Recherche

Maroc : la consommation du poisson cru nuisible à la santé

© Copyright : DR

25 janvier 2020 - 12h00 - Maroc

Les Marocains qui consomment du poisson cru, peu cuit, mariné, ou conservé dans des préparations à faible teneur en sel et en acide acétique, sont exposés à de diverses maladies.

Selon une recherche menée sur une quarantaine d’années (1979-2019), et sur la base des données du Système européen d’alerte rapide, « l’un des motifs majeurs des refoulements du poisson marocain exporté, est la présence des parasites ». Le risque augmente avec l’âge et la taille du poisson, accompagné des symptômes qui se traduisent par des gastrites aiguës, notamment les ulcères ou encore la diarrhée et les vomissements, rapporte L’économiste.

À cet effet, un travail de terrain visant la recherche directe des parasites, par inspection visuelle, a concerné 1 678 pièces de poissons de différentes espèces, dont 537 proviennent de l’Atlantique (port d’Essaouira et marché de gros de Casablanca) et 1 141 pièces de la Méditerranée.

Suite aux résultats du travail de terrain, cinq groupes de parasites ont été trouvés  : Nématodes, xénomes, trématodes, isopodes et copépodes. L’ampleur de l’infestation est quasiment la même au niveau du littoral méditerranéen (31,1 %) et de l’atlantique (32,0 %), explique le journal. Les nématodes (Complexe Anisakis + acanthocéphales) occupent la majeure partie des parasites au niveau de l’Atlantique et de la Méditerranée, avec des prévalences respectives de 21,4 % et 24,9 %, est-il précisé.

En ce qui concerne les parasites, ils ont été prélevés à la fois sur la peau du poisson, de la cavité abdominale, après incision ventrale et de la chair, après incision longitudinale du muscle. Le nombre, le type et la localisation de chaque parasite ont été notés. Ils ont été ensuite conservés dans des tubes contenant une solution d’alcool et de glycérol, relève la même source. Il en ressort que la prévalence globale est de 32 % au niveau des deux sites du littoral atlantique. Concernant le littoral méditerranéen, la fréquence est de 31 %. Par ailleurs, un nombre de 1 425 parasites ont été détectés chez 1 141 pièces de poissons de différentes espèces.

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact