Recherche

Maroc : "chômage forcé" pour les prostituées

© Copyright : DR

29 mars 2020 - 18h30 - Société

Les conséquences du COVID-19 n’épargnent aucun secteur d’activité. Les prostituées se retrouvent au chômage et sans revenus du fait du confinement.

Plus de clientèle pour les travailleuses de sexe. Le plus vieux métier du monde subit les affres de la pandémie du COVID-19. C’est le constat que rapporte le quotidien Assabah. Une situation qui se justifie par l’interdiction des sorties à la population. Les plaisirs ne comptent plus, seules sont autorisées les sorties motivées par les besoins liés aux soins, à l’alimentation ou autre activité professionnelle.

La crise du COVID-19 a confiné chez elles et sans ressources, ces femmes qui avaient pour habitude de faire le trottoir pour gagner leurs vies. Du coup, les rues, trottoirs et boulevards sont vides. Plus de présence humaine. Même galère pour celles qui exerçaient leurs activités dans les salles de massage dont les revenus journaliers dépassaient parfois les mille dirhams. Les travailleuses de sexe des clubs privés et des boîtes de nuit ne sont pas aussi épargnées et se retrouvent au chômage. Le virtuel est le seul moyen de renouer le contact, avec ses limites.

Le quotidien se pose la question de savoir si le fonds spécial COVID-19, comme cela a été fait pour les salariés qui se sont retrouvés sans emploi à cause du COVID-19, ne pourrait pas trouver un soutien quoique dérisoire à ces femmes, étant donné que leur activité relève également du secteur informel…

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact