidien Assabah, précisant que près de 500 autres fonctionnaires « fantômes » ont déjà reçu un avertissement.

À lire : Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

Mais cette opération de radiation de fonctionnaires fantômes ne semble pas être menée de façon équitable, indiquent des sources du journal, soulignant que des protégés de ministres, notamment des directeurs d’établissements publics et de présidents de conseils élus, ne sont pas inquiétés par cette opération menée en application d’un décret qui oblige les ministères à envoyer au début de chaque année la liste complète de leurs fonctionnaires à la Trésorerie générale du royaume (TGR) pour examen en vue de la radiation des « fonctionnaires fantômes ».

À lire : Les fonctionnaires fantômes de Rabat en discussion au parlement

Les administrations relevant du ministère de l’Intérieur regorgent le plus de « fonctionnaires fantômes », révèle le journal, soulignant que le phénomène est aussi très présent dans les régions, et principalement dans les communes. Sur les 880 000 fonctionnaires de l’administration publique, il existe encore des centaines de « fonctionnaires fantômes », assurent les mêmes sources, annonçant de prochaines radiations, surtout après la polémique déclenchée par certains élus des Conseils municipaux de Rabat et de Casablanca.

Sujets associés : Casablanca - Administration - Rabat

Aller plus loin

Les fonctionnaires fantômes de Rabat en discussion au parlement

Un groupe parlementaire a interpellé le gouvernement sur l’affaire des fonctionnaires fantômes à Rabat. Asmaa Rhlalou, présidente de la commune a récemment fait savoir qu’ils...

Plus de 90 000 fonctionnaires marocains payés à ne rien faire

La ministre déléguée auprès du chef du gouvernement chargée de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, Ghita Mezzour, n’a pas souhaité ouvrir une enquête...

Le Maroc compte 100.000 fonctionnaires fantômes

C’est un chiffre qui donne le tournis. On estime le nombre de fonctionnaires fantômes à quelque 100.000 personnes sur les 800.000 fonctionnaires que compte aujourd’hui toute...

Le Maroc en guerre contre les « fonctionnaires fantômes »

La ministre déléguée chargée de la Transition numérique, Ghita Mezzour, a déclaré que le Maroc dispose d’un important arsenal juridique pour lutter contre le phénomène des «...

Ces articles devraient vous intéresser :

La salaire minimum augmente de 5% au Maroc

Le Conseil de gouvernement a adopté, jeudi, un décret portant augmentation immédiate du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) et du Salaire minimum agricole garanti (SMAG) en accord avec les négociations menées avec les syndicats.

Ramadan 2023 au Maroc : voici les horaires des administrations

En raison du mois de Ramadan qui démarre dans quelques jours, les horaires de travail dans les administrations, les établissements publics et les collectivités territoriales seront modifiés.

Maroc : l’Amazigh reconnue officiellement comme une langue de travail

Les autorités marocaines ont procédé mardi au lancement officiel des procédures qui vont permettre l’intégration de l’Amazigh dans les administrations publiques. La cérémonie a été présidée par le chef du gouvernement Aziz Akhannouch.

Le Maroc simplifie encore plus les procédures administratives

Le gouvernement entend simplifier et digitaliser prochainement quelque 2500 procédures. C’est ce qu’a déclaré Ghita Mezzour, ministre de la Transition numérique et de la réforme de l’administration, à la Chambre des représentants.

Les Marocains libres de choisir le prénom de leurs enfants, sous certaines conditions

Les officiers marocains de l’état civil sont à présent dans l’obligation d’accepter temporairement les prénoms déclarés, y compris ceux en contradiction avec la loi, contrairement aux pratiques antérieures, selon un décret qui vient d’être publié.

Le Maroc s’oriente vers une administration sans papier avec une nouvelle plateforme numérique

Le ministère délégué chargé de la Transition numérique entend développer une plateforme dénommée « le compte numérique de l’usager » pour améliorer la qualité des services de l’administration aux usagers.

Au Maroc, les médecins sont des mauvais payeurs d’impôts

Au Maroc, peu de médecins s’acquittent de leurs impôts. Fort de ce constat, le gouvernement opte désormais pour la retenue à la source pour les revenus de l’ensemble des professions libérales, la déclaration annuelle fiscale ayant montré ses limites.

Le salaire minimum augmentera au Maroc, mais dans quelle proprotion ?

Le gouvernement se réunira, jeudi, lors d’un conseil au cours duquel seront examinés sept projets de décrets dont celui relatif à la fixation du montant du Salaire minimum légal dans l’industrie, le commerce, les professions libérales et l’agriculture.

Maroc : tenue correcte exigée dans l’administration publique

Les fonctionnaires marocains sont désormais invités à soigner leur tenue vestimentaire sur leur lieu de travail. Les costumes complets avec cravate ou une djellaba traditionnelle, sont ainsi recommandés. Un rappel à l’ordre a été fait dans ce sens par...

Voici le nombre de fonctionnaires civils au Maroc

Les données inscrites dans le rapport sur les ressources humaines accompagnant le projet de loi de finances (PLF) de l’année 2023 indiquent que le Maroc compte 565 429 fonctionnaires civils cette année.