Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

30 janvier 2024 - 09h00 - Maroc - Ecrit par : A.P

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Menée par l’Association marocaine Santé Environnement et Toxicovigilance (AMSETOX), en partenariat avec le Réseau international pour l’élimination des polluants (IPEN), cette étude a révélé la présence de PFAS dans 64 sur les 119 emballages alimentaires à usage unique, en papier, carton et fibres moulées à base de plantes, achetés dans 17 pays, dont le Maroc. « Les échantillons ont été achetés et envoyés au même laboratoire pour être testés. Les échantillons provenaient de Tunisie, Égypte, Jordanie, Koweït, Maroc, Irak, Monténégro, Jamaïque, Mexique, Argentine, Bénin, Zambie, Cameroun, Philippines, Taïwan, Népal et Inde. Les tests ont été faits pour 58 PFAS spécifiques et pour le fluor organique extractible (EOF) », explique au journal Le Matin, Dr Naima Rhalem, présidente d’AMSETOX.

Parmi les échantillons alimentaires achetés au Maroc, deux contenaient des PFAS. « Il s’agissait d’un emballage pour frites acheté au niveau d’une chaîne de restauration rapide internationale et un emballage pour cake acheté au niveau d’une franchise internationale installée au Maroc. Les chaînes ont été avisées par courrier. L’association a également avisé les départements ministériels concernés pour prendre les mesures nécessaires et pour les inciter à réglementer cet aspect », fait savoir l’experte, précisant que les PFAS sont la cause de maladies comme le cancer, l’infertilité et les perturbations endocriniennes.

À lire : Plus d’un tiers des Marocains souffrent d’insécurité alimentaire (Rapport)

« Les PFAS sont largement utilisés dans les emballages alimentaires à usage unique, en particulier en restauration rapide, ce qui expose particulièrement les jeunes qui sont de grands consommateurs de cette restauration rapide, aux effets des PFAS qui peuvent perturber les hormones naturelles du corps », a ajouté Badrane. La présidente d’AMSETOX rappelle pour sa part que « trois PFAS et leurs substances apparentées comptent parmi les produits chimiques les plus hautement toxiques connus et sont interdits à l’échelle mondiale. Cependant, il n’existe pas de réglementation mondiale complète pour protéger l’environnement et la santé humaine contre tous les PFAS ».

« Au Maroc, le décret, n°2-10-473 du 7 chaoual 1432 (6 septembre 2011), pris pour l’application de certaines dispositions de la loi n°28-07, relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires, et le décret conjoint entre plusieurs ministères, n°3283 – 17 du 16 ramadan 1440 (22 mai 2019), fixant les conditions d’hygiène applicables au transport des produits alimentaires et des aliments pour animaux, évoquent les emballages alimentaires sans pour autant fixer leur composition chimique. Une amélioration de ce cadre réglementaire intégrant les PFAS est recommandée pour protéger à la fois la santé des consommateurs et l’environnement en assurant des emballages alimentaires exempts de PFAS », recommande Dr Rhalem.

Bladi.net Google News Suivez bladi.net sur Google News

Bladi.net sur WhatsApp Suivez bladi.net sur WhatsApp

Sujets associés : Santé - Environnement

Aller plus loin

Maroc : hospitalisation en masse à Sidi Bennour suite à une intoxication alimentaire

Près de 60 personnes originaires des communes de Beni Helal et Ouled Sidi Bouhia ont été hospitalisées samedi à l’Hôpital provincial de Sidi Bennour suite à des symptômes...

Le Maroc, gardien de la sécurité alimentaire mondiale

Le Maroc possède 70 % des réserves mondiales de phosphate, un minerai utilisé pour produire les engrais alimentaires. De quoi faire du royaume un garant de la sécurité...

Restauration au Maroc : des faillites en série qui inquiètent

Au Maroc, les professionnels avancent plusieurs facteurs pour expliquer les faillites en série dans le secteur de la restauration.

Plus d’un tiers des Marocains souffrent d’insécurité alimentaire (Rapport)

Avant le manque d’argent, 36 % des Marocains souffrent de manque de nourriture et 62 % craignent d’en manquer, selon un rapport inquiétant publié récemment.

Ces articles devraient vous intéresser :

Maroc : vers un congé menstruel pour les femmes ?

Le Maroc s’apprête-t-il à emboîter le pas à d’autres pays en octroyant aux femmes un congé menstruel ? Le sujet intéresse un groupe parlementaire qui a déjà déposé un projet de loi dans ce sens.

Maroc : « Marée » de déchets après les iftars sur les plages

Les associations de défense de l’environnement dénoncent le non-respect des règles environnementales par certaines familles qui laissent d’importantes quantités de déchets sur les plages après y avoir rompu le jeûne pendant le mois de Ramadan.

Tatouage au henné : attention danger

La fin du Ramadan et la période de l’Aïd, pour les jeunes filles, une période propice pour mettre du henné sur les mains. Si certaines mères acceptent que leurs filles appliquent le henné, d’autres préfèrent se passer de cette pratique pour préserver...

L’état de santé de la chanteuse Khadija El Bidaouia s’aggrave

Nawal, la fille de la chanteuse Khadija El Bidaouia a annoncé qu’en raison de la propagation du cancer du poumon dont souffre sa mère, les médecins ont décidé d’arrêter la chimiothérapie.

Maroc : des substances toxiques dans les emballages alimentaires

Une récente étude a révélé la présence de substances chimiques per – et polyfluoroalkylées (PFAS) dans certains emballages alimentaires à usage unique au Maroc.

Investissements massifs au Maroc, 76,7 milliards de dirhams, 20 000 emplois

La Commission nationale des investissements a donné son aval à une série de 21 projets. L’investissement global de ces projets s’élève à 76,7 milliards de dirhams, l’équivalent de 6,98 milliards d’euros, selon un communiqué officiel du gouvernement.

"L’boufa", la nouvelle menace pour la société marocaine

Le Maroc pourrait faire face à une grave crise sanitaire et à une augmentation des incidents de violence et de criminalité, en raison de la propagation rapide de la drogue «  l’boufa  » qui détruit les jeunes marocains en silence.

Maroc : pas d’augmentation des prix des consultations médicales

Les tarifs des consultations médicales au Maroc n’ont subi aucune augmentation. L’information a été démentie par un syndicat, assurant qu’aucun accord n’a été signé entre les médecins du secteur privé et le gouvernement sur ces prix.

Maroc : des coupures d’eau envisagées

Alors que le Maroc subit actuellement sa sixième année de sécheresse consécutive, le gouvernement envisage de prendre des décisions radicales pour rationaliser l’eau potable.

Le FMI confirme un prêt pour le Maroc

Le Maroc bénéficiera d’un prêt de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international (FMI) pour soutenir sa transition écologique et renforcer sa résilience face aux catastrophes naturelles.