Maroc : ils prennent à partie leurs employeurs afin de bénéficier d’une indemnité sans travailler

5 mai 2020 - 19h00 - Economie - Ecrit par : S.A

Des employés ont exigé de leurs employeurs de les mettre au chômage technique afin de bénéficier de l’indemnité de 2 000 dirhams accordée à une catégorie de salariés à travers le Fonds spécial de gestion du covid-19.

Certains salariés ont fait feu de tout bois pour s’inscrire sur la liste des salariés éligibles à l’indemnité de 2 000 dirhams par mois accordée par le Fonds spécial de gestion du covid-19 sur une période de trois mois, rapporte Assabah. Ces salariés ont fait l’option de rester chez eux pour percevoir cette indemnité au lieu de travailler huit heures par jour pendant un mois.

Lors de son intervention au parlement, le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a laissé entendre que des chefs d’entreprise ont été pris à partie par leurs employés qui leur ont signifié qu’ils n’avaient rien à perdre, après tout, puisque c’est l’État qui paie, précise la même source. C’est d’ailleurs ce qui expliquerait le fait que le nombre des salariés bénéficiaires de cette indemnité ait atteint 800 000 employés pour 131 000 sociétés.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Emploi - Abdelouafi Laftit - Chômage - Ministère de l’Intérieur (Maroc)

Aller plus loin

Maroc : plus de 900 000 salariés au chômage, fraude à grande échelle ?

Le nombre des déclarations d’arrêt de travail inscrites sur le portail de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) est largement supérieur au nombre enregistré en mars....

Ces articles devraient vous intéresser :

Taxis au Maroc : Fini les arnaques ?

Au Maroc, de nombreuses licences ont été retirées aux chauffeurs de taxi qui ne sont pas en règle. Abdelouafi Laftit, ministre de l’Intérieur, assure que son département s’évertue à soutenir et à accompagner diverses initiatives visant à moderniser les...

Alerte sur les erreurs d’enregistrement des nouveaux-nés au Maroc

L’Organisation marocaine des droits de l’homme (OMDH) a alerté le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, au sujet du non-enregistrement des nouveau-nés à leur lieu de naissance, l’invitant à trouver une solution définitive à ce problème.

Fermeture des hammams au Maroc : la question arrive au parlement

Plutôt que de fermer les bains publics pour rationaliser l’eau, la députée du parti socialiste, Majida Chahid, propose de fixer la capacité d’accueil de ces établissements ou de déterminer la quantité d’eau à utiliser par client.

La viande consommée par les Marocains dangereuse pour la santé ? un ministre répond

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a assuré du bon état des abattoirs et de la qualité de la viande qui en est issue. Ceci, en réaction aux propos d’un conseiller parlementaire qui a dénoncé l’absence de maintenance des équipements et de...

La police marocaine recrute

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a annoncé un grand concours de recrutement de plusieurs grades au sein du corps de la police. Le concours aura lieu le 16 juillet à Rabat et dans d’autres villes si nécessaire. Au total, 6 607...

Royal Air Maroc recrute

Royal Air Maroc (RAM) a lancé via sa filiale Atlas multi services (AMS), une opération de recrutement de personnel navigant commercial au Maroc. Le dernier délai de l’appel à candidatures est fixé au 1ᵉʳ décembre prochain.

Le Maroc proroge, à nouveau, l’état d’urgence sanitaire

Le Maroc a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 novembre 2022, afin de faire face à la propagation du Covid-19 dans le pays.

Maroc : vers la généralisation de la vidéosurveillance dans les villes

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a annoncé la généralisation de l’installation de systèmes de vidéosurveillance afin de renforcer la sécurité dans les villes et provinces du Maroc.

Maroc : pas de substances toxiques dans la viande rouge

Les informations faisant état de la présence de substances toxiques dans les viandes rouges proposées sur les marchés dans plusieurs villes marocaines sont fausses.

Maroc : Trop de centres commerciaux ?

Au Maroc, la multiplication des malls soulève des inquiétudes. Les fermetures de plusieurs franchises enregistrées ces derniers temps amènent à s’interroger sur la viabilité de ce modèle commercial.