Recherche

Maroc-Cuba : faire table rase du passé

© Copyright : DR

12 octobre 2003 - 20h46 - Maroc

Le Directeur de l’Institut cubain de l’amitié avec les peuples, M. Louis Morijos Sotto, est en visite au Maroc à l’invitation du Parti du Progrès et du Socialisme.
Il a eu plusieurs entretiens avec des responsables marocains. Objectif : réinitier la solidarité entre les peuples marocain et cubain et oublier le passé-récent malheureux...

Le responsable cubain a eu de multiples rencontres dans le but de renouer le dialogue avec les décideurs politiques à divers niveaux. Avec M. Radi, président de la Chambre des Représentants, et M. Tazi, responsable de la Direction des affaires Amérique au sein du ministère des Affaires étrangères, notamment. Les partis de la mouvance progressiste ont été également informés de la démarche cubaine. Il s’agit, outre le PPS, du Parti de l’Istiqlal, de l’USFP, du PSD et de la GSU. Les principaux syndicats ont été également contactés (UMT, CDT, FDT).

M. Louis Morijos Sotto qui évite de regarder dans le rétroviseur de la relation maroco-cubaine, préfère regarder le présent et l’avenir.
Le présent a sa nouveauté : La Havane a changé substantiellement sa position sur le Sahara marocain. D’une attitude franchement hostile, elle se rallie à une position soutenue par plusieurs pays : une solution politique entre les parties. Rien à voir avec le parti pris pour l’Algérie et ses thèses expansionnistes, même si les stigmates du soutien militaire et logistique sont toujours présents chez les Marocains. Mais « la Patrie est clémente » et il faudra réinstaller la solidarité réciproque entre les deux peuples cubain et marocain.
C’est la toile de fond de la mission que s’est fixé le responsable cubain, en attendant un développement heureux au niveau de la reprise des relations diplomatiques.
Cela passe, selon M. Sotto, par la nécessité « de réinitier un nouveau mouvement de solidarité multiforme entre nos deux pays et peuple ». « Nous devons réapprendre à nous connaître, à nous entraider. Cela passe par la connaissance mutuelle de la vie des Marocains et des Cubains », affirme-t-il. Nos deux peuples peuvent « tirer un grand profit de cette connaissance ». Pour ce qui est de Cuba, M. Sotto estime qu’il y a énormément d’acquis de la Révolution qui méritent d’être connus.
Il en a cité les systèmes mis en place en matière d’éducation, de santé, de sports, de culture etc. En plus du savoir-faire acquis par les Cubains dans certains domaines.

Plus concrètement il cite surtout les médicaments et les produits de dernière génération des vaccins, la biotechnologie, etc.
La Havane a énormément de produits à faire partager avec les Marocains, à échanger et à les faire bénéficier d’avancées certaines, notamment en ce qui concerne les sofwer.
En outre, la technologie, les sciences et la culture peuvent constituer des domaines de partage, surtout que le pays de Fidel Castro vit beaucoup d’événements (colloques, congrès, séminaires, forums etc.)
Le tourisme est aussi une vocation cubaine qui peut rétablir la confiance et la connaissance entre les citoyens des deux pays.
L’objectif immédiat pour M. Sotto est de parvenir à des premiers échanges sur le plan humain pour explorer les potentialités et complémentarités afin de renouer la solidarité bilatérale.
Le souhait est de parvenir rapidement à la création d’une association d’amitié maroco-cubaine qui permettra de jeter les passerelles d’échanges encore plus fructueux entre les deux pays.
Une autre brèche est ouverte de la part de La Havane en direction de Rabat : Une démarche officielle a été entamée pour faire figurer le buste de feu S.M Mohammed V au Parc des héros africains, à côté de ceux de l’Emir Abdelkader, de Omar Mokhtar, d’Amilcar Cabral, de Modibo Keita et d’autres grands libérateurs de l’Afrique et de Monde arabe.
Un geste qui prouve la volonté cubaine de faire table rase sur les erreurs du passé.

Al Bayane, Maroc

Bladi.net

Bladi.net - 2020 - Archives - A Propos - Contact